Le mois de novembre s’ouvre par la fête de tous les Saints. Ils sont au paradis et intercèdent pour nous. Dès le lendemain, le 2 novembre, c’est la commémoration de tous les fidèles défunts. Ils sont au purgatoire et nous sollicitent. C’est donc très sérieux les messes pour les défunts. Nous prions non seulement pour les morts pour qui les messes sont demandées, mais on pense aussi aux fidèles trépassés pour lesquels personne ne prie, les âmes les plus délaissées du purgatoire. Saint Augustin nous le rappelle : il y a "au moins une mère qui prie pour ceux qui n'ont ni parents, ni proches, ni amis, c'est l'Eglise". Pourquoi cette insistance ? Parce que c’est la prière et surtout la messe qui aide nos morts à aller au Ciel.  Un jour, Padre Pio déclara : « Autant d’âmes de défunts que de vivants viennent ici (au monastère) ». Souvent les âmes des défunts lui demandaient de célébrer une messe à leur intention. Elles insistaient sur la force spirituelle de la messe, qui permet de diminuer le temps qu’une personne passe au purgatoire, avant d’accéder à la gloire céleste ».  Ce qui est célébré dans l’Eucharistie n’a pas de prix. C’est un mystère. Nous sommes dans l’ordre de la gratuité totale qui vient de la miséricorde du Christ crucifié. C’est Jésus qui, par les mérites de sa passion et de sa mort, nous offre sa Vie de ressuscité nécessaire à notre salut. Si l'on savait quel est le prix de la messe pour la vie dans l'éternité, les églises seraient toujours pleines, même en semaine.

 Ce message de Jésus à Carmela, une mystique de Milan, peut nous éclairer davantage. "Il y a au purgatoire, dit Jésus, des âmes bonnes qui ont vécu saintement aux regards des hommes, mais de qui je désirais une plus grande perfection, un degré supérieur de sainteté. Cette sainteté qu’elles n’ont pas atteinte au cours de leur vie, elles l’acquièrent là-bas… Au purgatoire tout le monde se parfait et se rend digne de la vue de Dieu. Prier pour les âmes du purgatoire est une charité, un devoir et une source de grand avantage, car leur puissance de secours est très étendue…Avec la permission de Dieu, elles aident aussi matériellement les membres de leurs familles et ceux qui prient pour elles". Elles les défendent contre les dangers et les accompagnent avec tendresse pour résoudre leurs problèmes. Vive la mystérieuse communion des saints !

 J’encourage fortement la pratique de confier aux prêtres des intentions de messes pour nos défunts. D’abord parce que c’est le seul geste d’affection utile envers celui qui a fait le passage de cette terre vers la vraie Terre Promise. Ensuite ce même geste permet de mieux vivre l’absence de cet être, en même temps qu’il soutient notre foi et notre espérance. Il n’est pas mort, il vit autrement.

 Offrons abondamment à nos défunts les secours de nos prières.

Judas Maccabée, dans l’Ancien Testament, avait prescrit un sacrifice expiatoire pour les juifs morts au combat, afin qu’ils fussent délivrés de leurs péchés d’idolâtrie (2 M 12, 43-46). Imitons son souci. Cela signifie, n’en déplaisent à certains illuminés, que des péchés peuvent être pardonnés après la mort. Jésus le confirme (cf. Mt 12, 32) : "Si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pardonné ni en ce monde ni dans le monde à venir". Cette sentence très grave a été prononcée face à l’entêtement des pharisiens qui venaient de dire : "Celui-là ne chasse les démons que par Belzébul, le chef des démons" (Mt 12, 24). L’homme n’est pas excusable quand il s’obstine à mal interpréter un signe évident de la victoire de Dieu sur Satan : l’exorcisme est opéré par la puissance de Jésus dans l’Esprit. Tout autre péché peut être pardonné après la mort. Ste Monique mourante ne demanda qu’une chose à ses deux fils: "vous enterrerez ici votre mère… Je vous demande seulement de vous souvenir de moi à l'autel du Seigneur, partout où vous serez".

 C’est clair donc que lorsqu’on meurt, on ne  va pas toujours immédiatement au paradis ou en enfer, comme certains le proclament. Le purgatoire existe vraiment, et la Vierge Marie l'a confirmé dans son apparition à Fatima au Portugal, le 13 mai 1917. "Elle  sera au purgatoire jusqu’à la fin du monde… car elle aimait trop aller au bal″, révéla la Reine des cieux à Lucie la voyante ; celle-ci voulait avoir les nouvelles d’Amélie, une jeune fille qui venait de mourir à 18 ans. 

 Autrefois, les fidèles chrétiens priaient beaucoup pour les défunts et prévoyaient même "des fondations de messes" qui devaient être célébrées après leur mort pour le repos de leurs âmes. Bel exemple à imiter. On ne demandera jamais trop de messes pour eux. Le plus noble pour nous c’est de bien célébrer chaque eucharistie pendant que nous sommes encore ici-bas sur terre.

 Une privilégiée du Seigneur, Maria Simma, a eu cette révélation : "A l'heure de la mort, les messes auxquelles nous avons assistées avec piété durant notre vie sont notre plus grand trésor. Elles ont pour nous plus de valeur que les messes qui sont célébrées pour nous après notre mort". Avis à ceux qui s’amusent au cours des messes. Avis aussi aux acteurs liturgiques qui se célèbrent à l’autel… En tout cas le purgatoire peut être évité. Il suffit que le Saint Sacrifice devienne pour nous une école de vie…

Que retenir ? Toute prière est bonne pour secourir les âmes du purgatoire. Cependant, je vous propose une hiérarchie par ordre d’importance :

 1- Le saint sacrifice de la messe.

 2- Le rosaire : après le saint sacrifice de la messe c'est le moyen le plus efficace.

 3- Les souffrances et sacrifices expiatoires consentis pour tel ou tel défunt.

 4- Le chemin de la croix. Les neuvaines pour les défunts.

 5- Les indulgences, qu’elles soient partielles ou plénières.

 6- Les aumônes et toute action charitable, surtout les dons en faveur de l’évangélisation, pour la propagation de la foi auprès des non chrétiens… Souvenez-vous que les œuvres de charité recevront la plus haute récompense dans l'éternité. "Faites du bien (même) à ceux qui vous persécutent...".

PRIONS TOUS LES JOURS POUR LES MORTS

(Au moins pendant tout le mois de novembre)

 O mon Dieu qui pardonnez aux pécheurs et qui voulez le salut des hommes, nous implorons votre miséricorde en faveur de nos frères, de nos proches et de nos bienfaiteurs qui ont quitté cette terre, et nous vous supplions de leur accorder, par l’intercession de la Vierge Marie et de tous les saints, la grâce d’être admis à la participation de l’éternelle béatitude. Par Jésus le Christ notre Seigneur.

 

+Pascal N'KOUE

Omnium servus

 

 

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin

Archived Articles