Imprimer

 

*« Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».*

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*-La vie de Saint Charles de Foucauld, pour mieux le connaitre*

Une enfance bléssée. Né le 15 septembre 1858 à Strasbourg, dans une vieille famille de l’aristocratie française, Charles de Foucauld connaît une enfance semée d’épreuves et de souffrances. À cinq ans, lui et sa sœur Marie, que Charles appellera souvent Mimi, perdent coup sur coup leur mère, des suites d’une fausse couche, puis leur père, par ailleurs atteint de démence. Trois mois plus tard, c’est leur grand-mère paternelle qui meurt subitement sous leurs yeux. En 1864, Charles a six ans : un grand vide s’ouvre devant lui.

 

*-Ecrits de Saint Charles de Foucauld pour mieux le comprendre*

« Jésus choisit pour chacun le genre de souffrances qu’il voit le plus propre à sanctifier, et souvent la croix qu’il impose est celle qu’on aurait refusée. Celle qu’il donne est celle qu’on comprend le moins. C’est entre toutes celle qui brise le plus. Lui il comprend. Lui il sait ce qu’il nous faut. Pasteur, il nous dirige dans les pâturages amers qu’il nous sait bons. » Œuvres spirituelles, p. 711

 

*-Parole de l’Ecriture Sainte base de la sainteté *

Tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé. (Ps 50,19)

 

*-Petite méditation pour intérioriser*

Le mercredi des Cendres ouvre le temps du carême, 40 jours pendant lesquels Dieu veut me rendre plus proche de lui, revivre à mes côtés la Pâque de son fils. Pendant ce temps de conversion, il n’attend pas de moi des gestes extérieurs. Ce qui compte à ses yeux, c’est que je me présente à lui humblement, le cœur brisé et broyé par la conscience de mon indignité, de mes manquements à son amour. Cette brisure de mon cœur, Dieu la réalise patiemment, doucement, à longueur de jours et d’années, à travers des épreuves de toutes sortes. Comme Charles, apprenons à accueillir ces difficultés dans la foi, à croire qu’elles sont pleines de grâce pascale.

 

*-Une résolution pour suivre Saint Charles de Foucauld*

En signe de ma fragilité et de mon désir de me libérer de tout ce qui, dans ma vie, m’empêche de vivre de la vie du Christ, je fais l’effort de me priver de nourriture, et je rejoins la communauté paroissiale pour la célébration eucharistique et le rite des cendres

 

Photo : Charles avec sa maman et sa petite sœur.