I- LE CONSEIL DIOCESAIN (Can 492-493)

C’est la troisième Vie Diocésaine qui parle de l’autofinancement. Celle-ci est pour préciser les normes juridiques sur le fonctionnement du Conseil pour les Affaires Economiques au niveau diocésain et au niveau paroissial. Les canons les plus concernés ont été énoncés. Canonistes et pasteurs nous aideront à les interpréter dans le sens de l’Eglise et à les appliquer correctement, pour unifier davantage le diocèse sous le souffle de l’Esprit de Pentecôte.

Le Conseil diocésain pour les Affaires économiques exerce une fonction de consultation, de contrôle et de programmation. Sa compétence s’étend à tous les biens ecclésiastiques existant dans le diocèse et soumis à l’autorité de l’évêque.

1- La création de ce Conseil est obligatoire dans chaque diocèse.

2- Sa composition : au moins trois fidèles (hommes-femmes) qui agissent de façon collégiale donnant des directives. L’économe agit plutôt de façon individuelle et non indépendante. Et ses tâches sont plutôt exécutives. L’économe diocésain est une figure récente, née après le Concile Vatican II, comme du reste les Conférences épiscopales.

3- Le Conseil diocésain pour les Affaires Economiques et l’Economat font partie de la Curie diocésaine, même si leurs bureaux peuvent être séparés de la Curie. Ils forment une section en soi, avec un fonctionnement spécifique et autonome jusqu’à un certain niveau. Le Conseil pour les Affaires économiques est présidé par l’évêque qui ne fait pas partie à proprement parler du Conseil. (L’évêque peut déléguer quelqu’un pour le présider, ce qui n’est pas le cas pour le Conseil presbytéral). On évite ainsi que le Conseil pour les Affaires Economiques, à cause de son autonomie, finisse par devenir autocéphale sans liens avec les nécessités pastorales du diocèse. 

4- Les membres sont directement nommés par l’évêque (sans l’obligation de passer par le Conseil presbytéral) parce que c’est un organe technique. Mais la prudence veut qu’on consulte. Les membres doivent être des experts en matière économique, en droit civil, et remarquables par leur honnêteté. Cette dernière qualité morale est indispensable pour toutes les tâches dans l'Eglise. 

5- Les membres sont nommés pour une période de cinq ans (comme l’économe). Leur mandat peut être renouvelé à l’infini. Cela se comprend, à cause d’une certaine continuité de la tâche. Les parents proches (neveux, cousins…) de l’évêque sont exclus jusqu’au 4è degré de consanguinité. 

6- Les tâches du Conseil. 

 Il faut plutôt aller les voir dans le Livre V qui traite des biens temporels aux Can. 1254 et suivants. Citons par ailleurs le Canon 493 qui semble résumer toutes les tâches du Conseil :

 a) Préparer chaque année, selon les indications de l’évêque diocésain, le budget des recettes et des dépenses à prévoir pour le gouvernement du diocèse pour l’année à venir (budget prévisionnel).

 b) Approuver les comptes des recettes et des dépenses pour l’année écoulée (Bilan financier).

 c) Déterminer les critères généraux dont l’économe doit s’inspirer pour l’administration des biens temporels du diocèse (Can 494, §3).  

II- LE CONSEIL PAROISSIAL 

(Conseil pour les Affaires Economiques en Paroisse) 

"Il y aura dans chaque paroisse le Conseil pour les affaires économiques qui sera régi, en plus du droit universel, par les règles que l’Evêque diocésain aura portées ; dans ce Conseil, des fidèles, choisis selon ces règles, apporteront leur aide au curé pour l’administration des biens de la paroisse" (Can. 537). 

L’instauration de ce Conseil n’est pas facultative. C’est vrai que le curé est l’administrateur de tous les biens de la paroisse, mais le Conseil est un instrument nécessaire et précieux pour l’aider dans cette tâche.

Le Dieu que nous adorons est Amour. Et la charité est une dimension constitutive de la vie chrétienne. De nombreuses personnes donnent régulièrement de leur temps, de leurs compétences, et partagent leurs ressources matérielles et financières en répondant aux sollicitations diverses inspirées par l’évangile. Bénissons le Seigneur et encourageons fortement l'esprit du bénévolat.

L’Eglise fait aussi, chaque année, appel à la générosité des chrétiens par le denier du culte. Les quêtes et les offrandes, les dimanches et lors des grands événements de la vie servent à subvenir aux besoins des pauvres et des paroisses. 

Le Conseil pour les affaires économiques, en paroisse, sera à l’image du Conseil diocésain. Son but est de favoriser une bonne gestion des biens temporels et l’autofinancement de la paroisse. Un budget prévisionnel doit être établi chaque année. Un bilan financier aussi. Pensez réserver une partie de l’excédent financier pour des réfections, pour l’entretien ou pour les travaux d’amélioration : salles de catéchisme (murs, chaises, sanitaires etc. Aussi bien au Centre de la paroisse comme dans les stations secondaires). N’oubliez pas les travaux d’investissement (construction de boutiques, plantations d’arbres fruitiers et non fruitiers, élevage, jardinage, transformation de certains produits locaux etc...). Les micro-projets, à taille humaine, sont nécessaires. Un peu plus d’esprit créatif pour sortir des sentiers battus.

"Le diocèse sans palu", comme nouveau projet diocésain quinquennal, sera intégré dans l’apostolat de la paroisse. Un fidèle laïc pourra être élu par le Conseil pastoral (ou nommé par le Curé) pour coordonner ce projet de santé au niveau paroissial. Pour les plantes médicinales, on peut proposer par exemple : Artemisia, moringa, vernonia, citronnelle, doliprane, gingembre, poivre, ail, curcuma, corossolier, pissenlit, papayer, etc. Le Centre UNIV est à notre disposition. Ces plants n’ont pas un grand feuillage. Ils se contentent de petits espaces. Ils ne seront pas seulement mis au presbytère, dans les couvents, autour des églises et chapelles, mais aussi chez les fidèles laïcs, dans les champs individuels et communautaires. Comme on le découvre de plus en plus, la médecine naturelle par les plantes a beaucoup d’avenir. C’est une médecine fabuleuse à moindre coût. C’est la médecine d’élite pour une bonne maintenance du corps. La Nature humble et discrète a énormément des choses à nous apporter. C'est un précieux don du Créateur, qui a mis dans les plantes beaucoup de principes actifs ou vertus. Elles sont capables de redonner l’énergie nécessaire à notre organisme pour notre santé physique et psychique. Car "Tout est lié" en nous et dans la nature.

Revenons constamment à l'esprit de la diocésanité. Cultivons les liens de solidarité. "Sans formes internes de solidarité et de confiance réciproque, (même) le marché ne peut pleinement remplir sa fonction économique. Aujourd’hui c’est cette confiance qui fait défaut, et la perte de cette confiance est une perte grave", dit le Pape Benoît XVI dans Caritas in Veritate n°35. Prêchons à temps et à contretemps cette diocésanité qui n’est rien d’autre que la confiance en nous, et la solidarité entre nous. Cultivons cette bonne ambiance nécessaire, au sein d’une même famille, la famille diocésaine. Rassurons-nous que la fraternité dans l’Eglise est au-dessus de la simple mondialisation civile ou globalisation commerciale. Celle-ci rapproche les hommes et les continents peut-être, mais ne les aide pas à vivre en frères. Or nous sommes tous frères en Jésus-Christ parce que nous avons un même Père.

"Les fidèles sont tenus par l’obligation de subvenir aux besoins de l’Eglise afin qu’elle dispose de ce qui est nécessaire au culte divin, aux œuvres d’apostolat et de charité et à l’honnête subsistance de ses ministres" (cf. Can. 222§1). Cela n’exclut pas que les ministres à leur tour cultivent l’esprit de détachement et d’honnêteté, 1ère condition pour être un bon disciple du Christ. Tout le monde (artisans, artistes, paysans, fermiers, fonctionnaires, commerçants etc…), tout fidèle chrétien (laïc, consacré, prêtre) doit être sollicité à montrer, de façon visible, son soutien à la vie matérielle et financière de la paroisse. Une sorte de dîme peut être demandée non seulement aux associations, mais aussi à chacun. Confions ce rôle de sensibilisation non d’abord aux Curés mais aux membres du Conseil pour les Affaires Economiques ou à une autre entité paroissiale (Caritas paroissiale, Femmes Catholiques, Animation Missionnaire des O.P.M., Renouveau charismatique, etc.).

Tous les mouvements diocésains, toutes les Associations diocésaines devront domicilier désormais leurs comptes à l’Economat diocésain. Ce sera l’une des conditions exigées pour nommer ou confirmer un Aumônier diocésain. 

Les quêtes impérées seront collectées désormais par le Conseil pour les Affaires économiques à bonne date, et envoyées à l’Economat diocésain dans la semaine qui suit la collecte.

Une gestion rigoureuse et transparente sera exigée dès octobre 2021, avec programmation de contrôle périodique par l’Economat diocésain ou par une autre impartiale. Nous appelons au secours tous les compétents en ce domaine. Qu’ils se révèlent auprès de l’économe diocésain.

  +Pascal N’KOUE

Omnium servus

 

Nouvelles de famille

- Le Pape François, le 16 juillet 2021, a publié un motu proprio : ‘’ Traditionis custodes’’ sur la forme extraordinaire du rite latin. Je crois que ce texte est à lire à la lumière de l’encyclique ‘’Fratelli tutti’’. Un seul troupeau, un seul Pasteur. Les deux formes liturgiques doivent nous aider à cohabiter pacifiquement et nous enrichir mutuellement. Je célèbre les deux formes. Aucun problème. C’est le cœur de l’homme qui est malade et qu’il faut soigner.

- Sr Elisabeth-Marie SAMANTI a été élue le 10 juillet Mère abbesse du Monastère L’Etoile Notre-Dame pour un mandat de six ans. Elle remplace Sr Geneviève AKAKPO.

- Thème du pèlerinage national de Dassa : ‘’Tous Frères sous le manteau de la Vierge Marie, Etoile de l’évangélisation’’. Prévoyez vos bavettes, appelées masques ou encore cache-nez. Les gestes barrières y seront appliqués strictement, à cause du coronavirus.

- L’abbé Moïse DEGODO a été bien accueilli à Rome. Il apprend pour le moment l’italien.

- Du 26 au 29 août 2021, voyage au Ghana pour diverses raisons.

- Prions pour le repos de l’âme de Mme Brigitte Rita, maman de la Sœur Roseline KAKPO, Franciscaine Missionnaire de la Mère du Divin Pasteur. 

- J’encourage vivement les jeunes à participer aux diverses formations en ce mois. Elles aident à faire émerger notre spécificité et notre bonheur d’être enfants bien-aimés du Père.  

- Les résultats scolaires dans nos écoles catholiques ont été encore brillants cette année. Nous félicitons les élèves, les enseignants et les parents qui collaborent de plus en plus.

Quelques dates

6-15 août  : Ecole de foi au Grand Séminaire Providentia Dei.

7 août  : Ordination diaconale de Jacques Hospice MEDETON à 9h30, à la   Cathédrale Saint Pierre et Saint Paul.  

8 août   : Vœux perpétuels de quatre Oblats de St François de Sales, à 10h, à l’églie  paroissial d’Okédama.                            

10-11 août  : Permanence pastorale à Djougou.

14 août  : Vœux temporaires de Nelly MITOWADE, Sœur Salésienne de la Visitation, 

    à l’église Ste Trinité de Guêma, à 9h30.

15 août  : Fête de l’Assomption. Messe à 9h au Grand Séminaire Providentia Dei.

16-20 août : Ecole de Prière au Grand Séminaire Providentia Dei.

20-22 août  : Pèlerinage national à Dassa. Emportez avec vous vos cache-nez. 

26-29 août : Ecole des Animateurs Missionnaires au Sanctuaire Eucharistique.

30 août-02 sept. : Conseil national des O.P.M. au Sanctuaire Eucharistique.

N.B. : 13 oct. : Assemblée générale pour l’ouverture de l’année pastorale au Centre Pastoral   Guy Riobé, à 9h.

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin

Archived Articles