*

*« Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*-La vie de Saint Charles de Foucauld, pour mieux le connaitre*

Veillée de prière. Au Sahara, Charles bénissait les insomnies qui lui permettaient de longs cœur-à-cœur avec son Dieu : « 2 heures du matin – que vous êtes bon, mon Dieu, de m’avoir éveillé ! Encore plus de six heures à ne faire qu’autre chose que me tenir à vos pieds et ne dire que : je vous aime ! » Lui qui s’est simplifié toujours davantage à Tamanrasset donne de la prière cette définition simple comme un enfant :« Quand on aime, on voudrait parler sans cesse à l’être qu’on aime, ou au moins le regarder sans cesse : la prière n’est pas autre chose : l’entretien familier avec notre Bien-aimé : on le regarde, on lui dit qu’on l’aime, on jouit d’être à ses pieds. »

*Photo* : Invitation à la nuit de veille avec Jésus à l’Île de pierres

 

*-Ecrits de Saint Charles de Foucauld pour mieux le comprendre*

« Ô mon Seigneur et mon Dieu, faites-moi, à votre exemple, n’avoir de plus chers moments que ces heures de prière nocturne et solitaire ! Apprenez-moi à prolonger de plus en plus ces heures où, pendant que tout sommeille, je veille seul à vos pieds, où, sans que personne sache, ni partage mon bonheur, je jouis dans la solitude de la nuit de la présence de mon Dieu. » L’esprit de Jésus, p. 42

 

*-Parole de l’Ecriture Sainte, base de la sainteté*

En ces jours-là, Jésus s’en alla dans la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu. (Lc 6,12)

 

*-Petite méditation pour intérioriser*

Charles aimait la nuit, où le rythme du temps semble suspendu, la terre dort, les formes perdent leurs contours, les couleurs leurs précisions, tandis qu’un grand silence fait déjà pressentir le voisinage de l’éternité. Le fait de prendre du temps sur le sommeil, et de veiller en prière est une bonne façon pour s’initier, avec notre corps et nos sens, au mystère de Pâques : seuls, livrés à la nuit angoissante, nous attendons le retour de l’aube, l’avènement de l’aurore, image du retour du Christ au matin de Pâques qui viendra nous éclabousser de sa lumière, nous inonder de sa joie.

 

*-Une résolution pour suivre Saint Charles de Foucauld*

Fais l’effort de te réveiller la nuit, ou de te lever plus tôt que d’habitude, pour veiller dans la prière avec le Seigneur, communier à son angoisse, lui qui approche de sa Passion.

Ou mieux encore : Je participe à la nuit de veille avec Jésus à l’Île de pierres les 11 et 12 avril !

*

*« Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*-La vie de Saint Charles de Foucauld, pour mieux le connaitre*

Défricheur évangélique. En onze années de présence à Tamanrasset, Charles n’a converti aucun musulman. Son ami Laperrine, responsable des Oasis sahariennes, va plus loin : « Il ne cherche pas à faire de conversions. » Trop respectueux de la liberté des personnes, Foucauld ne veut pas faire de prosélytisme, il ne veut forcer aucune conscience. Lui qui se voit en « défricheur évangélique » veut « préparer la terre » que d’autres, plus tard, moissonneront. Son mode d’évangélisation consiste non à prêcher Jésus, mais à aimer les touaregs à la façon du Ressuscité, d’un cœur aussi grand, à devenir l’un d’entre eux, à parler leur langue.

*Photo* : Le Bon Pasteur

 

*-Ecrits de Saint Charles de Foucauld pour mieux le comprendre*

« Il faudrait des bons prêtres en assez grand nombre, non pour prêcher, mais pour prendre le contact, se faire aimer, inspirer estime, confiance, amitié, opérer un rapprochement entre la population et eux, défricher la terre avant de semer... Ne pas chercher de longtemps à faire des conversions, mais aimer, être bon, être vertueux, prendre un contact étroit. » Lettre à Fitz-James, 11 décembre 1912

 

*-Parole de l’Ecriture Sainte, base de la sainteté*

Nous qui sommes du jour, restons sobres, mettons la cuirasse de la foi et de l’amour et le casque de l’espérance du salut. (1Th 5,8)

 

*-Petite méditation pour intérioriser*

Défricher signifie rendre cultivable et productif une terre en friche, un terrain à l’abandon. C’est un travail ingrat, lent, dont on ne voit pas le résultat immédiat, qu’on accomplit dans l’espérance qu’il portera du fruit, à la grâce de Dieu. Telle était la vie de Charles à Tamanrasset : préparer le terrain des cœurs, en aimant au quotidien, sans souci du résultat. Le but de la vie chrétienne, nous rappelle-t-il ainsi, c’est de manifester l’amour de Dieu. La conversion n’est pas l’objectif : elle vient comme par surabondance, à l’heure du bon vouloir du Seigneur.

 

*-Une résolution pour suivre Saint Charles de Foucauld*

Je contemple tout ce qui, autour de moi, ne « sert » à rien au regard des critères de notre époque avide de rentabilité, d’efficacité, de résultats quantifiables : une fleur, la gratuité d’un sourire, le soin apporté à telle personne malade ou âgée.

 

*« Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*-La vie de Saint Charles de Foucauld, pour mieux le connaitre*

Apprendre à recevoir. En 1908, Charles connaît une année éprouvante. Il se sent seul ; le compagnon dont il rêve pour le seconder dans sa mission n’arrive pas, et ne viendra jamais. Touché par le scorbut, il est à bout de forces. À cause d’une sévère famine qui sévit dans la région, il n’a rien à manger. Lui qui ne se plaint jamais écrit à un ami militaire de lui envoyer du lait concentré, des légumes secs. Il échappe à la mort grâce à de pauvres musulmans qui lui donnent quelques verres de lait de brebis. Charles est touché. Il se voyait en sauveur apportant l’Évangile et le progrès, mais c’est lui qui reçoit la vie de ces délaissés.

*Photo* : J’avais soif et vous m’avez donné à boire Mt 25

 

*-Ecrits de Saint Charles de Foucauld pour mieux le comprendre*

« Donner, donner tout ce que nous avons, tout ce qu’on nous demande... Nous avons tout reçu gratuitement, les dons surnaturels, les grâces, les dons naturels de l’âme et du corps, les biens matériels. Donnons tout sans compter, mettons au service des autres pleinement, entièrement, et les dons surnaturels que Dieu nous a faits, et les forces de notre âme et de notre corps, et les biens matériels que nous avons à notre usage. » Œuvres spirituelles, p. 200

 

*-Parole de l’Ecriture Sainte, base de la sainteté*

Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie […]. Tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. (Mc 12,43-44)

 

*-Petite méditation pour intérioriser*

Auprès des Touaregs, Charles apprend la réciprocité de l’amour. Ce sont les familles de Tamanrasset, pourtant elles aussi éprouvées par la famine, qui l’arrachent à sa fatigue physique et morale, tandis qu’il dépérissait et crevait de solitude. Cet épisode nous le rappelle : l’amour est un échange, une « communication mutuelle », selon l’expression d’Ignace de Loyola dans les Exercices spirituels ; il consiste autant à recevoir qu’à donner. Sans échange, sans réciprocité, sans donation mutuelle, nous sommes dans le patronage, l’assistance sociale, toutes choses très louables, mais pas encore dans l’amour.

 

*-Une résolution pour suivre Saint Charles de Foucauld*

Je passe une soirée, une heure, un moment auprès d’une personne malade, en deuil, ou en difficulté, pour faire l’expérience que, auprès d’eux, j’ai autant à recevoir qu’à donner.

*

*« Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*-La vie de Saint Charles de Foucauld, pour mieux le connaitre*

Le secret de la joie. Les rares Européens qui croisent Charles autour des années 1910 sont frappés par la joie qui émane de sa personne. À chacun, il offre un visage de fête, communique une joie profonde. Il ressemble au personnage de l’Évangile qui a trouvé la « perle précieuse » et en est transfiguré (Mt 13,44). Quel est ce trésor, ce secret qui dilate son cœur ? Il tient dans cette phrase d’apparence insipide qu’il révèle à Louis Massignon : « C’est en aimant les hommes qu’on apprend à aimer Dieu. » Selon lui, la seule voie pour s’unir au Seigneur passe par cet amour réaliste, concret pour nos frères.

*Photo* : Sourire de Charles de Foucauld

 

*-Ecrits de Saint Charles de Foucauld pour mieux le comprendre*

« On peut facilement s’illusionner sur l’amour de Dieu, croire qu’on le possède et ne pas l’avoir : qu’on regarde l’amour qu’on a pour le prochain et on sera renseigné sur celui qu’on a pour Dieu. L’amour pour le prochain se connaît sans peine ; on le constate chaque jour aux pensées, aux paroles, aux actes qu’on fait et à ceux qu’on ne fait pas. » Aux plus petits de mes frères, p. 138

 

*-Parole de l’Ecriture Sainte, base de la sainteté*

Si quelqu’un dit : “J’aime Dieu”, alors qu’il a de la haine contre son frère, c’est un menteur. En effet, celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas. (1Jn 4,20)

 

*-Petite méditation pour intérioriser*

« Entrons avec ceux qui sont près de nous dans les petits détails de santé, de besoins, consolons, par les plus minutieuses attentions : ayons, pour ceux que Dieu met près de nous ces tendres, délicates, petites attentions qu’auraient entre eux des frères tendres. » C’est cette charité au ras du quotidien qui ouvre à Charles les portes et les cœurs des Touaregs musulmans. Mais c’est également elle qui le rapproche de Jésus. Renversant la théologie spirituelle qui préconise d’aimer les autres par amour de Dieu, Charles pense et vit le contraire : c’est en aimant les hommes qu’on apprend à aimer le Seigneur.

 

*-Une résolution pour suivre Saint Charles de Foucauld*

J’essaie de mettre du baume dans le cœur des personnes qui sont autour de moi, par des gestes de tendresse, une délicatesse d’attention, de façon à leur montrer concrètement qu’elles ont du prix à mes yeux, que leur existence est une bénédiction.

*

*« Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*-La vie de Saint Charles de Foucauld, pour mieux le connaitre*

Divine solitude. Charles aime la solitude, car il sait qu’elle est habitée. « Cette douceur de la solitude, témoigne-t-il, je l’ai éprouvée à tout âge. Même sans être chrétien, j’aimais la solitude en face de la belle nature, à plus forte raison quand le monde invisible fait que dans la solitude on n’est jamais seul. L’âme n’est pas faite pour le bruit mais pour le recueillement. » À Tamanrasset, quand sa maison n’est pas prise d’assaut par les visites de Touaregs, ou qu’il ne chevauche pas les pistes pour visiter les campements des tribus nomades, Charles cultive cette solitude, communion avec Dieu et ceux qu’il aime.

*Photo* : Le Père Charles de Foucauld a installé un petit ermitage à 70 kms de Tamanrasset sur le plateau de l’Assekrem. Ici son ermitage qui surplombe le désert de pierre du Hoggar

 

*-Ecrits de Saint Charles de Foucauld pour mieux le comprendre*

« Ce désert m’est profusément doux ; il est si doux et si sain de se mettre dans la solitude en face des choses éternelles ; on se sent envahi par la vérité. Aussi m’est-il dur de voyager et de quitter cette solitude et ce silence : mais la volonté du Bien-aimé quelle qu’elle soit doit être non seulement préférée, mais adorée et bénie sans mesure. » Lettre à Marie de Bondy, 12 juillet 1912

 

*-Parole de l’Ecriture Sainte, base de la sainteté*

Je vais le séduire, le conduire au désert et parler à son cœur. (Os 2,16-18)

 

*-Petite méditation pour intérioriser*

Le carême nous le rappelle : si l’Église est envoyée annoncer le Seigneur sur la place publique, elle est aussi appelée, à certaines périodes, à le suivre au désert pour se reposer près de lui. Au désert, Jésus n’était jamais seul : il y était avec son Père, dans l’intimité d’un amour unique. Si Dieu est présent dans sa création, au cœur de chaque homme rencontré, il l’est aussi, d’une façon particulière, dans le secret de la solitude. Telle doit être notre vie : mêlée aux hommes, engagée dans le monde pour proclamer Jésus, et retirée pour s’enraciner toujours davantage en lui.

 

*-Une résolution pour suivre Saint Charles de Foucauld*

Je sanctuarise un temps, une heure, un jour, un week-end, pour une retraite spirituelle en solitude, dans le silence, pour demeurer en présence de Jésus qui marche vers sa Passion. Je peux aussi participer au chemin de croix de ma paroisse le vendredi.

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin