Imprimer

 L’Écriture avec ses affirmations implicites ou explicites

Jésus est Dieu et a une mission surnaturelle qu’il a conférée aux apôtres. Cela peut s’affirmer d’une étude impartiale de l’évangile. Le témoignage des apôtres, provenant de Jésus, qui est Dieu, ou des apôtres, qui ont été assistés par le divin Esprit, est infaillible.

Or, dans le Nouveau Testament, pour plusieurs passages, le Christ ou les apôtres font recours à l’Ancien Testament. Les termes à travers lesquels ils le font en montrent l’origine divine : Mt 5,18 ; 26,54 ; Lc 4,21 ; 18,31 ; 24,27 ; Jn 5,39-40 ; Rm 1,2 ; 8,2 ; 1 P 1,10-12. Parfois ils visent un texte précis pour en affirmer le caractère inspiré : Mt 22,43-46 ; Act 1,16 ; 2,25-31 ; 4,25 ; 28,25-26.

 Autres affirmations scripturaire de l’inspiration

L’inspiration d’une partie du Nouveau Testament est affirmée dans l’Écriture par Pierre, Paul et Jean. Pierre assimile les lettres de Paul aux écrits de l’Ancien Testament (2 P 3,15-16). Paul cite comme Écriture un passage de Luc en le mettant sur le même plan que Dt 25,4. Jean affirme l’origine divine de son Apocalypse (1,1-3).

 Affirmation explicite de l’inspiration : la tradition

*Le magistère ordinaire de l’Église qui est héritier de la tradition juive considère, depuis toujours, qu’il est en possession de livres qui contiennent la Parole de Dieu étant donné que leurs auteurs ont été les instruments de l’Esprit Saint lorsqu’ils les rédigeaient. La tradition affirme l’origine divine des livres du Nouveau Testament. Selon elle, les prophètes et les évangélistes avaient écrit sous la mouvance de l’Esprit de Dieu. Ils ne peuvent donc pas se contredire.

 *Le magistère extraordinaire de l’Église

 Á plusieurs reprises, à travers les conciles (Concile de Florence, Concile de Trente et concile Vatican II), l’Église a défini l’inspiration biblique et condamné quiconque ne considère pas les livres de la Bible comme inspirés dans leur totalité et dans toutes leurs parties (de la Révélation, Sess III, ch II, DENZINGER, n°1809). L’inspiration de la Bible est une vérité de foi catholique.

 

Énonciation de la doctrine de l’inspiration par les pères de l’Église

           Dans la    façon dont les Pères désignent la Bible, se révèle l’idée qu’ils ont de l’origine et de la nature des Écrits bibliques.

 

 *Les Ecritures ‘sacrées’, ‘saintes’ ou ‘divines’

 Clément de Rome (fin 1er s.), Lettre aux Corinthiens (45,2) « Vous êtes plongés dans les Ecritures sacrées »

 Théophile d’Antioche (+ vers 180) parle en terme d’Écritures sacrées

Clément d’Alexandrie (+215) : les ‘Lettes sacrées’ ou les ‘Livres saints’ Origène (+255) se réfère au ‘Livres sacrés’

Eusèbe de Césarée dit de Origène qu’il s’est exercé dès son enfance aux ‘divines Écritures’

 Jean Chrysostome (+ 407) emploie la même formule ‘divines Écritures’

 

*Les Écritures, ‘inspirées par l’Esprit Saint’

Pour les Pères apostoliques, les Écrits sacrés sont des livres inspirés par l’Esprit Saint. Ils sont écrits par des auteurs qui sont eux-mêmes inspirés. Différentes formules ont servi à exprimer leur conviction : Clément de Rome dans sa lettre suscitée par le des saintes Écritures comme « vraies Ecritures, données par l’Esprit Saint ». En évoquant une lettre de l’apôtre Paul écrite « sous l’inspiration de l’Esprit Saint ».

Théophile d’Antioche appelle les écrivains sacrés « porteurs de l’Esprit » Justin (+165) les désigne en parlant de « personnes mues par Dieu » Irénée (+vers 208) affirme que la version grecque de la Septante a été réalisée « selon l’inspiration divine ».

                                                                                                                                                                    Abbé Éphrem Dannon