Bientôt c’est la rentrée des classes. Pour être en bonne santé pendant toute cette année scolaire et pastorale, je vous invite à vous intéresser davantage à votre santé avec la médecine naturelle ou médecine d’élite. Le système sanitaire de notre famille diocésaine comporte deux branches : celle de la médecine des hôpitaux dite médecine conventionnelle et celle de la médecine naturelle. Ces deux branches sont importantes et complémentaires. La branche de la médecine conventionnelle bien connue compte plusieurs entités: hôpital Saint Jean de Dieu de Boko, hôpital Saint Martin de Papanè, hôpital ophtalmologique Saint André de Tinré, Centre de diagnostic Sancta Maria, Centre de santé de Sanson... La branche de la médecine naturelle n’est pas encore très bien connue du grand public. Elle est en émergence portée par le ‶Projet Diocèse Sans Palu (2021-2026).″ Moins connue, mais opérationnelle avec des impacts positifs remarquables dans l’Eglise et dans la société. Elle compte plusieurs sites de référence à savoir : Ferme Agro écologique médicinale La Nouvelle Espérance, Monastère cistercien Notre Dame du Kokoubou, Abbaye cistercienne l’Etoile Notre Dame, Monastère des Sœurs Contemplatives de Jésus Eucharistie. Sans oublier les deux grands séminaires diocésains : Providencia Dei et Mgr R. CHOPARD-LALLIER. Les structures citées cultivent les plantes médicinales selon les normes écologiques, les transforment convenablement pour leur propre consommation, et la population en bénéficie également. Bien que discrète, la médecine naturelle à Parakou a joué un rôle important au temps chaud de la COVID-19. Le pasteur du diocèse, Mgr Pascal N’KOUE, soucieux de la santé des brebis, n’allait pas par quatre chemins pour recommander l’artemisia et d’autres plantes médicinales, les épices et quelques produits de la ruche (propolis, gelée royale, apikol) comme des renforts du système immunitaire, véritable défenseur de l’organisme contre le coronavirus et contre d’autres germes pathogènes. Sans hésiter, les gens accouraient vers nos centres de médecines naturelles ci-dessus cités pour s’approvisionner. Et chacun y trouvait son compte ; car l’efficacité des produits naturels fournis par ces centres donnaient et donnent encore grande satisfaction aux consommateurs. Rien que la visite de ces différents lieux permet de restaurer l’esprit pour une sérénité mentale.

  Notre stratégie de la médecine naturelle mérite d’être rappelée. En effet, sa spécificité c’est qu’elle se veut une école de vie pour l’autonomie sanitaire des familles. Chacune de ses trois principales phases est liée à la nature et à l’écologie. Ce sont : la production, la transformation et la consommation. La production se fait sans intrants chimiques, la transformation se fait sans aucun additif chimique. Tout est naturel. Les produits sont sans effets secondaires négatifs. Ils sont accessibles à tous sans distinction de fortune, d’origine, de religion... C’est vraiment une médecine de proximité. Elle crée et même rétablie l’amitié entre l’Homme et la Nature. Le défi est d’arriver à sensibiliser toute la population sur le mode de consommation de ces plantes. La tisane et la poudre sont souvent les deux types de nos produits finis. 

 

Voici quelques conseils pour la consommation de la tisane et de la poudre d’une plante médicinale. Et tout d’abord le mode de préparation.

Le mode de préparation de la tisane. Retenons trois choses :

 

1- D’abord, il faut éviter de consommer la plante fraîche, car la matière fraîche contient encore beaucoup d’eau, cela obligerait à utiliser une grande quantité pour avoir la dose nécessaire pour le traitement. Par exemple, il faut une prise journalière de 5g de tisane séchée et broyée pour traiter le paludisme simple. Si c’est l’artemisia frais, il faut 20g. Avec 1litre d’eau bouillante on peut infuser 5g de tisane séchée et broyée d’artemisia. Lorsque la matière est séchée, il faut nécessairement la broyer afin que l’infusion soit plus efficace ; car si les tiges sont grosses et dures, les principes actifs ne peuvent pas être tous libérés dans l’infusion.

2- Ensuite, il faut faire l’infusion au lieu de la décoction. La décoction est le fait de laisser bouillir l’eau avec la plante sur le feu. Cette manière détruit beaucoup de principes actifs de la plante. Or l’infusion consiste à faire bouillir l’eau, on la décharge du feu, et on met aussitôt la tisane. On laisse infuser 15-20 minutes. Cela nous fait bénéficier de tous les principes actifs.

3- Enfin, il ne faut jamais réchauffer la tisane refroidie. La quantité de la tisane faite doit être consommée tiède dans les 24 heures, autrement, la tisane se décompose.

 

Le mode de préparation de la poudre

Il est conseillé de mettre la quantité de la poudre à consommer dans un verre d’eau chaude, ou dans une tasse de bouillie chaude ; on laisse tiédir avant de boire.

*Parlons maintenant de la posologie. Elle varie selon la maladie, l’âge et le poids de la personne. Pour plus de détails, consultez mon opuscule « Le passeport de la santé naturelle » qui est le principal support de formation du ‶Projet Diocèse Sans Palu″. Il est disponible au Centre Pastoral Guy Riobé, à l’archevêché de Parakou et au Sanctuaire du Christ Rédempteur de l’Homme.

Dans le cadre du ‶Projet Diocèse Sans Palu″, le Centre UNIV et le Centre Pastoral Guy Riobé ont ouvert, depuis le 1er Juin 2022, un service de conseils sur les vertus des plantes médicinales. Pour vos diverses préoccupations sur les 5 piliers de l’écologie de la santé (nutrition, sérénité mentale, activités physiques, repos, hygiène de vie), sur la production, la consommation et les divers bienfaits des plantes médicinales, adressez-vous à l’accueil du Centre Pastoral Guy Riobé.

 La Ferme agro-écologique La Nouvelle Espérance cultive une centaine de plantes médicinales. Elle offre les opportunités de formation et de visite guidée sur la permaculture et l’agro-écologie médicinale appliquée. Cette ferme abrite le siège technique du ‶Projet Diocèse Sans Palu″ et de ‶la Maison de l’Artemisia″ de Parakou.

Je voudrais inviter toutes les personnes de bonne volonté à soutenir Le ‶Projet Diocèse Sans Palu″, porte flambeau de la branche de la médecine naturelle de l’archidiocèse. Vos dons peuvent être reçus à l’Economat diocésain de Parakou sur le compte du « Projet Diocèse Sans Palu », ou par mobile money au (+229)96 37 41 70 avec mention « Diocèse Sans Palu ».

 

Mr Clément YARGO

Coordinateur du ‶Projet Diocèse sans Palu″

 

 

HOMELIE DE MGR LAURENT PERCEROU(Extraits)

(Ordinations diaconales le 6 août 2022)

Chers John Aaron Sessi WOTTO, Fidèle Marc AGBODJETO, Romaric Mahoussi BAHUNGO, Audrez Cokou KOUDOHOUNHOU, Gerald-Chabel Babatoundé LOKO et Deo-Gratias TONI, je voudrais ouvrir ce temps de méditation en faisant mémoire, dans une belle action de grâce, de toutes celles et de tous ceux qui, depuis votre naissance, ont témoigné auprès de vous de leur foi au Dieu de Jésus-Christ. Tous les six, vous en témoignez dans votre histoire de vocation. Je pense à vos parents, grands-parents, éducateurs, prêtres, religieux et religieuses, amis… Ils vous ont permis, pour vous-même, de faire l’expérience bouleversante de la présence du Christ en votre vie ; grâce à eux, l’Esprit de Dieu a ouvert votre cœur. Vous avez pris conscience que Dieu vous demandait de prendre la route avec son fils, le Christ-Jésus afin de lui donner votre vie pour transmettre la sienne au Peuple de Dieu dans le ministère de diacres, en vue, si Dieu et si l’Eglise vous appelle, de devenir pasteurs de son peuple…

 

Je voudrais retenir trois points importants de ce récit de la transfiguration, en ce jour où vous êtes ordonnés diacres :

1-Emprunter un chemin de montagne, emprunter des chemins escarpés, nécessitent de ne pas s’encombrer de lourds bagages. Il ne faut emporter que l’essentiel ! C’est sans doute ce qu’ont fait Jésus, Pierre, Jacques et Jean lorsqu’ils se sont mis en route. Pour vous engager dans l’aventure que vous propose le Christ, il vous faut donc partir léger et désencombré ! Dans l’assurance que Dieu vous donnera ce qu’il faut pour la mission confiée ! Partir léger pour être disponible afin d’être tout à tous, partir léger afin de vivre pleinement dans la liberté que le Christ vous a offerte !

2- Les trois apôtres n’ont pas demandé à partir, Luc précise que Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean. Il les appelle donc à le rejoindre, ils auraient pu refuser… Ils auraient pu trouver une excuse ! Non, ils obéissent sans tergiverser, sans bien savoir d’ailleurs où Jésus les conduisait. Soyez toujours disponibles aux appels du Christ que son Eglise vous adressera, car ils sont pour la vie en Dieu et avec Dieu. Dans le livre du Deutéronome retentit cet appel : «Choisis la vie !» (Dt 30,19). Comme diacres, puissiez-vous inviter vos contemporains, chacun de nous, à choisir la vie ! Là est donc votre mission de diacre de l’Eglise. Choisir la vie : « Pour moi, vivre c’est le Christ ! » dit Paul aux chrétiens de Philippes.

3- « Maître, il est bon que nous soyons ici, faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, une pour Elie. » Pierre ne veut pas quitter le sommet de la montagne. Il veut rester dans la contemplation de la gloire de Dieu, dans cette vision béatifique. Mais, pourtant, il leur faudra redescendre et rejoindre la foule. Il leur faudra vivre de cette grâce reçue au sommet de la montagne. S’il est essentiel, pour votre ministère, de mettre en son cœur la contemplation du Christ par l’oraison, la pratique des sacrements de la foi, l’Eucharistie, l’Adoration, n’oubliez jamais que cette contemplation est à la source de l’envoi missionnaire : il faut sans cesse ‶redescendre de la montagne″ pour rejoindre les foules auxquelles nous sommes envoyées.

Frères et sœurs, je me suis adressé aux futurs diacres, mais le message que je leur ai délivré nous concerne, personnellement et en Eglise ! Il nous rappelle, avec tous les autres diacres qui les entourent que notre Eglise est diaconale et que nous sommes tous appelés au service ! Notre Eglise aura-t-elle le cœur et le sac légers pour mieux témoigner que sa seule richesse est le trésor de la Bonne nouvelle du Christ ? Choisira-t-elle la Vie pour mieux annoncer que Dieu en Jésus-Christ a terrassé le mal et la mort et que tout homme est désormais ouvert au Salut ? Osera-t-elle l’aventure au grand large, accueillant l’avenir avec confiance et espérance, le regard rivé sur l’horizon de la résurrection ?

 

Nouvelles de famille

- Mille mercis à S.E. Mgr Laurent PERCEROU, évêque de Nantes, et à sa délégation. Nos cœurs se réjouissent encore de leur belle visite le mois dernier. Les échanges ont été fraternels et augurent d’un avenir radieux pour le jumelage entre nos deux familles diocésaines.

- Prions pour le repos de l’âme de Mr Alphonse, papa de l’abbé Alexandre EZIN.

- Nous remercions vivement Sr Charlotte HOUANSOU, fcscj, pour ses précieux services rendus au secrétariat de l’Archevêché. Elle nous quitte pour une formation en France.

- Nous félicitons le R.P. Symphorien N. GBAGUIDI, osfs, élu Supérieur Provincial des Oblats de St François de Sales. Prions pour lui.

- Le R. P. Patrick ADJALALLA, osfs, est nommé Responsable diocésain des Communications Sociales. Son prédécesseur le P. David AHOSSINOU est destinée à une autre mission en France. Nous le remercions et l’encourageons.

- Nous avons la joie d’accueillir bientôt trois (3) Frères de la Communauté Mère du Divin Amour de Côte d’Ivoire : P. Olivier BIBLI, Fr. Fulgence OUATTARA, Fr. Jean-Noël SOME. Ils s’occuperont du Sanctuaire marial N.D. de Komiguéa. Ils sont vivement attendus.

- Bienvenue à l’abbé Juventus AMOUZOUVI de Cotonou. Il vient poursuivre ses études de droit civil à l’université de Parakou. Il résidera à la Cathédrale.

- Nous remercions vivement Gwladys MIGAN et Yvette SODOKIN de la Communauté de l’Emmanuel de Porto-Novo qui nous ont rendu de grands services à l’Archevêché et en paroisses.

- La ferme agro-écologique médicinale du Centre Univ a plusieurs nouveaux produits intéressants pour notre santé. Veuillez consulter Mr YARGO Clément n° 96374170. Vous ne serez pas déçus.

- Le mois d’octobre c’est le mois du rosaire. Avec la Vierge Marie, partons en guerre sainte contre les tueurs silencieux de la famille pour bâtir une famille diocésaine plus solidaire et plus accueillante.

Quelques dates

1er-22 Sept. : Vacances de l’évêque. Le secrétariat de la curie diocésaine reste ouverte.

29 Sept. : Fête des saints anges gardiens. Remercions-les tous les jours pour leur mission auprès de nous.

      A 9h : Rencontre au Séminaire Providencia Dei avec les formateurs, économes, Caritas.

 

7-9 Oct. : Visite à Africae Munus et Séminaire Propédeutique Mgr R. CHOPARD-LALLIER

 

11 Oct. : A 9h30, conseil presbytéral à la Maison Diocésaine.

    A 16h, presbyterium au Centre Pastoral

 

12 Oct. : A 9h : Assemblée générale pour l’ouverture de l’année pastorale au Centre Pastoral.

15 Oct. : Ordinations presbytérales des Frères osfs : André LAFIA MONRA, Emmanuel Fabrice GANYE, Jean Marc ALABODE et Marcellin AIDODE sur la paroisse d’Okédama par S.E. Mgr Bernard de C. TOHA, osfs, évêque de Djougou.

16-19 Oct. : Assises de la Conférence épiscopale à Dassa-Zoumè.

17 Oct. : Journée du refus de la misère. Entourons de notre chaleur affective les personnes vivant seules.

16-23 Oct. : Semaine missionnaire mondiale. Soyons tous missionnaires.

23 Oct. : Quête impérée pour les O.P.M. (Propagation de la foi). 

16 Oct. : A 9h30 : Session ordinaire du Conseil diocésain pour les Affaires économiques.

28-30 Oct. : FESTIFA avec Syro et Syra (PADONOU-SEKE) au Centre Pastoral. Un rendez-vous familial exceptionnel à ne pas rater.

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin