Le mystère de la Sainte Trinité c’est le mystère central de la foi et de la vie chrétienne. Dieu s’est révélé comme Père- Fils-Esprit. L’an dernier ce fut l’année du Père. La pandémie du coronavirus ne nous a pas permis de nous retrouver régulièrement. Cette année nous passons au Fils sans abandonner le Père. Ecoutons l’épitre aux Hébreux. "Après avoir, à bien des reprises et de bien des manières, parlé autrefois aux pères dans les prophètes, Dieu, en la période finale où nous sommes, nous a parlé à nous en un Fils qu’il a établi héritier de tout, par qui aussi il a créé les mondes" (He 1, 1-2). Ce Fils a été accrédité par Dieu officiellement deux fois au baptême et à la transfiguration : "Celui-ci est mon fils bien-aimé" (Mc 1,11 ; Lc 3, 22 ; Jn 1, 34), (Mc 9, 7 ; Lc 9, 34.35). Jésus le confirmera en disant : "Qui me voit, voit le Père" (Jn 14, 9). Ce Fils est Dieu en chair et en os. Il est l’image du Dieu invisible. Message éblouissant.

 

 

Le Prologue de saint Jean prend ici toute sa place : "Au commencement était le Verbe… et le Verbe était Dieu…et le Verbe s’est fait chair" (Jn 1…). Dieu invisible se fait voir. Dieu intouchable se laisse toucher, Dieu silencieux parle, Dieu sublime se fait petit, Dieu éternel meurt sur la croix et ressuscite triomphant. Mystère ineffable ! Mystère inouï ! Et tout ça pour notre salut. Voilà pourquoi Jésus ose nous demander d’être parfaits comme notre Père céleste est parfait.

 

Avant que Jésus ne commence sa mission, Jean le baptise. Dépouillé de sa gloire divine, il  descend humblement dans le Jourdain, comme un "monsieur tout le monde". Mais la voix du Père majestueusement le distingue et proclame: "Celui-ci est mon Fils bien aimé". Il est donc vrai Dieu et vrai homme. C’est lui le Messie annoncé depuis les siècles. "ECOUTEZ-LE", nous dit le Père. C’était quelques jours avant la passion, sur le mont Tabor. Il fut transfiguré en compagnie des deux géants de l’Ancien Testament : Moïse et Eli. Ses réformes sont mondiales, éternelles et sans appel : "Vos anciens vous ont dit… Mais moi je vous dis…". "Le Ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas". Et sa sainte Mère de renchérir :"Faites tout ce qu’il vous dira". Et comme si tout cela était insuffisant, il déclare solennellement: "J’ai vaincu le monde".

 

C’est l’apôtre St Jean qui a vraiment compris ce que Dieu attend de nous : c’est d’être fils dans le Fils, d’avoir un cœur d’enfant et de nous comporter en enfants de Dieu : "Voyez de quel grand amour le Père nous a fait don pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ; et nous le sommes… Mes bien-aimés, nous sommes enfants de Dieu dès à présent, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous savons que lorsqu’il paraîtra nous lui serons semblables puisque nous le verrons tel qu’il est" (Jn 3,1-2). Il faut y croire et se soumettre à cette vérité. La soumission à Dieu est une sécurité pour nous. Satan a perdu le paradis parce qu’il a refusé de se soumettre à l’Amour de Dieu. Cet amour semble une faiblesse. "Celui qui s’abaisse sera élevé".

 

Le Fils dévoile à la fois la tendresse de Dieu et la vocation très élevée de l’homme dans la Création. L’homme est vraiment appelé à la filiation divine pour une vie épanouie et éternelle. On parle très peu de notre filiation divine (cf. "Prier comme un enfant de roi" de Jean PLIYA). En effet, nous avons reçu un "Esprit qui fait de nous des fils adoptifs et par lequel nous crions Abba, Père. Cet Esprit lui-même atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Enfants, et donc héritiers, héritiers de Dieu, cohéritiers du Christ, puisque ayant part à ses souffrances, nous aurons part aussi à sa gloire" (Rm 8,15-17).

 

Dans l’Ancien Testament, l’héritage du Peuple c’était la Terre Promise (Dt 4,21). Dans le Nouveau Testament, la Terre Promise devient l’ensemble des biens divins c’est-à-dire le Royaume (Mt 25, 34), la Vie éternelle (Mt 19,29). Le Père communique tous ses biens à son Fils incarné, mort et ressuscité. Révolution des révolutions ! Par le Fils tous les biens passent aux croyants. "De sa plénitude, tous, nous avons reçu, et grâce sur grâce" (Jn 1, 16). Voilà pourquoi St Jean affirme clairement : "A ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu" (Jn 1, 12). Cette capacité de devenir enfants de Dieu vient de Dieu. C’est un don gratuit du Père. D’où cet appel de l’Apôtre : "Cherchez à imiter Dieu puisque vous êtes ses enfants bien-aimés" (Ep 5,1). Ce qu’il nous reste à faire c’est de découvrir cet enfant de Dieu en nous et de vivre notre foi en conséquence. Contemplons comment Jésus a vécu en Fils de Dieu. C’est un trésor immense que cette filiation divine qu’il a réussi à nous communiquer. "Je m’en vais vers mon Père et votre Père". Jésus nous considère comme ses frères : "Tout ce que vous avez fait au plus petit d’entre mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait" (Mt 25, 40). C’est très sérieux.

 

Comme l’enfant prodigue, à un certain moment donné, il faut prendre conscience de sa misère intérieure et revenir au Père infiniment bon (Lc 15,11-32)  pour lui confesser ses péchés, pour se décharger sur lui de tous nos soucis. Il faut faire demi-tour. C’est cela la conversion. Car plus on s’éloigne de lui plus on est triste et agressif. Dans cette parabole, le Père, ému de compassion, a serré sur son cœur le fils revenu et a donné l’ordre de le fêter royalement. Il était comme mort. Car il avait perdu les occasions de saine joie. Quand on n’a plus d’argent les amis profiteurs nous tournent le dos. Tous ses copains et copines l’ont abandonné. Il jouissait d’une fausse gloire. Sans argent, finies les considérations. A son retour, il découvre à quel point son père l’aimait. Il ne le savait pas. Le fils aîné, qui est resté près du Père dans le confort et l’abondance non plus ne connaissait pas le cœur du Père. Il jouissait tous les jours de sa tendresse paternelle mais il ne souffrait pas de l’absence de son frère. Il en était même heureux. Il n’a pas supporté l’attitude du Père envers le fils prodigue. Comment combler d’affections un vagabond pareil, un voyou de la pire espèce alors qu’il méritait de vives reproches et une sanction exemplaire de haut calibre, et le renvoi définitif de la maison. Lui non plus n’avait pas encore découvert le cœur du Père qui ne rejette personne. Il fait lever son soleil sur les bons comme sur les méchants. C’est quand on est uni dans le cœur du Père qu’on se reconnaît tous frères. "Fratelli tutti", voilà le titre de la nouvelle encyclique du Pape François. Pour vivre cette fraternité universelle avec Jésus, les hommes et la Création, il faut résolument avoir un cœur d’enfant. "Si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux" (Mt 18, 3).

 

+Pascal N’KOUE         

 Omnium servus

 

 

 

 

 

 

 UNE NOUVEAUTE FANTASTIQUE

                    POUR LES YEUX

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Optical Coherence Tomography

 

 

Malgré les difficultés économiques aggravées par la crise sanitaire de la pandémie du coronavirus, bien des structures de service de santé de l’Archidiocèse de Parakou avancent avec la bénédiction de Dieu. C’est le cas de l’Hôpital Ophtalmologique Saint André de Tinré (HOSAT). En effet, depuis le mois de septembre 2020, il a été mis en service dans cet hôpital un appareil ultra sophistiqué que les techniciens appellent OCT (Optical Coherence Tomography) qu’on traduit par Tomographie par cohérence optique. En termes plus simples, c’est un appareil qui sert à faire le scanner des yeux. Il paraît qu’il n’y a que trois équipements du genre au Bénin.

 

Avec cet appareil, on peut détecter très tôt certaines affections graves qui conduisent vers la perte totale des yeux : Par exemple le glaucome, les répercutions du diabète, de la drépanocytose et bien d’autres maladies de l’œil. Si ces maladies sont dépistées tôt et suivies correctement, nous pouvons aisément éviter non seulement la cécité mais aussi le fardeau financier, familial et social qui en résulte.

 

Nous disons notre profonde gratitude à la Conférence Episcopale Italienne (CEI) qui nous a offert cet équipement qui a coûté très cher.

 

Nous saisissons l’occasion pour inviter, à nouveau, tout le personnel soignant de l’HOSAT à faire un bon usage de ce joyau, dans l’intérêt de tous, et surtout des populations les plus démunies. Car tout ce que nous faisons c’est à des coûts sociaux.

 R. P. Ernest DEGUENONVO

 Coordinateur diocésain des hôpitaux et centres de santé

 

Nouvelles de famille

 

  • Après l'année du Père, nous vivrons cette année tous tournés vers le Fils pour l'écouter. Les événements de la vie sont une prédication de Dieu. Pratiquons l'apostolat de l'oreille pour écouter patiemment les gens, surtout les faibles qui sont les privilégiés du Bon Dieu.

  • Redécouvrons notre filiation divine en Jésus Christ. Ne banalisons pas ce privilège. "Il a donné à ceux qui croient en Lui le pouvoir de devenir enfants de Dieu" (cf Jn 1,12). Le baptême, porte d'entrée dans la foi chrétienne, nous confère une dignité céleste.

    - Le mois de Novembre est dédié à la commémoration des fidèles défunts. Prions pour eux. Confions les intentions de messe aux prêtres pour eux. Avec la permission de Dieu, les âmes du purgatoire aident beaucoup ceux qui prient pour leur délivrance.                                             

    - Le 1er octobre 2020, le Séminaire Propédeutique Mgr Chopard-Lallier à ouvert à Ténonrou l'année de fondation spirituelle. Les candidats au sacerdoce sont au nombre de 37 pour les deux ans.

    - Nous remercions vivement Mgr Victor AGBANOU, évêque de Lokossa et Président de la Conférence Episcopale du Bénin, pour l'entretien qu'il a donné à Gaah-Baka aux séminaristes et formateurs du Séminaire Providentia Dei, à l'issue de la messe d'ouverture de l'année académique.

    - Prions pour le repos de l’âme de Sr Chantal BAZANTAY, du monastère l’Etoile Notre Dame.

    - L'encyclique du Pape François, Fratelli tutti (Tous Frères), nous aidera à mieux vivre notre filiation divine. C’est en étant fils d’un même Père qu’on se découvre tous frères.

    - L'association LA MAISON DE L'ARTEMISIA BENIN s'engage pour une année scolaire 2020-2021 sans paludisme dans nos trois séminaires et toutes nos écoles Catholiques. Que les Directeurs leur fassent un très bon accueil. Engageons-nous à cultiver un jardin d'Artémisia avec d'autres plantes médicinales.

     

    RECOMMANDATIONS POUR NOTRE HYGIENE SPIRITUELLE

  • "Soyons toujours joyeux dans le Seigneur" (cf. Ph 4,4).

  • Répétons à longueur de journée: "Jésus doux et humble de cœur rendez Mon cœur semblable au vôtre".

  •  Revalorisons notre baptême qui fait de nous des fils adoptifs de Dieu.

 

Veuillons incliner la tête en signe de vénération lors de certaines prières:

 

  • Et le Verbe s’est fait chair (Angelus).

  • Par l'Esprit Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s’est fait homme (Credo).

  • Gloria Patri et Filio (Gloire au Père…).

  • Par Jésus, le Christ notre Seigneur (à la fin d’une prière).

  • Quand le prêtre bénit l’Assemblée à la fin de la messe : Que Dieu tout-puissant vous bénisse.

  • Quand on passe devant un calvaire, une statue de la Vierge Marie, de Saint Joseph etc.

    Dans plusieurs églises les pasteurs ont disposé les croix visibles sur les autels. Qu'ils en soient vivement félicités. En cette année du Fils, que les retardataires ne traînent plus les pieds.

  • Prions les psaumes invitatoires qui nous invitent à la joie dès la première heure de la journée.

    - Mettons en pratique cette recommandation de notre Seigneur: Quand vous entrez dans une maison dites: "Paix à cette maison et à ceux qui l’habitent" (cf. Lc 10,5).

 

Quelques dates

 

1er nov.       : Fête de la Toussaint. Ste messe au Séminaire N. D. de Fatima à 8h.

 

4 nov.         : Conseil diocésain pour les affaires économiques à 9h30, à l’Archevêché.

 

7 nov.         : Visite aux Petits-Clercs (Pré-séminaire pour les enfants des périphéries).

 

8 nov.         : Quête impérée pour les Lieux Saints (Elle devait être faite le Jeudi saint dernier mais

 

                       les églises étaient fermées à cause de la Covid-19). 

 

                     : Messe dominicale à Gbégourou à 9h30.

 

10-11 nov.   : Permanence pastorale à Djougou.

 

12 nov.        : Rencontre avec les séminaristes de N. D. de Fatima.

 

12-13 nov.   : Visite de quelques prêtres de Natitingou.

 

14 nov.        : A Dassa pour le jubilé d’argent de l’érection de ce diocèse.

 

17 nov.        : Conseil presbytéral à l’Archevêché à 9h30.

 

18-19 nov.   : Visite au Séminaire Mgr Chopard-Lallier de Ténonrou.

 

21 nov.        : A Djougou pour les 75 ans de la création de la paroisse du Sacré-Coeur.

 

22 nov.        : Fête du Christ Roi. Rendez-vous à Komiguéa.

 

24-25 nov.   : Permanence pastorale à Djougou.

 

N.B. : La boulangerie-pâtisserie diocésaine a été bénie et inaugurée le 14 octobre 2020 au Centre Pastoral. Encore un motif d’action de grâce. Remercions l’Association des Familles Rurales de Veneto.

 

 

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
5
6
9
15
16
20
23
26
27
28
29
30

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin

Archived Articles