*

*« Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*-La vie de Saint Charles de Foucauld, pour mieux le connaitre*

Patience de Dieu. La conversion de Charles, en 1886, n’a pas été l’agenouillement soudain d’un débauché, foudroyé par la toute-puissance d’un Dieu qui fait courber la tête des pécheurs. Ils sont nombreux à avoir véhiculé cette image d’Épinal d’un Foucauld mécréant qui se prend un coup de grâce comme on reçoit un coup de massue, et se convertit aussitôt. Mais le retournement de son cœur fut l’aboutissement d’un lent processus, d’une longue recherche. Entre sa vie de désordre et sa rencontre avec le Dieu de Jésus, il y a eu l’ascétisme de son exploration marocaine, puis ses années de quête ardue de la vérité.

*Photo* : Peinture de Rembrandt – Le retour du fils prodigue qui se jette dans les bras du Père pour demander pardon.

 

*-Ecrits de Saint Charles de Foucauld pour mieux le comprendre*

Depuis combien de temps Dieu patiente ! Depuis combien de temps il jardine notre âme sans qu’elle rapporte de fruit ! Hâtons-nous de rendre ce qu’il nous a donné, de faire ce qu’il nous a appris, de pratiquer sa volonté. Hâtons-nous de rapporter ces fruits de vertu, de vie évangélique, de fidélité, ces fruits de pur amour pour lesquels Dieu jardine depuis si longtemps, si inutilement, notre âme ! » L’imitation du Bien-Aimé, p. 62

 

*-Parole de l’Ecriture Sainte base de la sainteté*

Voici, le laboureur attend le précieux fruit de la terre, prenant patience à son égard, jusqu’à ce qu’il ait reçu les pluies de la première et de l’arrière-saison. (Jc x,7)

 

*-Petite méditation pour intérioriser*

Lorsque je me lance dans un projet, dans des études, un travail, une relation amoureuse ou une conversion à la foi chrétienne, je voudrais que tout arrive tout de suite, que tout fonctionne bien dès le départ. Mais ce n’est pas comme cela que fonctionne la vie. En tant qu’être humain, nous apprenons de nos erreurs, au fil du temps. Même si on tombe, l’important est de se relever, et de reprendre la route. Il en est de même avec Dieu : il faut du temps pour que la grâce investisse notre humanité, chemine à travers la terre accidentée de nos blessures. Acceptons d’apprendre à devenir des hommes et des femmes ajustés à Dieu.

 

*-Une résolution pour suivre Saint Charles de Foucauld*

Aujourd’hui, je prends le temps de relire ma vie, et de voir ce que j'ai appris de mes erreurs et de mes échecs. J’essaie de voir aussi comment est-ce que Dieu a été présent dans ces temps d’épreuve, même si je ne l’ai pas reconnu sur le moment. Confiant dans la présence de Dieu dans ma vie, j’essaie de me rendre présent à sa Présence.

*

*« Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*-La vie de Saint Charles de Foucauld, pour mieux le connaitre*

Volte-face du cœur. Charles désire s’entretenir de religion avec une personne informée. Sa cousine Marie lui parle de l’abbé Huvelin, un prêtre de la paroisse voisine de Saint-Augustin. Charles s’y rend un matin d’octobre 1886. Homme d’une grande bonté, d’une vive intelligence, l’abbé l’accueille chaleureusement. On ignore la teneur exacte de leurs échanges. Sans doute que Charles s’est confié, et que l’abbé a senti qu’il fallait lui dire : « Si vous voulez remettre tout cela au bon Dieu, c’est le moment. » Charles se confesse à lui et communie. C’est alors que la conversion décisive se produit, que son cœur est touché.

*Photo* : L’Abbé Huvelin qui a confessé Charles de Foucauld, convertit ce jour-là.

 

*-Ecrits de Saint Charles de Foucauld pour mieux le comprendre*

« En me faisant entrer dans le confessionnal de l’abbé Huvelin, vous m’avez donné tous les biens, mon Dieu. Quel jour béni ! Je demandais des leçons de religion : il me fit mettre à genoux et me fit me confesser, et m’envoya communier séance tenante... Je ne puis m’empêcher de pleurer en y pensant, et ne veux pas empêcher ces larmes de couler, elles sont trop justes mon Dieu ! Que vous avez été bon ! » La dernière place, p. 118

 

*-Parole de l’Ecriture Sainte base de la sainteté*

…revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment. (Jl 2,13)

 

*-Petite méditation pour intérioriser*

C’est au moment même où Charles reconnaît ses péchés que le Dieu de l’Évangile, plein de miséricorde, se manifeste à lui. Sa confession précipite sa conversion. Le péché n’est pas seulement la transgression d’un précepte, d’une morale, c’est aussi une blessure infligée au cœur de Dieu. Mais ce dernier ne se décourage jamais devant mes faiblesses. Mes fragilités ne le font pas fuir. C’est un Dieu qui revient toujours à la charge, frappe sans cesse à ma porte, guette le moment de mon retour, comme le père du fils prodigue. Son pardon est disponible à chaque instant, inépuisable est sa miséricorde.

 

*-Une résolution pour suivre Saint Charles de Foucauld*

Période de repentir, le carême est un temps idéal pour recevoir le sacrement de réconciliation. Pendant plusieurs jours, je me prépare intérieurement, avec un cœur d’enfant, à cette rencontre franche, vraie, avec le Dieu d’amour qui m’attend au cœur de mes fragilités, de mes péchés, de mes pauvretés.

 

*« Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*-La vie de Saint Charles de Foucauld, pour mieux le connaitre*

Bonté silencieuse. Dans le retournement du cœur de Charles, la foi vivante de sa cousine Marie de Bondy joue un grand rôle. En 1886, il passe beaucoup de temps à son contact. Marie ne cherche pas à le convertir, mais en voyant vivre cette femme intelligente, en constatant la joie qui émane de sa personne, Charles est interpellé. D’où lui vient cette bonté silencieuse ? Et si cette religion, qui la fait vivre, était vraie ? Tourmenté, il se met à hanter les églises, à y semer cette prière en forme de défi lancé à Dieu : « Si vous existez, faites-le moi connaître. »

*Photo* : Marie de Bondy, cousine de Charles de Foucauld.

 

*-Ecrits de Saint Charles de Foucauld pour mieux le comprendre*

« Par quelles inventions, Dieu de bonté, vous êtes-vous fait connaître à moi ! Ce besoin de solitude, de recueillement, de pieuses lectures, cette recherche de la vérité. Tout cela c’était votre œuvre. Une belle âme vous secondait, mais par son silence, sa douceur, sa bonté, sa perfection : elle se laissait voir, elle était bonne et répandait son parfum attirant, mais elle n’agissait pas. » Lettres et carnets, p. 21

 

*-Parole de l’Ecriture Sainte base de la sainteté*

Il y eut des noces, à Cana, et la mère de Jésus était là. (Jn 2,1)

 

*-Petite méditation pour intérioriser*

Il y a des êtres dont la seule présence suffit à nous consoler, nous faire du bien, nous donner du dynamisme, de l’élan. Marie de Bondy avait ce charisme. Elle a attiré son cousin à la vérité, non pas en prêchant, en partant à la conquête de son incroyance, mais sans rien dire, par le seul rayonnement de sa bonté silencieuse. Plus tard, Charles se souviendra de cette attitude et se comportera de même envers tous ceux qu’il rencontrera, sans leur imposer des sermons, mais en leur témoignant tout simplement qu’il les aime, et en étant ainsi, pour eux, un témoin silencieux de l’amour de Jésus.

 

*-Une résolution pour suivre Saint Charles de Foucauld*

Dans toutes mes rencontres d’aujourd’hui, j’essaie d’être un témoin du Christ par cette qualité d’être, cette présence silencieuse et aimante.

*« Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*Méditation*

Dans l’évangile de ce dimanche, bien avant la résurrection, il est donné à trois disciples privilégiés de contempler, en un instant fugitif, la gloire du Fils de Dieu. Conduits à l’écart, sur une autre montagne, Pierre, Jacques et Jean sont les témoins de ce mystère : Jésus est transfiguré devant eux. Ruisselant d’une blancheur qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, il semble resplendir de l’intérieur, tandis qu’il converse avec Moïse et Élie, les plus célèbres prophètes de l’histoire sainte. Point culminant de l’épisode, la parole de Dieu retentit : à la face des trois disciples sonnés, le Père reconnaît Jésus comme son fils bien aimé. Avant d’ajouter, impératif : « Écoutez-le ! » Ce Jésus, en qui il a mis tout son amour, est bien le prophète dont ils doivent mettre en pratique les paroles. Il faut s’ouvrir aux perspectives déconcertantes de son enseignement, et s’engager à sa suite sur le chemin de la gloire par la croix. À nous qui suivons Jésus dans cette marche ténébreuse vers la mort, ce récit nous est donné comme un viatique. Suivons-le, confiants, sur la route de Jérusalem, écoutons ce qu’il a à nous dire, sûrs que sa gloire, qui éclate dans une sorte d’anticipation, aura le dernier mot.

 

*Voici la Prière : « Être en présence de Dieu » de Charles de Foucauld* (1858-1916), Officier de l'armée française devenu explorateur et géographe, puis religieux chrétien catholique, ermite, béatifié en 2005 par le pape Benoît XVI et canonisé le 16 mai 2022.

- Mon Dieu, daignez me donner ce sentiment continuel de Votre présence, de Votre présence en moi et autour de moi et, en même temps, cet amour craintif qu'on éprouve en présence de ce qu'on aime passionnément, et qui fait qu'on se tient devant la personne aimée, sans pouvoir détacher d'elle les yeux, avec un grand désir et une volonté de faire tout ce qui lui plait, tout ce qui est bon pour elle, et une grande crainte de faire, dire ou penser quelque chose qui lui déplaise ou lui fasse du mal... En Vous, par Vous et pour Vous. Amen. »

 

*Prière d’abandon de Saint Charles de Foucauld*

- Mon Père,

Je m'abandonne à toi,

fais de moi ce qu'il te plaira.

Quoi que tu fasses de moi,

je te remercie.

Je suis prêt à tout, j'accepte tout.

Pourvu que ta volonté

se fasse en moi, en toutes tes créatures,

je ne désire rien d'autre, mon Dieu.

Je remets mon âme entre tes mains.

Je te la donne, mon Dieu,

avec tout l'amour de mon cœur,

parce que je t'aime,

et que ce m'est un besoin d'amour

de me donner,

de me remettre entre tes mains, sans mesure,

avec une infinie confiance,

car tu es mon Père.

*

*« Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*-La vie de Saint Charles de Foucauld, pour mieux le connaitre*

Eloge de la lecture. Désormais installé à Paris, rue de Miromesnil, Charles cherche du côté de la philosophie. Il veut mener une vie de grande vertu, mais de vertu païenne, sans Dieu. Il se rêve en héros stoïcien, soucieux de se dépasser jusqu’à l’extrême, à la force du poignet. Mais cette démarche philosophique le laisse vide. Toujours en quête de vertu, il retrouve le livre, très en vogue à l’époque, que lui avait offert autrefois sa cousine pour sa première communion : Élévations sur les mystères de Bossuet. Grâce à sa lecture qui, écrit-il, lui fait « sentir chaleur et beauté », il reprend contact avec le christianisme.

*Photo* : Couverture du livre racontant la vie de Charles de Foucauld. Ce livre et bien d’autres sur la vie des saints, la spiritualité, le mariage, le développement personnel, peuvent être emprunté au bureau de l’aumônier diocésain de la jeunesse au Centre Guy Riobé. Voir aussi les bibliothèque paroissiale.

 

*-Ecrits de Saint Charles de Foucauld pour mieux le comprendre*

« Vivez familièrement avec un grand saint et un grand esprit, votre cœur deviendra chaud comme le sien, votre foi vive comme la sienne, votre esprit s’élèvera à la suite du sien. Mettez de l’orge au moulin, vous aurez de la farine d’orge, mettez-y du froment, vous aurez de la farine de froment. Ainsi des lectures : la lecture des grands saints et des grands docteurs vous remplira de pensées excellentes. » Œuvres spirituelles, p. 329

 

*-Parole de l’Ecriture Sainte base de la sainteté*

Jusqu’à ce que je vienne, applique-toi à la lecture, à l’exhortation, à l’enseignement. (1Tm 4,13)

 

*-Petite méditation pour intérioriser*

Charles a toujours beaucoup recherché dans les livres. Le carême est un temps propice pour faire de même. La lecture d’un livre religieux est une façon de nourrir ma foi. C’est aussi une ascèse qui purifie mon esprit de tout ce qui l’occupe habituellement, empêche mon attention de s’égarer dans les divertissements. Comme Charles le suggère, je peux me plonger dans les écrits des saints et des autorités spirituelles que la tradition accrédite. Mais il n’est pas nécessaire d’opter pour un livre « religieux » : n’y a-t-il pas une spiritualité implicite dans les grands chefs-d’œuvre de la littérature ?

 

*-Une résolution pour suivre Saint Charles de Foucauld*

Je choisis un livre qui m’accompagnera durant toute la période du carême. Chaque jour, j’y consacre un certain temps. 10 min, 1/4h, 1/2h ?

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin