Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit

Avec Jésus et sa Sainte Vierge Marie, soyons tous missionnaires

Monseigneur, le Nonce Apostolique,

Tous les évêques ici présents,

Toutes les autorités civiles, militaires et politiques,

Toutes les têtes couronnées et autres confessions religieuses,

Chers fidèles et chers tous.

C’est un grand jour aujourd’hui, non seulement pour Djougou, non seulement pour le Bénin, mais pour toute l’Afrique de l’Ouest. En effet, le président de la CERAO a envoyé un message de félicitation au Père Bernard, pour nous dire combien tous les évêques de l’Afrique de l’Ouest sont présents à cette célébration.

Notre frère Bernard va recevoir l’ordination épiscopale, c’est une institution divine. Notre Seigneur Jésus-Christ, envoyé par Dieu le Père Tout-Puissant pour sauver toute l’humanité a choisi douze apôtres. Une fois, ces apôtres remplis de l’Esprit-Saint, Jésus-Christ les a envoyés dans le monde entier pour proclamer la bonne nouvelle du salut à toutes les nations, pour les sanctifier et les gouverner, les rassemblant en un seul troupeau ; parce qu’il n’y a qu’un seul pasteur pour l’humanité. Mais pour que cette charge soit exercée jusqu’au retour glorieux du Christ, les apôtres se sont choisis des aides. Ces apôtres ont transmis à leurs aides le don de l’Esprit-Saint. Ce même don qu’ils avaient reçu du Père par Jésus-Christ.

Ainsi, par l’imposition des mains, les apôtres ont communiqué  à leurs successeurs la plénitude du sacrement de l’ordre. Cela signifie ceci : c’est notre Seigneur Jésus-Christ lui-même, grand prêtre pour l’Eternité, qui est présent au milieu de nous dans la personne de l’évêque, entouré de ses prêtres.

Je voudrais rendre hommage à Monseigneur Paul VIEIRA, premier évêque de Djougou. Je voudrais souligner seulement trois traits qui le caractérisent :

D’abord sa sympathie communicative. Toutes les portes s’ouvraient devant lui grâce à cette sympathie.

Deuxième trait : sa paternité spirituelle. On voyait en lui le papa de la Donga. Sa générosité universelle ; c'est-à-dire qu’il n’était pas seulement bon avec les catholiques, mais envers toutes confessions religieuses, toutes ethnies. Et c’est bien cela le cœur de Jésus-Christ. On ne le dira jamais assez : le rôle de l’évêque, c’est de guider le peuple de Dieu jusqu’au bonheur éternel. Ce n’est pas un rôle tourné vers la terre et qui meurt sur la terre, ce rôle conduit au bonheur éternel.

Chère population de Djougou, accueillez avec gratitude notre Père Bernard que les évêques vont recevoir tout à l’heure dans le collège épiscopal par l’imposition des mains. Honorez-le, j’ai bien dit honorez-le comme le serviteur du Christ et le gérant des mystères de Dieu. Car, là où est l’évêque, là est l’église de Jésus-Christ. Notre Seigneur Jésus-Christ, s’adressant aux apôtres a dit ces paroles graves : « qui vous écoute m’écoute. Qui vous rejette me rejette… et celui qui me rejette, rejette Dieu le Père qui m’a envoyé. »

Et vous cher Père Bernard, oblat de Saint François de Sales. Nous vous avons arraché à votre institut. Le supérieur général de votre institut est présent, je le salue avec affection et déférence. Merci de nous l’avoir donné pour toujours. Le Père Bernard, de religieux qu’il est, avec toute sa formation de religieux devient le premier incardiné diocésain de ce Diocèse de Djougou. Il n’abandonne pas son institut, mais il n’est plus sous la coupole du Supérieur majeur. Il devient le Père du Diocèse et ses soucis seront d’abord ceux du territoire de Djougou.

Beaucoup voient dans l’épiscopat d’abord un honneur. Mais, c’est une erreur. L’épiscopat est d’abord un service, une tâche. Il faut que l’évêque serve plutôt qu’il domine. Celui qui est le plus grand dans l’enseignement de Jésus-Christ, doit prendre la place du plus petit. Et celui qui commande doit prendre la place de celui qui sert.

Dans votre devise, j’ai compris que vous voulez vous faire tout à tous pour en gagner le plus possible, ou, au moins quelques-uns. Vous allez vous faire Yowa avec les Yowas, Lokpa avec les Lokpas, Dendi avec les Dendis, Fon avec les Fons, Mina avec les Minas… cette détermination qui sort de votre cœur, nous rassure que vous êtes sur la bonne voie ; car, Jésus ouvrait ses bras à tout le monde ; pas seulement aux juifs mais aussi aux non juifs.

Prêchez à temps et à contre temps, exhortez, ne menacez pas. Exhortez avec une grande patience et avec le souci d’instruire. Souvenez-vous des qualités du bon pasteur. Et la plus grande qualité, c’est d’être prêt à donner sa vie pour que le troupeau vive. Offrez gracieusement votre beau sourire à tout le monde, et d’abord aux prêtres, les, collaborateurs les plus proches. Offrez ce même sourire aux consacrés, aux fidèles laïcs, aux pauvres, aux faibles, aux gens de passages, aux étrangers.

Un grand merci pour vous être arrêté en entrant à Djougou à Oasis d’Amour, là où sont nos frères qui souffrent de maladie psychique. En leur nom je vous dis merci. Dans l’évangile, les premiers sont les derniers. Les privilégiés de Dieu se sont les oubliés. Merci de vous être arrêté là pour les saluer. Vous avez vu l’accueil chaleureux qu’ils vous ont réservé. Ce sont des personnes humaines à part entière, créées à la ressemblance de Dieu, même s’ils ont quelques déficiences physiques ou psychiques.

Merci aussi dans les deux jours qui ont précédé l’ordination d’avoir eu le temps d’aller voir les petits du préséminaire de Tchoutchouhou. Il m’ont vu ce matin, ils ont couru vers moi et m’ont dit que c’est eux qui vont chanter les litanies des saints pour vous. Ils vont nous aider à implorer les saints du ciel pour vous. Merci de mettre les vocations sacerdotales dans votre cœur de pasteur de Djougou. C’était aussi un des grands soucis de Mgr Paul VIEIRA. Et là le préséminaire privilégie les petits qui viennent des périphéries et qui ont des difficultés à réussir aux tests d’entrée au séminaire de Natitingou. Ils auront là un relèvement de niveau intellectuel et moral et pourront continuer tranquillement leur séminaire sans difficultés.

Père Bernard, vous avez vu comment tout Djougou vous a accueilli le jour de votre arrivée. Tout Djougou est sorti… je voudrais remercier tous les organisateurs de cet accueil triomphal. Je remercie le maire, le préfet et toutes les autres autorités : le roi, l’imam de la mosquée centrale et tout le monde. Vous étiez vraiment attendu par tout Djougou qui est un endroit de paix et nous souhaitons que cette paix continue de rayonner dans les cœurs de toutes les confessions religieuses.

Que votre souci s’étende à tout le troupeau de Dieu car nous sommes tous créatures du bon Dieu et Dieu veut notre salut.

Le programme d’action gouvernemental de Jésus-Christ, (son PAG), c’est ce que nous avons entendu dans la première lecture : annoncer la bonne nouvelle du salut aux pauvres, aux prisonniers, à tous ceux qui s’enferment dans leur misère, dans leur pauvreté, dans leurs soucis et qui ne sont pas heureux de vivre. Se tourner vers les affamés, leur donner du pain, se tourner vers les malades, avoir le souci de leur santé.

A tous et pour tous, donnez la paix. 

Je termine par cette invocation de Saint Paul : « que la paix de notre Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint soit toujours avec vous. Amen. (Cf. 2 Co 13, 14)

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin