Le temps liturgique de l'Avent n'est pas une copie conforme du temps de Carême. Pendant l'Avent on se prépare à la joie d'une naissance. Pendant le carême on se prépare à la victoire d’un triomphe. Mais les deux moments sont des temps qui nous demandent une révision de vie. Pour bien célébrer Noël, préparons donc nos cœurs, surtout  arrêtons de nous intoxiquer l'esprit. Dans cette Vie Diocésaine, j’ai réuni cinq points qu’il faut éviter afin de mieux nous disposer pour attendre le Sauveur qui nous dit : "Sans moi, vous ne pouvez rien faire" (Jn 15, 5). St Paul l’a tellement bien compris qu’il s’est donné cette conviction: "Je peux tout en celui qui me rend fort". Pour avoir une fête de Noël digne de ce nom, redevenons enfants de Dieu et arrêtons de…

1- Arrêtons de ressasser nos échecs, de revenir sur nos malheurs, de murmurer sans cesse nos misères. Chacun a ses problèmes. Arrêtez d’entrer souvent dans la peau de la victime. Nettoyons plutôt en nous les pensées négatives parce qu’elles attirent davantage l’anxiété, l'angoisse, le sentiment d’être méprisé, et incompris. Cela nous torture et on torture les autres. Nos mauvaises humeurs nous font perdre le sommeil et même nous rendent malades. Et Judas Iscariote s'est suicidé parce que rongé de remords.

      Ayez plutôt un regard positif sur vos échecs. Considérez-les comme une formidable occasion pour apprendre. "Je n’échoue jamais"dit Nelson Mandela : "ou je gagne ou j’apprends". Cherchez toujours à apprendre et à mettre en application ce que vous avez appris. Les échecs nous avertissent que nous ne sommes pas Dieu, nous ne sommes pas tous-puissants. Les erreurs nous disent que nous sommes sortis du bon chemin ou quelque chose ne tourne pas rond. "C’est en se trompant qu’on apprend" disent les Italiens. Il faut toujours oser se relever et aller de l'avant. Noël nous pousse à aller rencontrer ceux qui s’enferment et s’isolent par manque de confiance en eux-mêmes. Noël c’est la rupture des gestes barrières.

2- Arrêtez de manquer de confiance en vous-mêmes. Tout le monde a reçu des talents à faire fructifier. Ne les enfouissez pas au bénéfice des plaintes. Bénissez le Seigneur qui vous les a donnés. Ayez confiance en vos qualités et en vos capacités. En toute chose, rendez grâce à Dieu et priez sans cesse. C’est dommage qu’on vive confiné dans la peur d’avancer. La peur est mauvaise conseillère. Se plaindre en permanence est une habitude très nuisible. Au lieu d’être acteur de votre vie, on en devient un triste spectateur. Il faut plutôt savoir gérer ses mauvaises humeurs et se fixer des objectifs à atteindre, trouver un sens à sa vie, sourire aux autres et d’abord à soi-même pour que tout change. Jésus veut faire de nous des prophètes joyeux de son amour. Rappelez-vous qu’il nous a dit que nous sommes sel de la terre et lumière du monde. C’est une grande responsabilité.

3- Arrêtez aussi de jalouser les autres. La jalousie maladive est improductive. Jalouser la réussite des autres. C’est stupide. Pas besoin de se comparer aux autres encore moins de discréditer les autres pour se sentir important. Souvent on est malheureux parce qu’on ne supporte pas de voir les autres épanouis. On n’a pas à convoiter l’affection que reçoivent les autres. Ce n’est pas leur faute s’ils sont aimés. Ils ne vous volent rien. Par contre, vous devez vous poser de sérieuses questions si vous n’avez pas d’amis. Evidemment celui qui passe son temps à gémir et humilier les autres, on le fuira. C’est une véritable maladie de l’esprit. On se démolit soi-même petit à petit, sans le savoir. L’antidote c’est s’accepter tel qu’on est: sa taille, ses handicaps, ses limites... Le roi Hérode Le Grand n'a pas supporté la naissance du tout petit Jésus. Pourquoi ? A cause de son orgueil démesuré. A la place de l’orgueil cultivons l’humilité. Et pour y arriver il faut apprécier combien Dieu nous aime tel que nous sommes. St Paul dit : "Je sais en qui j’ai mis ma confiance"…

 

4- Arrêtez de tout remettre à demain. Cela s’appelle la procrastination. Tout remettre à plus tard ou vouloir faire les choses à la dernière minute est le propre des paresseux ou de ceux qui gèrent mal leur temps. C’est oublier qu’il y a des imprévus qui surprennent, des obstacles qu’il faut affronter et surmonter. Personne ne connaît le jour de sa mort. Faites le tri entre les tâches simples et difficiles, entre les tâches importantes et urgentes. Dès aujourd'hui, faites face aux problèmes qui empoissonnent votre vie chrétienne. Enlevez les obstacles qui vous empêchent de recevoir les sacrements de baptême, de confirmation, de mariage etc... Commencez vos journées avec Dieu : une bonne demi-heure de méditation et d’oraison. Commencez par le plus simple. Commencez les journées en anticipant. Prévoyez la veille ce que vous ferez le lendemain. Dieu aide celui qui se lève tôt le matin, disent les Espagnols. La bonne gestion du temps est le grand secret de ceux qui vont loin. Pour cela, la nuit porte conseil. Elle est spécialement favorable au repos, à la détente de l'esprit, au recueillement et au silence…

 

5- Arrêtez de chercher à contenter tout le monde. Résistez au diktat de la société sur vous. Le "qu’en dira-t-on", le regard des autres sur vous n’a aucune importance s’il n’est pas bienveillant, s’il ne vous aide pas à avancer. Ce mauvais œil peut tuer. D’où cette phrase : "L’enfer c’est les autres" (Jean-Paul Sartre). Il faut être soi-même. La liberté intérieure est une force et elle se cultive. Les critiques peuvent vous servir de carburant pour vous améliorer si vous savez prendre la vie du bon côté… La pensée commune ou la pensée unique rend esclave. Plus on cherche la volonté de Dieu, plus on sort des sentiers battus. Il faut toujours regarder haut dans le Ciel et vouloir y parvenir avec la grâce de Dieu. Etre heureux est une décision de la volonté, du cœur et de l’esprit. Le Messie vient pour tous. Mais il ne nous sauvera pas malgré nous. "Chacun demeure, quelles que soient les influences qui s’exercent sur lui, l’artisan principal de sa réussite  ou de son échec" Paul VI dans Populorum progressio (26 mars 1967) n° 15.

      Enfin, sachons que le plus grand don que l’Emmanuel, Dieu-avec-nous, nous apporte à Noël c’est la paix : "Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne". La paix "c’est la mère de tous les biens, le fondement de la joie". Et le sage oriental d’ajouter : "D’un cœur guéri et en paix naît l’humilité. De l’humilité naît la volonté d’écouter l’autre. De l’écoute naît la compréhension mutuelle et de cette compréhension naît un monde de paix" (Daisaku Ikeda). Jésus, Prince de la paix, vient remettre la paix dans nos cœurs, dans nos familles, dans la société. ACCUEILLONS-LE !

+Pascal N’KOUE

Omnium servus

 

  

 

             

LA COURONNE DE L’AVENT

ʺAdventumʺ, cela signifie "arrivée", ʺavènementʺ. Bientôt ce sera Noël. Il est temps de s’y préparer. Je vous propose de mettre dans toutes nos églises paroissiales la couronne de l’Avent.

La couronne est une série de 4 bougies de couleur violette, couleur de l’Avent, qui sont allumées progressivement chaque dimanche. Elles ne suppriment pas les cierges de l’autel.

Ces bougies qui ne sont pas posées sur l’autel (mais hors de l’autel) symbolisent les quatre grandes étapes du salut de l’humanité que nous allons vivre pendant les quatre semaines de ce temps de l’Avent.

1- La 1ère bougie est allumée au 1er dimanche. Elle symbolise la création d’Adam et Eve et le pardon de Dieu après leur chute. Dieu ne veut pas la mort du pécheur mais sa conversion et son salut. Ils mourront sur la terre mais continueront de vivre en Dieu.

2- La 2ème bougie qu’on allume au 2ème dimanche symbolise la foi des Patriarches (Abraham, Isaac, Jacob). Ce sont les repères historiques du Peuple choisi. Dieu commence à se révéler à eux comme le Vrai Dieu et leur promet une Terre où coulent le lait et le miel. Frappés par la faim, les enfants de Jacob iront chercher de quoi manger en Egypte où ils se multiplieront. Moïse, sauvé des eaux se chargera de sortir ce peuple d’Egypte avec l’aide de Dieu pour les conduire à la Terre promise. Le salut de Dieu ne s’arrête pas au changement de lieu, il concerne surtout le cœur.

3- La 3ème bougie qu’on allume au 3ème dimanche (dimanche du Gaudete) symbolise la joie du roi David, figure-clé dans la Bible. C’est le petit berger. Il est vainqueur du géant philistin Goliath  et de toutes les tribus environnantes. C’est lui que Dieu choisit comme roi à la place de Saül. Dieu lui fera cette grande promesse : "C’est un homme issu de toi que je placerai sur ton trône".  Les 12 tribus araméennes sont fédérées en un ʺRoyaume-Uniʺ grâce au génie politique et militaire de David, issu de la tribu de Juda d’où le nom juif. A sa mort, le peuple continuera de nourrir l’espérance en un Messie puissant, fils de David, restaurateur de la grandeur du Peuple choisi.

4- La 4ème bougie symbolise l’enseignement des Prophètes (Isaïe, Elie, Jérémie, Malachie, Jean-Baptiste etc). C’est un enseignement plus spirituel. Ils annoncent l’imminence du Messie, l’Emmanuel, Dieu-avec-nous, qui vient régénérer l’humanité. Ils apportent une réponse définitive à l’attente du peuple d’Israël et par là à l’attente de tous les peuples de la terre : ʺQui croira et se fera baptiser sera sauvéʺ. Alors nous pouvons chanter : « Venez divin Messie, nous rendre espoir et nous sauver. Vous êtes notre vie. Venez ! Venez ! Venez ! ».

Bonne préparation des cœurs pour la fête de Noël. Que les crèches dans les églises et sur les places publiques soient belles et invitent à la prière. Et déjà JOYEUX NOËl !         

Nouvelles de famille

-  Noël c’est la joie d’une naissance, celle du Fils de Dieu. Voilà pourquoi l’Eglise nous donne le temps pour nous préparer. Rappelez-vous la couronne de l’Avent : 4 cierges de couleur violette. Célébrons Noël avec un cœur d’enfant. Vous trouverez quelques idées dans ma plaquette "Pour mieux célébrer Noël" à la librairie saint Paul.

-  Chaque année nous faisons une collecte pour nos frères de la prison civile. Merci de confier vos dons à l’économat diocésain.

-  L’auberge "La Maison diocésaine" a été inaugurée ce novembre 2020. N’hésitez pas à y loger vos hôtes. Pour le moment, 22 chambres sont disponibles.

-  Prions pour le repos de l’âme de Christine, mère de Sr Sidonie GNANVE, FCSCJ.

-  Rappel : Le 10 janvier prochain nous nous retrouvons tous au Sanctuaire N. D. de Komiguea pour notre traditionnel pèlerinage diocésain. Ce jour-là, il y aura entre autres, le lancement officiel du "Diocèse sans palu".

-  L’Etoile Notre Dame a célébré dans la discrétion le 27 novembre dernier ses noces de diamant (60 ans). Que ces moniales continuent de rayonner par leur foi, leur enthousiasme et la fidélité à leur vocation.

Quelques dates

3-6 déc.       : Visite pastorale à Gbégourou.

5 déc.          : Vœux perpétuels de Sr Josiane DOVONOU,  (Sœurs Albertines) à Okédama (9h30).

8-9 déc.       : Permanence pastorale à Djougou.

10-11 déc.   : Visite traditionnelle des prêtres ditamari.

10 déc.        : Rencontre avec les séminaristes de N. D. de Fatima à 19h10.

12 déc.        : Jubilé d’argent (25 ans de création) du Séminaire Mgr Louis Parisot de Tchanvédji.

13 déc.        : Quête impérée pour les vocations (dimanche du Bon Pasteur).

15-16 déc.   : Visite au Séminaire Propédeutique Mgr Chopard-Lallier de Ténonrou.

19 déc.       : Jubilé de diamant (60 ans) de la Congrégation au Bénin. A l’église Marie Auxiliatrice (9h30)

                    Vœux perpétuels de Sr Charlotte HOUANSOU. Jubilé d’argent de 8 Sœurs dont Sr Julie

                    DJAGO, Provinciale des Sœurs FCSCJ.

22-23 déc.  : Permanence pastorale à Djougou.

23 déc.       : Messe de Noël anticipée à l’hôpital St Martin de Papanè à 10h.

24 déc.       : A 22h30, à la Cathédrale avec baptême d’enfants.

25 déc.       : Jour de Noël à Kpari. Messe à 10h. Erection de la nouvelle paroisse et prise de possession

                    canonique du premier Curé le Père Yves AÏDOMONHAN.

27 déc.       : Vœux perpétuels de Frères Philippe DOUTI et de Ferdinand SOGLO, fic, à l’église N. D. du

                    Sacré-Cœur de Banikanni (11h).

31 déc.       : Messe de Te Deum pour clôturer l’année civile à l’hôpital St Jean de Dieu de Boko (9h30).

                    Bénédiction de la nouvelle maison des Sœurs de la Médaille miraculeuse. 

                     A 23h : Adoration eucharistique au Sanctuaire eucharistique.

                     A 24h : Messe du Nouvel An au Sanctuaire eucharistique.        

JOYEUX NOEL ! ET DEJA BONNE ANNEE NOUVELLE !

 

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
3
4
8
12
13
15
16
17
18
22
25
26
29

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin

Archived Articles