Le thème de cette année pastorale est formulée comme suit : "L'autofinancement pour notre mission d'évangélisation : Jette tes béquilles et marche". Ne nous y trompons pas, "l'autofinancement" n'est pas le mot le plus important dans cette phrase. Car tout vient de Dieu, tout est pour lui, tout est en Lui... C'est lui qui a créé son Eglise et c'est lui qui nous dit de jeter nos béquilles afin de mieux marcher.

 

     Quand on voit quelqu'un marcher avec une béquille c'est qu'il a des difficultés quelque part. Plus il a des problèmes, plus il cherche des béquilles... Quand nous avons des problèmes, nous courons derrière les idoles, nous cherchons des fausses sécurités, des fausses protections, des plaisirs avilissants. Nous désirons tout sauf le Dieu qui sauve. Les béquilles spirituelles sont nombreuses ; c’est la preuve que nous ne pratiquons pas les commandements de Dieu. Vérifions si notre foi en Jésus est profonde, si nos relations interpersonnelles sont pleines de confiance. Car si nous marchons avec des béquilles nous ne nous appuyons pas sur Dieu. Ce thème pastoral nous demande de chercher le Royaume de Dieu avant tout. "Dieu, premier servi", devrait être notre slogan. Car l’apostolat déconnecté de notre intimité avec le Christ Jésus devient comme une simple propagande. On bavarde. L'autofinancement déconnecté de notre foi en la Divine Providence nous éloignera davantage de Dieu et finira par détruire nos communautés. Car là où l'argent règne, Dieu n'y règne pas. C’est clair, on ne peut pas servir deux maîtres à la fois.

 

     Pour ce thème de l’autofinancement, souvenons-nous que nous sommes avant tout des disciples du Seigneur (cf. Luc 10, 1-11). C’est Lui qui nous appelle et nous envoie en mission pour moissonner : "La moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux". Il a déjà semé. La partie la plus difficile est donc déjà faite par Lui. C’est Lui qui tient le monde dans ses mains: "Sans moi, vous ne pourrez rien faire". L’autofinancement ne peut pas être quelque chose de séparé de la vie intérieure des fidèles. C’est notre participation à faire fructifier les talents reçus de Dieu : c'est là le fondement de notre être de disciples. Devenons d’abord des hommes de prière, recevons son Esprit de feu, tournons-nous vers ce Dieu silencieux et soumettons-nous à sa volonté. Reportons-nous à Mt 6,1-6 : "… Retire-toi au fond de ta chambre", c’est une exhortation à la prière intérieure, à l’oraison de recueillement. Je répète : Si le feu de l’Esprit ne brûle pas en nous, si on coupe le lien spirituel avec Jésus-Christ ou le cordon ombilical avec sa sainte Mère, on ne peut pas aller en mission. Or, si nous perdons de vue que l'Eglise vient de Dieu et que c'est Lui qui nous demande de travailler pour la nourriture qui se garde jusqu'en vie éternelle, Satan nous éloignera davantage de Lui. Ce thème est d’abord un appel à la foi sans syncrétisme et à la solidarité fraternelle.

 

     Un petit commentaire de l’envoi en mission est nécessaire ici: • Jésus-Christ nous envoie deux à deux comme des agneaux au milieu des loups. Notre comportement sera fait de charité réciproque, de douceur et d’humilité. Aimons-nous. Tout le monde ne nous accueillera pas correctement; il y aura même des persécutions terribles. Pour tenir, nous nous appuierons sur Lui. Vérifions alors tous les jours si c'est à cause de Lui et de l'évangile que nous partons en mission. Car le contraste agneau-loup est très fort.

 

N’emportez pas de bourses, videz vos poches et vos porte-monnaies, pas de duplicité… C’est une mission qui sera faite dans le détachement, le dépouillement, sans aucune ostentation semblable à celle des puissances d’argent. Car les commodités augmentent souvent nos soucis. Et même les longues salutations sont à supprimer. Les longues conversations téléphoniques aussi. S’il n’y a pas de réseau là où l’Eglise nous envoie, bénissons doublement le Seigneur. Le salut des âmes est d'un autre ordre. Et c’est urgent.

 

     L’évangile est cette puissance qui nous libère intégralement, et nous incite plus à donner qu’à recevoir. L’esprit de mendicité chronique est un signe de  manque de foi. La foi fait bouger les montagnes, c’est-à-dire nous aide à surmonter nos multiples problèmes comme le manque d’esprit d’initiative, la paresse, le désir d’être assisté à jamais. Se prendre en charge ne concerne pas seulement l’économie et les finances  mais aussi l’inculturation de la foi,  les relations sociales, la solidarité, la politique, nos attitudes envers les pauvres, et d’abord notre confiance en Dieu. C’est prendre sa croix, porter sa croix et suivre le Christ. Tourner dos à la croix du Christ c’est ne rien comprendre à la puissance d’amour de Dieu qui nous demande des sacrifices d’amour. La croix du Christ signifie ″se donner à fond par amourʺ, jusqu’au bout, pour la mission d’évangélisation, et non vouloir moissonner pour soi là où on n’a pas semé.

 

     «Dans cette perspective, les Pères synodaux ont souligné qu’il est nécessaire que toute communauté chrétienne soit en mesure de pourvoir par elle-même, autant que possible, à ses propres besoins. L’évangélisation requiert donc, outre les moyens humains, des moyens matériels et financiers substantiels, dont bien souvent les diocèses sont loin de disposer dans des proportions suffisantes. Il est donc urgent que les Eglises particulières d’Afrique se fixent pour objectif d’arriver au plus tôt à pourvoir elles-mêmes à leurs besoins et à assurer leur autofinancement. Par conséquent, j’invite instamment les Conférences épiscopales, les diocèses et toutes les communautés chrétiennes des Eglises du continent, chacune en ce qui la concerne, à faire diligence pour que cet autofinancement devienne de plus en plus effectif. Par ailleurs, j’adresse un appel aux Eglises-sœurs du monde pour qu’elles soutiennent plus généreusement les Œuvres Pontificales Missionnaires et que, à travers leurs organismes d’aide, puissent être consentis, aux diocèses dans le besoin, des financements destinés à des projets d’investissement capables de produire des ressources, en vue de l’autofinancement progressif de nos Eglises. Il ne faut d’ailleurs pas oublier qu’une Eglise ne peut arriver à l’autosuffisance matérielle et financière que dans la mesure où le peuple qui lui est confié ne subit pas une misère extrême ». (Ecclesia in Africa n°104).

 

     Nous sommes fiers de nos premiers missionnaires SMA parce qu’ils ont semé leurs vies pour planter l’Eglise en Afrique. Si à notre tour nous semons nos vies, nous récolterons des fruits en abondance. Arrêtons de rêver que l’Occident réglera à coup de baguette magique tous nos problèmes d’argent : nos salaires, notre nourriture et notre argent de poche. Même pour les offrandes de messe, il faut qu’on devienne auto-suffisant. Apprenons comme saint Paul à vivre de peu et à cultiver l’altruisme dans le Christ et comme le Christ. Je rêve du jour où notre archidiocèse pourra se construire ses propres églises, ses presbytères, maisons de Sœurs et de Frères…etc, aider sérieusement les autres diocèses du septentrion. Pourquoi pas ? ʺVouloir c’est pouvoir″, toujours avec la grâce de Dieu. Concrètement on fait quoi ?

 

     Partout où il y a des réserves de terre, il faut les reboiser de bois d’œuvre : bois d’ébène, tecks, anacardiers, neem, afzelia, etc. Pour les clôtures, je recommande vivement les fleurs appelées ʺorgueil de chine″.  Les communautés plus hardies planteront prioritairement les nérés, les karités et les baobabs : trois arbres en voie de disparition. Auprès des Frères Missionnaires des Campagnes, vérifions si ça vaut la peine de promouvoir le bananier. A la place, je pense plutôt à l’arbre à pain (blɛfutu), au jacquier et au papayer.

 

     Lisons et relisons l’encyclique ″Laudato Si’ʺ du Pape François. Le chapitre 4 me parait fondamental. Il pourrait enrichir le thème pastoral de cette année. Car tout est lié dans la vie : Dieu, l’Homme, le Cosmos. Ce sont nos trois grands défis en Afrique : le Sacré, la Famille et l’Agro-alimentation. Il faut remplacer le désir de posséder par celui de contempler le Créateur. Commençons aussi à penser sérieusement à l’Ecole des parents avec l’appui de la DDEC et de la Commission diocésaine des Familles (cf. ″Tous Missionnairesʺ). La détérioration écologique est "commanditée" par la détérioration morale, éthique, culturelle et spirituelle.

 

     Pour l'élevage, "prioriser" peut-être les pintades, les lapins et les moutons, plus faciles à élever dans un enclos même de fortune.

 

     Réorganisons le denier du culte : cherchons comment stimuler la générosité de tous les fidèles en déposant, par exemple, un panier dans toutes les familles, dans toutes nos structures, même celles scolaires et sanitaires, dès le mercredi des cendres jusqu’au lundi de Pâque. Dans un an, les dotations trimestrielles qu’on donne aux paroisses  ne pourront plus être assurées. Cessons de considérer l’économat comme une vache laitière. Voyons plutôt comment cultiver en nous et autour de nous l’esprit de sacrifice, l’idée de détachement,  l’organisation de collecte de la dîme etc. A ce sujet, j’ai fait des propositions dans mon opuscule "Donner gratuitement, servir gratuitement".    

 

     Nous devenons de plus en plus nombreux. Et si on pensait à créer une mutuelle de santé. Elle pourra plus tard s’étendre à d’autres besoins.    Mais sans la conversion du cœur, on ne se fera jamais confiance.    

 

     Ecoutons enfin saint Paul s’adressant aux chrétiens divisés de Corinthe :        ʺ… Car tout vous appartient : Paul et Apollos et Pierre, le monde, la vie et la mort, le présent et l’avenir : tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ et le Christ est à Dieu″ 1 Co 3, 23. Quelle globalisation ! Quelle mondialisation ! Expliquons.

 

     Cette phrase ne se comprend bien que si elle est réintroduite dans son contexte. Les chrétiens de Corinthe étaient une minorité immergée dans un monde païen extrêmement puissant et soumis à des courants de pensée apparemment triomphants. C’était le rêve de l’hellénisme qui pensait l’emporter sur tous les peuples. Effectivement cette civilisation grècque brillante a laissé des monuments splendides qui existent encore aujourd’hui. Paul dit aux chrétiens : tout cela est impressionnant mais c’est fragile, c’est provisoire, c’est du vent. C’est le christianisme qui a un avenir sûr et éternel. ″Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pasʺ. Ceux que vous admirez Paul, Apollos, Pierre passeront. Ils sont à vous petites CEVB, petites familles, petites paroisses, pauvres chrétiens. Les apôtres (les catéchistes, les prêtres, les consacrés, l’Evêque) sont pour les fidèles et non le contraire. Les apôtres sont serviteurs des fidèles. "Tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ et le Christ est à Dieu". Quelle sécurité pour nous !

              Mon dernier mot ? Au moins 15 mn d’oraison par jour. "Seul avec le SEUL" ! Nous appartenons au Christ qui nous poursuit de ses bienfaits. Ayons une dévotion forte en la Divine Providence. Invoquons à temps et à contre temps saint Joseph, l’Econome du Bon Dieu. Apprenons à le remercier tous les jours. Une précision qui n’est pas inutile : l’économat diocésain n’est pas une agence caritative. C’est la caritas paroissiale qui prend en charge les pauvres de la paroisse, non pas pour les assister mais les aider à se relever. Et cette caritas commence dans les cœurs, dans les familles : c’est tout chrétien, c’est toi, c’est moi, c’est nous. C’est une pastorale qui nous demande d’être bienveillants envers tout le monde. Réveillons donc nos caritas familiales et paroissiales là où elles s’endorment. Et là où elles n’existent pas, il faut les créer. Je ne parle pas de créer de nouvelles structures mais de permettre à Dieu de changer nos cœurs de pierre en cœur de chair : "Jésus, doux et humble de cœur, rendez mon cœur semblable au vôtre". Réorganisons-nous. Intensifions le service bénévole. La Caritas diocésaine coordonnera tout cela. Plus on fera notre devoir de charité dans la vérité, plus notre diocèse se portera comme un charme. Et les béquilles ayant été jetées, le Royaume de Dieu s’établira fermement dans nos cœurs, nos foyers, nos communautés, nos écoles, etc. L’autofinancement de notre pastorale commence et finit par une foi vive, une charité généreuse, et une espérance à toute épreuve. Notre cri de ralliement sera : "Avec Jésus et sa sainte Mère, soyons tous missionnaires". Chantons souvent "Aimons-nous les uns les autres comme Dieu nous a aimés ". "Vive la diocésanité". Bonne année pastorale !

+Pascal N’KOUE.                     

Omnium Servus

 

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
4
5
8
9
10
12
13
16
17
19
22
23
24
26
28
29
30

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin