Imprimer

 

Un nouveau forum Telegram est ouvert à tous les jeunes (et moins jeunes) de l’archidiocèse de Parakou pour suivre le Carême 2022 du *Mercredi des Cendres 2 mars, au Dimanche de Pâques 17 avril.*

Proposé par l’aumônerie diocésaine de la jeunesse de Parakou.

Inscription libre sur l’application Telegram avec le Lien https://t.me/+A5y59ewgLcAzMTBk

 

*Le thème :* « Sur les pas du Père Charles de Foucauld ».

Pourquoi ce thème ? Parce que la canonisation du Père Charles de Foucauld est prévue le dimanche 15 mai 2022 à Rome. Un futur saint ! Nous allons chercher à le connaitre pour le suivre et l’imiter.

 

*Chaque jour, 5 points seront proposés :* 

-Un extrait de sa vie pour… mieux le connaitre, 

-Une citation de ses écrits… pour mieux le comprendre,

-Une parole de l’Ecriture Sainte … base de la sainteté,

-Une petite méditation … pour intérioriser,

-Une résolution … pour le suivre et l’imiter.

 

*Présentation générale du thème :*

Le carême est un voyage spirituel dont la destination est Pâques. Tout au long de ce chemin qui paraîtra parfois austère et sombre, nous serons guidés par l’aube mystérieuse qui pointe à l’horizon : la lumière radieuse de la résurrection. Avant de laisser notre joie éclater et d’accueillir la « vie vivante » du Ressuscité, l’Église nous appelle au désert. 

 

Pendant quarante jours, sa liturgie se dépouille, ses offices s’imprègnent de calme, de tristesse. À son image, nous sommes appelés à la sobriété, au dénuement. C’est le moment d’attendrir notre cœur par un surcroît de prière, de jeûne et de partage, de nous ouvrir aux réalités de l’Esprit, d’expérimenter une faim et une soif de communion avec Dieu, qui nous attend à bras ouverts pour nous couvrir de sa miséricorde, tel le père de l’enfant prodigue. 

 

Mais s’il est toujours bon de s’imposer des efforts, de prendre des résolutions, on passerait à côté du carême si on ne comprenait pas que ce temps est moins l’occasion de faire que de se laisser faire par Dieu, de s’abandonner à son amour, de laisser sa grâce prendre le pouvoir, investir notre être, transfigurer notre humanité et nous faire vivre comme « des vivants revenus de la mort » (Rm 6,13), déjà illuminés de la joie pascale. 

 

Pour accomplir ce pèlerinage, Charles de Foucauld est le meilleur guide. Après une vie d’incroyance, il se convertit en 1886, mais reste enfermé dans le perfectionnisme, figé dans une ascèse sauvage, crispé sur des principes rigides. Jésus de Nazareth, le Dieu très-bas, et la rencontre des autres, notamment des plus pauvres, auront raison de ces clôtures, et lanceront Charles sur la voie d’un amour vécu au quotidien, à Tamanrasset, avec les Touaregs musulmans, auprès desquels il apprend à devenir le « frère universel » La vie du bienheureux est une cavalcade vers la liberté, la simplicité et la joie de Pâques. Suivons-le en toute confiance, jour après jour, à la rencontre du Ressuscité.