Le célibat
Les trois autres voies principales se vivent dans le célibat. Dans le célibat, l’amour s’élargit et s’accomplit en dehors des relations matrimoniales et de l’exclusivité de relations entre deux personnes.
La vocation au célibat se présente chez une personne qui aime bien les gens de l’autre sexe, qui a des relations sociales normales, mais qui n’éprouve aucun désir habituel de bâtir sa vie sur une relation privilégiée avec une autre personne. Pour le ou la célibataire, une certaine indépendance permet d’être lui-même (elle-même), de garder son dynamisme et son enthousiasme même quand il ou elle est seul(e).
- Le célibat des laïcs
a) En quelques mots
Certaines personnes choisissent de demeurer célibataires et exercent leur générosité en se consacrant à une œuvre  ou un travail ; elles se mettent ainsi au service des autres, sans que leur engagement soit défini par un cadre institutionnel.
b) Signes d’appel à cette vocation
Il faut toujours une raison de vivre, un motif qui donne un sens à ses actions. C’est pourquoi celui ou celle qui fait le choix du célibat doit se demander pourquoi il ou elle le fait. Ce peut être pour se donner au service des autres : le soin des membres de sa famille ou le service des déshérités, des malades, des handicapés.
Certaines personnes vivent le célibat parce qu’elles sont encore en attente. Aucune raison ne les appelle à s’engager dans une autre voie. Ces personnes doivent rester disponibles.

La vie religieuse
a) En quelques mots
Dieu appelle certaines personnes à vivre d’une façon radicale l’amour de charité. Ces personnes renoncent à accumuler des biens pour elles-mêmes. Elles donnent leurs revenus à des projets ou des œuvres d’éducation ou de service par l’intermédiaire d’une communauté. Elles délimitent leur liberté personnelle par la charité vécue en communauté. Elles renoncent enfin à l’amour exclusif d’une personne pour s’ouvrir à l’amour vécu pour tous.
Ces personnes prononcent ce qu’on appelle les vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance, vœux qui les aideront à se donner entièrement à Jésus Christ et aux autres. Ce sont les religieux et religieuses, frères, sœurs et religieux-prêtres. Vivant en communauté, la plupart mènent une vie active dans des engagements de toutes sortes. Mais un certain nombre, tout en travaillant pour gagner leur vie, s’adonnent principalement à une vie centrée sur la prière et la contemplation : ce sont les moines et moniales.
b) Signes d’appel à la vie religieuse
Tu constates en toi les dispositions suivantes:
Tu as le goût de prier (ou tu as le désir de développer le goût de la prière); ton attachement à Jésus Christ est ferme; tu as senti de temps à autre, quand tu étais jeune, monter en toi un désir encore imprécis de devenir , « frère » , « soeur », ou  » père »; tu ne tiens pas à l’argent, à tout posséder et à dominer les autres ; tu peux vivre simplement, sans beaucoup d’exigences ; tu es prêt à renoncer à ta façon personnelle de voir au profit d’un groupe ou d’une équipe, quand c’est    pour un bien plus grand.
Tu aimes vivre en équipe, avec un groupe. Cela te stimule, te rend plus créateur. Tu es même disposé(e) à renoncer à tes aises, à tes idées pour travailler avec d’autres, avec un groupe ou une communauté.
Il est bien possible alors que tu aies la vocation religieuse. Consulte un religieux, une religieuse, un prêtre. Ils t’aideront à voir plus clair.
« Et si naît en vous le désir de consacrer votre vie au service de Dieu et de vos frères dans le ministère de l’Église, dans la vie religieuse, sachez y reconnaître l’appel du Seigneur et répondre avec la générosité sans réticence des jeunes. Prenez le temps du discernement, laissez éprouver votre vocation dans la prière et la réflexion. »
(Jean-Paul II aux jeunes réunis au stade olympique, septembre 1984)

Pour faire un choix
Si tu sens un appel, rencontre des époux sérieux, un prêtre, une religieuse, un frère ou un religieux-prêtre. Va parler à ton curé ou à un responsable des vocations dans ton diocèse. Ils t’aideront à trouver ta route, celle où tu connaîtras vraiment le bonheur et où tu serviras les autres dans la joie.
Par tes talents, tes goûts, tes dons et par un appel secret dans ton cœur, Dieu te donne des indications pour trouver le chemin du bonheur et la voie du service, son service et celui des autres.
Souvent il est difficile de comprendre ces signes. On peut mieux les interpréter dans la prière, la prière à Jésus, à Marie, à l’eucharistie en particulier. On peut aussi se faire conseiller. Alors, l’appel de Dieu se fera entendre plus clairement.
Si tu songes à consacrer ta vie au Seigneur dans le sacerdoce ou la vie religieuse, une retraite vocationnelle peut t’aider. Dans la prière, le silence et le dialogue avec un accompagnateur, tu en arriveras progressivement à discerner si l’option que tu envisages est dans la ligne de la volonté de Dieu pour toi.


Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Doctrine sociale