Imprimer

l

Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*RAPPEL ! demain samedi 5 mars, pèlerinage* des jeunes au Sanctuaire de Komighéa

Rendez-vous à 7h sur la paroisse de Guêma. 8kms de marche-pèlerinage. Messe à 9h30 au Sanctuaire. Retour libre. Apporter de l’eau pour la marche, une bonne voix pour chanter, et un gros cœur pour vivre un moment fort.

 

*-La vie de Saint Charles de Foucauld, pour mieux le connaitre*

Perte de la foi. Pour compenser les vides affectifs de l’enfance, Charles se jette dans la lecture avec une véritable rage de comprendre et une rare indépendance d’esprit. La bibliothèque de son grand-père lui offre un large choix : Rabelais, Érasme, les philosophes des Lumières... C’est en lisant ces derniers, notamment Voltaire et Montesquieu, mais aussi en dévorant Taine et Renan, philosophes du scientisme alors triomphant, qu’il perd la foi de son enfance. À 16 ans, Charles devient agnostique. « Pendant 12 ans, écrira-t-il à un ami, je demeurai sans rien nier et sans rien croire, désespérant de la vérité. »

*Photo* : Charles à 14 ans

 

*-Ecrits de Saint Charles de Foucauld pour mieux le comprendre*

« J’avais été élevé chrétiennement mais dès l’âge de 15 ou 16 ans, toute foi avait disparu en moi. Les lectures dont j’étais avide avaient fait cette œuvre. Je ne me rangeai à aucune doctrine philosophique n’en trouvant aucune assez solidement fondée. Au même âge ma vie devint dissipée, elle le resta longtemps sans empêcher un penchant très vif pour l’étude. » Lettre à Henri Duveyrier, 21 février 1892

 

*-Parole de l’Ecriture Sainte base de la sainteté*

L’Insensé dit dans son cœur : Il n’y a point de Dieu. (Ps 14,1)

 

*-Petite méditation pour intérioriser*

Nous vivons de plus en plus dans un monde où Dieu a perdu son évidence, n’informe plus la culture de nos contemporains. Dieu ne fait plus partie de l’horizon de pensée de beaucoup d’hommes et de femmes. Comme eux, Charles a vécu dans l’incroyance, ce qui m’invite à me rendre proche, frère de toutes ces personnes qui sont loin de la foi mais restent proches de Dieu. L’épisode agnostique de Charles est aussi un appel à regarder ma propre incroyance : les doutes, qui m’empêchent de m’abandonner à la grâce, et toutes les idoles vaguement imprégnées de christianisme dans lesquelles je mets encore ma confiance.

 

*-Une résolution pour suivre Saint Charles de Foucauld*

Aujourd’hui, dans ma prière, je pense particulièrement à celles et ceux qui n’ont plus d’espérance, sont plongés dans la nuit obscure, et pour qui Dieu semble se dérober, se cacher, ne plus exister.