Exhortation quadragésimale

Le temps de carême est là. Jésus est conduit au désert par l’Esprit. Satan, le Tentateur par excellence, le poursuivra pour le sortir de son recueillement et l’emmener à Jérusalem, la Ville Sainte, puis au sommet du Temple, et enfin sur une haute montagne. Le désert, le Temple, la montagne, ces trois hauts lieux spirituels n’intimident pas Satan. Il en fait plutôt des lieux de fortes tentations. Si Dieu est partout, Satan aussi veut être partout. Même dans le bénitier, il essaie d’y aller, mais… Vous savez la suite. Il n’a même pas craint de tenter Jésus, vrai Dieu et vrai homme. Décidément ce Prince des ténèbres aime jouer avec nos désirs, notre imagination, nos ambitions trop humaines pour notre perte.
Parlons clairement. Nous subissons tous des tentations. Et  ce ne sont pas forcément les plus exposés qui s’éloignent le plus de Dieu : douaniers, politiciens, gendarmes, policiers, prostituées, drogués et que sais-je ?  Celui qui cherche Dieu dans la perfection et  la sainteté véritable semble plus intéressant pour l’Auteur du mal. Nos séminaires, nos noviciats, nos maisons de formation, nos monastères, nos presbytères, nos évêchés, nos communautés de Frères et de Sœurs ne sont pas suffisamment blindés contre cet Adversaire redoutable, habile et adroit dans l’art de se déguiser. Il pénètre partout avec une facilité indicible. Pas d’illusion. Nul n’est à l’abri de la pollution morale et spirituelle. Plus on cherche à être fidèle à Dieu, plus Satan, comme un moucheron infatigable, vient nous mettre à l’épreuve. Ce combat est terrible, n’est ce pas ? On devine alors aisément la violence des tentations du Fils de Dieu. Les mystiques comme Saint Paul, Saint Padre Pio, Marthe Robin, nous décrivent la rage diabolique avec laquelle Satan s’acharne sur les amis de Dieu. Il ne s’agit pas de voir le diable partout. Cela nous dédouanerait de nos responsabilités. Et ce serait encore une astuce de sa stratégie plus fine que les autres. Ce qu’il veut, ce monsieur, c’est que les hommes s’éloignent du Créateur, dans la pensée et dans le cœur, subrepticement, sans s’en rendre compte, jusqu’à rompre complètement avec le Dieu qui nous sauve. Mais revenons aux tentations de notre Seigneur, où Satan se présente comme un grand érudit, grand exégète. Le Pape Benoît XVI l’a souligné avec humour et gravité dans son livre « Jésus de Nazareth » : « Tout le dialogue se présente comme un débat entre deux experts en Ecriture Sainte : le diable y fait figure de théologien… La dispute théologique entre Jésus et le diable est une dispute qui concerne chaque  époque et qui a comme objet l’interprétation correcte de la Bible… »
    Mais le Christ ne succombera pas à la flatterie pernicieuse du Tentateur : « Si tu es le Fils de Dieu », ni à l’appétit du pouvoir terrestre ;  il ne se jettera pas du pinacle du Temple ; il ne s’agenouillera pas devant Satan pour marchander la domination du monde avec lui. Voilà pourquoi Satan poursuivra notre Sauveur jusqu’à l’humiliation de la croix, la pire des humiliations.  Ainsi, Jésus descendra dans l’abîme de la mort, « dans la nuit de l’abandon » comme un être inutile et sans force. Ironie du sort, c’est désormais la Croix de Jésus qui  triomphe allègrement de Satan. C’est l’arme la plus efficace contre lui. Et Ce monstre furieux fait tout pour que nous banalisons l’instrument de notre salut. Oui, le monde repose sur l’amour sacrificiel du Christ et non sur la boursouflure du moi de Satan, sur son orgueil cousu de mensonges. « Vanités des Vanités, tout est vanité »! C’est clair, toutes les tentations reposant sur l’AVOIR - le POUVOIR - la JOUISSANCE, viennent de  Satan et  peuvent être vaincues.
Mettons-nous à genoux devant la Croix de Jésus pour une cure de désintoxication morale et spirituelle,  en faisant la vérité sur notre vie.  Car Satan n’arrive pas à régner là où se trouve la vérité. Que chacun se dise la vérité et dise la vérité à son prochain. La vérité nous rendra libres, et  la corruption disparaîtra de nos rapports, de même que l’impureté, les jalousies, les divisions, le syncrétisme, le spiritisme, le charlatanisme etc. Sincèrement,  reprenons la Bible, ce trésor des trésors. Et en silence, disons comme Samuel : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute ».  La Parole de Dieu est puissante et efficace. Revenons à Dieu, et sous son regard miséricordieux, examinons-nous posément, calmement, avec foi, en mettant notre  confiance en son nom très saint.
     Alors l’Afrique, qui est si ouverte au christianisme, deviendra lumière du monde et sel de la terre. Il y a espoir si nous prenons en mains nos responsabilités. Le Pape Benoît XVI comme le prophète Balaam, cet homme au regard pénétrant, voit en nous des atouts importants, et annonce pour nous des lendemains meilleurs : « Un précieux trésor est présent dans l’âme de l’Afrique, dit-il, où je perçois le poumon spirituel pour une humanité qui semble en crise de foi et d’espérance, grâce aux richesses humaines et spirituelles inouïes de ses enfants, de ses cultures aux multiples couleurs, de son sol et de son sous-sol aux immenses ressources. Cependant, pour se tenir debout avec dignité, l’Afrique a besoin d’entendre la voix du Christ qui proclame aujourd’hui l’amour de l’autre, même de l’ennemi, jusqu’au don de sa propre vie, et qui prie aujourd’hui pour l’unité et la communion de tous les hommes en Dieu ». Africae Munus n°13.
Cette prophétie pourrait se résumer en un impératif d’exhortation : « Lève-toi, Eglise en Afrique, famille de Dieu, parce que le Père Céleste t’appelle ». Profitons de ce carême qui nous est donné pour méditer profondément sur cet appel du Saint-Père, et prendre des résolutions énergiques. Le Pape a confiance en nous. Il sait que Dieu n’oublie personne. Ce Dieu nous a gravés sur les paumes de ses mains.
    Voici cinq conseils pour nous aider à lutter contre le matérialisme sauvage et le relativisme éthique et spirituel en ce temps de carême :

1 – Se trouver chaque jour un temps de prière intérieure.  Car perdre du temps pour Dieu,  c’est le gagner magnifiquement. 20 mn par jour c’est un minimum, ne serait-ce que pour dire le chapelet. Essayez et vous verrez. On  perd beaucoup de temps dans les buvettes, ou bien devant la télévision  pour regarder les matches de football, les feuilletons etc.
Retenez cette phrase salutaire : « Celui qui prie se sauve certainement, celui qui ne prie pas se damne certainement ». Donc donnons la priorité à cette rencontre intime et quotidienne avec Dieu. Notre bonheur éternel en dépend. Pas de négligence !

2 – « Pardonnez et vous serez pardonnés ». De grâce, n’allez pas au lit le soir sans vous être réconciliés avec la personne qui vous a énervés ou que vous avez énervée. Et pas de réconciliations superficielles. Moins on a le cœur chargé d’inquiétude, de tristesse, d’angoisse, de rancœur et de vengeance, plus on rayonne de joie dans la journée,  et le soir le sommeil vient rapidement et on dort paisiblement. Le sommeil, quel excellent remède ! « Dieu comble son bien-aimé quand il dort ». Et le lendemain on est plus agréable, on est plus productif, et le nombre de nos amis s’accroit. Pas besoin de somnifère. Ça coûte trop cher pour rien. Programmons aussi le sacrement de réconciliation pour nous décoincer et unifier notre être afin de mieux  marcher sous le regard de Dieu.

3 – Jeûner sérieusement de son portable, de la télévision et de l’internet : ce jeûne doit être strict pendant les repas, la prière, le repos de la sieste et de la nuit, et aussi pendant les dialogues sérieux. Ces appareils, bon serviteurs à priori, sont devenus de vrais mangeurs de temps ; ils nous imposent beaucoup de distractions pour qu’on s’intéresse surtout à nos interlocuteurs lointains et qu’on néglige souverainement ceux qui sont là devant nous. Quel manque de politesse élémentaire. C’est le portable qui est fait pour l’homme et non l’homme pour le portable. Donnons pendant ce temps de carême un peu plus d’attention à nos enfants, à nos subalternes, à nos visiteurs, aux gens de nos maisons, au conjoint. Cela favorise l’hygiène morale et spirituelle !
 
4 – Etre fidèle au devoir d’état, à la maison comme sur le lieu de travail,  sans critiquer méchamment ou injustement les autres, sans se plaindre à temps et à contre temps ! Nos tâches quotidiennes, si on les exécutait avec amour en pensant à Dieu, on serait plus épanoui. La sainteté, ce n’est pas autre chose. C’est s’unir au Christ pour sauver le monde à travers  nos devoirs d’époux, de fonctionnaires,  d’élèves, de parents,  d’éducateurs, de prêtres, de religieuses etc. Bien faire ce qu’on a à faire, même si les autres ne nous comprennent pas toujours. N’est-ce pas cela porter sa croix ? Le Saint Curé d’Ars disait que « la prédication des saints, ce sont leurs exemples ». Et donc, pas de tricheries, pas de fraudes, pas de paresse etc. En effet, c’est à nos fruits qu’on nous reconnaitra pour les vrais disciples du Christ. Ne prenons pas pour modèle le monde présent qui promeut les vices et combat les vertus.

5 – Faire l’effort de lire l’exhortation apostolique post-synodale « Africae Munus ». Cet opuscule nous fera un grand bien.  En plus, nous pourrons lire aussi  un bon livre spirituel, ou tout simplement nous imposer de méditer seul ou en groupe une lettre du Nouveau Testament. Personnellement je vous recommande les épitres de Saint Paul aux Corinthiens. Tout ce qu’il dit à ses communautés chrétiennes en gestation nous concerne encore aujourd’hui.

    En conclusion, résistons à Satan, fermement, dans la foi. Il n’est qu’une créature. N’ayons pas peur de lui. Il ne fait que ce que Dieu lui permet. Je recommande vivement de lire Ep. 6, 10-17.  Ces versets bibliques mériteraient qu’on les apprennent par cœur. Nous pouvons vaincre le Tentateur avec la force du Christ qui a vaincu le monde. Plus concrètement, il y a, à notre disposition,  la Sainte Messe, le sacrement de pénitence, les sacramentaux comme la médaille miraculeuse de la Sainte Vierge Marie, le chapelet, l’eau bénite, la croix de Saint Benoît : tout cela éloigne Satan de nous, si nous menons une vie droite, humble et pleine de confiance en Jésus mort et ressuscité pour nous. BON CAREME A TOUS !


+ Pascal N’KOUE
Omnium Servus
 
NOUVELLES DE FAMILLE
-  La famille diocésaine est cordialement invitée à faire bon accueil aux reliques de Don Bosco qui seront chez nous les 06 et 07 février.
- Sr  Wivine KIPANGU est nommée responsable de la Commission diocésaine des laïcs et famille.
- L’Abbé Romuald GNANGNON est nommé Vicaire à la paroisse de Tchatchou. Accompagnons-le de nos prières.
- C’est maintenant le temps favorable. Le Carême commence le 22 février. C’est un jour d’abstinence et de jeûne.
- Pour toute demande d’attestation, bien vouloir s’adresser directement au secrétariat de l’Archevêché.
-L’annuaire diocésain 2012 est désormais disponible. Chaque baptisé devrait l’avoir.
- L’exhortation post-synodale « Africae Munus » est un vrai levain. Il faut absolument la lire, la diffuser, faire des sessions, des récollections, des retraites spirituelles, en s’inspirant de ce texte majeur pour l’Afrique et même pour le monde entier. Notre avenir est entre les mains de Dieu et non dans les calculs des puissances d’argent.
-   Je vous encourage fortement à la récitation de la prière de l’Angelus le matin, à midi et le soir. Peu importe si la paroisse a une cloche ou non.
-  Participez au chemin de croix les vendredis de carême.
-  Le Casuel, uniquement pour les paroisses de la ville, est fixé à 5 000 f pour les baptêmes, 10. 000 f pour les mariages et funérailles.
Pour les paroisses rurales, les dons en nature sont acceptés.
- Le sanctuaire marial diocésain sera dédié  à « Marie, Reine des familles ».
- La messe chrismale aura lieu désormais le mercredi saint, à la Cathédrale, à 9 h 30.
-  Merci à la délégation conduite par le Père Eduardo AGUIRRE Franco, venue de San Sebastian (Pays Basque) pour s’intéresser à l’avenir de nos enfants très pauvres.

Quelques dates
1-5 fév.    :    A Rome : Réunion de certains évêques avec la Communauté de Sant ‘Egidio.
2 fév.       :    Journée mondiale de la vie consacrée : Célébration à l’église d’Albarika.
6-7 fév.    :    Séjour des reliques de Don Bosco chez nous.
8-12 fév.  :    Jubilé des 25 ans de présence au Bénin des oblats de S. François de Salles.
11 fév.     :    Vœux perpétuels de Sr. Geneviève (Les Albertines) à la paroisse de Guéma, par Mgr Nestor ASSOGBA, Archevêque Emérite de Cotonou.
    :    Marathon salésien et festivités : Bienvenue aux amis d’Annecy, Bayreuth et Sarone.
8-12 fév.  :    A Vittorio Veneto (Italie) avec l’Association des familles rurales.
12 fév.    :  A la Cathédrale, à 9h30, Messe d’ouverture du jubilé de nos 70 ans d’évangélisation. Elle sera présidée par le T.R.P. Michel l’HOSTIS, Supérieur  Régional des Pères s. m. a.
13-18 fév.:    A Rome : Assemblée Générale du SCEAM (Conférence Episcopale continentale Afrique et Madagascar) avec la Conférence épiscopale d’Europe.
20 fév.    :    Retour à Parakou.
21 fév.    :    A 9h30, Conseil presbytéral à l’Archevêché.
22 fév.    :    A 6h30, cérémonie des Cendres à la Cathédrale.
24 fév.    :    A 19h00 chemin de croix à Guéma et bénédiction de la  grande croix d’église.
25 fév.    :    A 9h30 : Rencontre avec tous les enseignants et professeurs de nos écoles  catholiques au Centre Guy Riobé.
26 Fév.    :    Rencontre et Saint Sacrifice de la Messe avec les étudiants à l’Université de Parakou à 9h00.
27 fév.     :    Formation permanente des jeunes prêtres à l’Archevêché à 9h30.
28 fév.     :    Récollection du  presbyterium pour l’entrée en carême, au Centre Guy Riobé à 9h00. Venez avec aubes, étoles et bréviaires (Toute la journée).

ABONNEMENT POUR UN AN
    Dans l’Archidiocèse de Parakou : 1.000 F CFA
    Au Bénin : 2.000 frs ;
    A l’extérieur : 10 euros
CCP  Paris 0120749 E020 - BP : 75 Parakou BENIN - Tél : (0229) 23 61 02 54 / 23 61 01 09
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Chers amis et chers tous, comme vœux à vous formuler pour 2012, je n’ai pas trouvé mieux que l’Appel vibrant du Pape Benoît XVI au Bénin, à l’Afrique et même au monde entier.
        En effet, le 19 Novembre 2011, au Palais de la Présidence de la République du Bénin, le Pape Benoît XVI a exprimé son affection à tous les Peuples d’Afrique ainsi que ses convictions pour un relèvement de l’Afrique. Face à la résignation, Benoît XVI a entonné la mélodie de l’espérance. Car "l’humanité n’est pas seule face aux défis du monde. Dieu est présent". Le Pape y croit fortement mais est-ce que les peuples africains y croient comme lui et autant que lui ? Réécoutons ensemble avec beaucoup d’attention certains passages de son message. Et laissons-nous toucher par son vœu le plus cher pour l’Afrique : l’espérance d’une Afrique debout. « Parler de l’espérance, c’est parler de l’avenir et donc de Dieu !... Il s’agit de construire avec l’aide de Dieu ». En effet, tout ce qui se construit sans Dieu reste toujours fragile. Ou bien le temps se charge de le détruire, ou bien cela se retourne contre l’homme, le suffoque et l’écrase. Le Pape a ciblé deux réalités qui sont d’actualité: La vie socio-politique et économique de notre continent d’une part, et le dialogue interreligieux d’autre part. Je ne parlerai que du premier volet.
    « De cette tribune, je lance un appel à tous les responsables politiques et économiques des pays africains et du reste du monde entier. Ne privez pas vos peuples de l’espérance ! Ne les amputez pas de leur avenir en mutilant leur présent ! Ayez une approche éthique courageuse de vos responsabilités et, si vous êtes croyants, priez Dieu de vous accorder la sagesse ! Cette sagesse vous fera comprendre qu’il faut devenir de vrais serviteurs de l’espérance. Il n’est pas facile de vivre la condition de serviteur, de rester intègre parmi les courants d’opinons et les intérêts puissants. Le pouvoir, quel qu’il soit, aveugle avec facilité, surtout lorsque sont en jeu des intérêts privés, familiaux, éthiques ou religieux. Dieu seul purifie les cœurs et les intensions ».

1) Parlez-nous, Monseigneur, du Pape Benoît XVI                                                                                                          
Je n’ai pas travaillé avec lui à Rome, contrairement à nos  Nosseigneurs B. ADOUKONOU (qui vient d’être sacré évêque à Rome), F. AGBATCHI  et Melon DJIVOH. Eux, ils pourront vous donner des détails intéressants. Quand j’étais étudiant à Rome, il m’arrivait de croiser le Cardinal Joseph RATZINGER sur la place St Pierre. On le saluait et il s’arrêtait ; il prenait le temps de s’intéresser à nous aimablement, avant de continuer sa route. A coup sûr, c’est un grand homme. Un grand homme, dit-on,  c’est celui qui n’a pas perdu son cœur d’enfant. Le génie de ce Pape, c’est son cœur, à la fois simple, doux et majestueux. Et sa devise épiscopale résume  sa personnalité : "Cooperatores veritatis". Le courage pour dire la vérité le caractérise. C’est primordial pour lui, même si cela dérange et risque de diminuer sa popularité aux yeux du monde. Il est bien sûr le garant de l’unité dans l’Eglise, mais cette unité ne peut pas se reconstituer au détriment de la vérité. "Amour et vérité se rencontrent " dans sa vie. Sa première encyclique est « Deus caritas est » et sa dernière encyclique "Caritas in veritate". Les deux se complètent et  sont  inoxydables. Sa réflexion sur  la liberté de l’homme, sur la foi et la raison, la foi et la culture, la conscience humaine  constituent des thèmes fondamentaux sur lesquels il revient souvent. Mais moi, c’est le Pape liturgiste qui m’influence le plus. La liturgie c’est le ciel sur la terre, c’est l’ouverture de la terre vers le ciel. C’est central pour nous. Comme je voudrais que les séminaires et le clergé  rejoignent entièrement le Pape Benoît XVI dans ses instructions ! Il insiste beaucoup sur la vie intérieure, la musique sacrée, le chant grégorien, le silence rempli de Dieu, les gestes prescrits par les rubriques. Si vous ne lisiez que "l’Esprit de la liturgie" ! En tout cas, notre Pape est un Pasteur impressionnant de sagesse et de noblesse tout à la fois.

(Extrait de l’interview de la NEF à l’Archevêque de Parakou)

L’Afrique bouge, quoi qu’on dise. Mais il faut qu’elle avance avec sagesse, détermination et dignité. C’est le plus vieux continent, mais il ne souffre encore d’aucun symptôme de vétusté. Contrairement aux idées en vogue, ce continent  est un géant endormi, un trésor insoupçonné de biens matériels et de ressources spirituelles pour toute l’humanité. Seulement, il a un besoin urgent de justice, de réconciliation et de paix. Vouloir c’est pouvoir. C’est une question de leadership, de responsabilité et de vision commune à moyen et à long terme. Tout le monde devrait se sentir concerné pour le relèvement de l’Afrique, et en premier lieu les peuples africains, leurs classes dirigeantes, les confessions religieuses et bien sûr l’Eglise catholique. Nous avons beaucoup d’enfants, plein de jeunes, de vastes domaines de terres non cultivées, et nous croyons en Dieu qui nous aime. Ce n’est pas négligeable. On peut donc se relever. D’objet d’assistance, ce continent doit devenir sujet d’un partenariat énergique, débarrassé de tout complexe humiliant, qui le défigure. C’est un défi pour les Africains et un défi aussi pour la Communauté Internationale qui flirte bien souvent de façon hypocrite avec nos leaders. Je partage avec vous ces idées que j’ai confiées à la NEF (une revue catholique de France).

… Je voudrais saluer d’abord le Nonce Apostolique, Son Excellence Mgr Michael August BLUME, et lui demander de transmettre nos gratitudes au Saint-Père qui nous visite bientôt au Bénin. Dans ma lettre de nomination qu’il a signée à Rome, un sentiment d’affection lui a échappé. Il a écrit que la communauté chrétienne de Parakou lui est très chère. Quel privilège pour nous ! Bénissons le Seigneur.  Je voudrais aussi demander pardon publiquement au Nonce Apostolique, son représentant au Bénin,  pour l’avoir fatigué avant d’accepter cette charge d’Archevêque de Parakou. Mais j’ai beaucoup appris de sa patience évangélique. Dieu soit loué !
 Je salue la Conférence Episcopale du Bénin (CEB) et spécialement les Evêques de la Province Ecclésiastique  de Parakou qui m’aideront à faire valoir ce pallium qu’on vient de me mettre au cou. S’ils ne tiennent pas la chose avec moi, cela deviendra une véritable corde au cou.

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
24
25
27
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin