Comment conserver les fruits pour les garder frais - Unlock Food

Un médicament sûr contre le coronavirus ? Il n’y en a pas encore. A quand le vaccin ? Personne ne le sait. Alors que faire ? Paniquer ? Non. Prévenir ? Oui. Mettons plutôt l’accent sur l’environnement interne du corps. C’est la solution la plus efficace. Sur quoi je m’appuie pour orienter vers la prévention ? Sur un aphorisme populaire qui dit : "Mieux vaut prévenir que guérir". Cela est surtout vrai quand il s’agit de la santé. Un des avantages de la pandémie Covid-19, c’est qu’elle nous oblige à fouetter nos méninges, à chercher d’autres solutions que celle des médicaments pharmaceutiques. La piste la plus sûre c’est de reprendre conscience de l’importance du système immunitaire. "En renforçant nos défenses immunitaires et antioxydants, en connaissant et en réduisant les facteurs de risques qui nous entourent, nous pouvons sinon échapper à de nombreuses maladies, du moins nous en protéger. De notre capacité à faire face à ce défi dépend notre avenir". Cette phrase est du Dr Luc MONTAGNIER, Prix Nobel de médecine 2008, in Les Combats de la vie. Mieux que guérir, prévenir, Ed. JC Lattes, 2008. Le coronavirus désormais qualifié de "mal du siècle" n’est donc ni une fatalité, ni une maladie dont on ne peut pas se protéger. Nous devons désormais compter avec lui dans notre vie quotidienne, comme nous le faisons pour le paludisme et pour d’autres maladies auxquelles nous sommes quotidiennement exposés. Et donc pas de panique. Ne nous laissons pas vaincre par le virus de la peur. Le Professeur Didier RAOULT, grand infectiologue, estime d’ailleurs que le Covid-19 est l’une des maladies respiratoires les moins graves.

 

Et pourtant, depuis plusieurs mois, le satané virus trouble le sommeil de beaucoup de personnes. Les mesures barrières commencent à agacer. La distanciation est difficile à observer. Avec les masques, non seulement on respire mal, mais on aspire encore les bactéries que le corps rejette par les voies respiratoires. L’eau, denrée chère en ville, n’est pas disponible à tout moment pour assurer l’hygiène des mains. Par conséquent les gestes barrières ne sont respectés qu’en très peu d’endroits, dont les églises catholiques notamment. Dès qu’on se trouve hors des lieux de culte et de réunion, chacun agit comme bon lui semble. C’est un peu la pagaille. Explorons plutôt une autre solution.

 

Je voudrais, par cet article, insister sur l’efficacité de la prévention à portée de main, facile à observer et plus agréable que les recommandations des institutions internationales. Il s’agit de l’hygiène alimentaire naturelle, que la maxime multiséculaire et toujours d’actualité  d’Hippocrate (460-377 av. J.-C.), ancêtre de la médecine, exprime en ces termes concis: "que ton aliment soit ton seul remède". Ce médecin grec avait vu juste. Il en découle que le microbiote (flore intestinale) est la clé incontournable ou le code secret de notre santé. Le système digestif est notre rempart contre le virus. C’est d’ailleurs ce qu’enseigne Henri JOYEUX, Professeur en médecine, que je vous prie de lire avec beaucoup d’attention : "Le microbiote de notre tube digestif, quand il est en équilibre, représente 70 à 80% de nos défenses immunitaires. Il est en relation avec les autres microbiotes : des poumons, du foie, de la peau, des voies génitales et même du cerveau et des reins. Ils sont destinés à protéger chaque organe des agressions extérieures venant de certains pathogènes bactériens, virus, champignons et des pollutions environnementales". En termes décisifs, c’est ce que nous mangeons qui nous rend vigoureux ou malades. C’est vraiment notre assiette qui commande notre santé et peut favoriser notre longévité. La leçon est claire. Quel bonheur de le savoir.

 

La guerre qu’on mène systématiquement pour exterminer en nous les microbes, les bactéries, les virus, guerre soutenue par les laboratoires, les fabriquants d’antiseptiques et de vaccins, agresse notre organisme, l’affaiblit et le rend très vulnérable. Car, "le médicament est un produit chimique non organique…, qui présente des risques en engendrant des effets secondaires nombreux (signalés d’ailleurs sur les notices) qui encrassent, intoxiquent et surchargent les organes d’élimination du corps que sont la peau, les poumons, le foie, les reins et les intestins" (Danielle P. TEVOEDJRE, in Santé et Longévité par l’alimentation). Tout médicament de synthèse est donc un danger potentiel. Beaucoup de malades développent une infection liée à une bactérie multirésistante et certains patients en meurent, parce que les défenses immunitaires naturelles sont affaiblies par tous ces produits toxiques.

 

En tout cas, l’augmentation du nombre des hypertendus, des maladies cardiaques, des cancers, des diabétiques etc., fait douter désormais de la médecine conventionnelle comme panacée à nos problèmes. Certes, elle a fait des bonds en avant depuis Louis PASTEUR, mais redécouvrons les conseils d’Hippocrate sur l’importance des plantes médicinales et des aliments naturels. Les pontes ou les ténors de la médecine conventionnelle taxeront notre vision d’archaïque, d’obsolète et de surannée. Et ils se feront les avocats de la toute-puissante et lucrative industrie pharmaceutique, qui est plutôt constructrice et gardienne de nécropole, et cause principale des maladies dites modernes. Nous savons désormais que les thuriféraires de cette médecine "mécanique" n’ont pas la maîtrise absolue de toute la question sanitaire. Et comme la "raison du plus fort est toujours la meilleure", ils imposent la dictature du monopole sanitaire qui leur rapporte d’énormes bénéfices. La docilité moutonnière à laquelle on veut nous conduire, en nous inoculant la peur de la mort, causera de grands préjudices à l’humanité si nous cédons.

 

La vraie pharmacie c’est Dieu qui nous la donne : c’est la Terre. Respectons-la. Notre santé en dépend. Préservons-la pour mieux vivre. N’oublions pas que l’être humain est une partie de la création. Il est un élément de la biosphère. Et le Pape François de renchérir : "l’existence humaine repose sur trois relations fondamentales intimement liées : la relation avec Dieu, avec le prochain, et avec la terre" Laudato Si, n° 66. Cette interdépendance des créatures est voulue par notre Créateur. Les animaux sauvages et même domestiques nous en donnent l’exemple. Quand ils ne sont pas "confinés", ils se laissent guider par leur instinct pour choisir leur nourriture et leurs plantes médicinales. Voilà pourquoi ils ne tombent pas malade ou très peu. Il n’est pas interdit d’apprendre d’eux. Je me réjouis qu’il y ait de plus en plus des nutritionnistes compétents et des naturopathes avisés, capables de nous orienter. Je crois qu’il faudrait leur faire un peu plus confiance. Ce que nous consommons de façon saine est comme le bon carburant qui permet à un moteur de fonctionner correctement et de durer dans le temps. Voilà pourquoi il nous faut une alimentation ad hoc et équilibrée.

 

Revenons donc à la santé naturelle. Tournons-nous résolument d’abord vers les plantes locales, tant au niveau de l’alimentation que des remèdes. Car comme le dit le scientifique Antoine BESCHAMP, contemporain de Louis PASTEUR (XIXè siècle) : "Le microbe n’est rien, le terrain est tout". Le terrain c’est le tube digestif. Malheureusement, nous sommes déjà trop habitués aux médicaments toxiques, et même aux placebos et faux médicaments. Mais il faudra une auto-éducation pour changer nos mauvaises habitudes sur ce point. Il est temps d’organiser aussi un battage médiatique sur les aliments sains, capables de "booster" notre santé et même "blinder" notre organisme. La Bible nous dit : "Le Seigneur a créé les plantes médicinales, et l’homme sage ne les méprise pas" (Si. 38, 4). "Un peu de sagesse" donc, nous crie la nature fatiguée d’absorber les engrais chimiques et toute sorte de poisons et de pollutions. Quel bonheur si le Coronavirus nous aidait à prendre la décision politique irréversible de l’agro-écologie ! Car la question sanitaire ne doit plus être réservée aux infirmiers et aux médecins mais aussi aux agronomes. Réconcilions-nous avec la Nature. Reconnectons-nous aux lois naturelles pour notre bien-être physique, psychique et moral. Osons dire non à ceux qui tiennent coûte que coûte à nous vacciner sans notre consentement. J’admire leur philanthropie, mais je doute de leur honnêteté.

 

 

 

+Pascal N’KOUE.

 

 

Je propose enfin l'Artémisia, le super missile anti paludique et anti corona. C’est la reine des super-plantes. Ses effets sont spectaculaires. A en croire le Pr Henri JOYEUX, "cette découverte (de l’Artémisia) a valu au professeur chinois TU YOU YOU le prix Nobel de médecine en 2015, lui donnant une valeur scientifique définitive et mondiale… Elle a une efficacité immunologique plus large qu’on le pense… Sa consommation reste indiquée sans tarder chez les personnes à risque". Blague à part, cette plante aux multiples principes actifs est réellement un danger redoutable pour les firmes pharmaceutiques. L’Artémisia pourrait enterrer une bonne partie de la médecine occidentale toxique, si on plantait deux ou trois pieds dans nos maisons. Les raisons avancées pour la discréditer sont obscures. Résistons à la manipulation… Alors, chaque soir, une bonne tasse d’Artémisia annua ou afra! Cette tisane a été largement utilisée récemment en Chine dans le traitement du Covid-19. Dame Nature est vraiment merveilleuse. Bénissons le Créateur. Entrons dans sa logique et ne craignons plus les virus et les microbes.

 

 

Nouvelles de famille

 

- Prions pour le repos de l’âme de Sr Philomène KOUBYA, moniale de l’Etoile Notre-Dame et de celle d’Elisabeth, maman de Sr Amandine NATTA, décédées le mois dernier.

 

- Wilfried YAYI, Samson MEHOU et Innocent ADJAGBA ont été ordonnés diacres le 8 août 2020 en l’église Cathédrale St Pierre et St Paul.

 

- Le Séminaire Propédeutique comprend deux années. Iè : Initiation à la vie communautaire et remise à niveau. IIè : Année de spiritualité proprement dite. Pour la rentrée d’octobre, les 40 lits disponibles sont tous occupés. Bénissons le Seigneur.

 

- Nous saluons avec gratitude la branche féminine de l’Institut N. D. de Vie qui enseignera désormais l’oraison dans le Séminaire Propédeutique Mgr Chopard-Lallier. Quelle aubaine !

 

- L’abbé Félix KINNIN est désormais incardiné dans l’Archidiocèse de Cotonou. Tout s’est fait dans les règles de l’art.

 

- Les quêtes impérées pour les Lieux Saints et pour le denier de St Pierre se feront ces mois-ci. Soyons généreux comme d’habitude.

 

- Bonne reprise des classes aux élèves, étudiants, séminaristes etc. Bonne rentrée pastorale aux agents pastoraux. Que les nouveaux se sentent d’office en famille dans le diocèse.

 

Quelques dates

 

1-14 sept.    : Vacances de l’Evêque.

 

13 sept.       : Quête impérée. Collecte pour les Lieux Saints (Jérusalem-Palestine).

 

15-16 sept.  : Permanence pastorale à Djougou.

 

19-21 sept.  : Visite à Ténonrou (Africae Munus-Séminaire Mgr Chopard-Lallier).

 

22-23 sept.  : Permanence pastorale à Djougou.

 

27 sept.       : Messe dominicale à Sirarou.

 

30 sept.       : Rencontre des prêtres formateurs des Séminaires diocésains à Prov. Dei.

 

4 oct.          : Quête impérée pour le denier de saint Pierre.

 

6-7 oct.       : Permanence pastorale à Djougou.

 

11 oct.        : Messe dominicale au Séminaire Mgr Chopard-Lallier.

 

13 oct.        : - Conseil presbytéral à l’Archevêché à 9h30.

 

  • Presbyterium à 16h.

 

14 oct.        : Au Centre Pastoral : ouverture de l’année pastorale à 9h. Venez avec vos

 

                     bréviaires. Et que les prêtres viennent avec leurs vêtements liturgiques.

 

18 oct.        : Journée mondiale des missions. Quête impérée pour les O. P. M.

 

18-21 oct.   : Conférence Episcopale à Natitingou.

 

N. B. - Le thème de cette année pastoral est sur le Fils bien-aimé de Dieu. En l’écoutant et en le contemplant, redécouvrons-nous fils et filles aimés de Dieu pour mieux l’annoncer. Améliorons nos relations de confiance, de tendresse et d’amour envers Dieu et le prochain.

 

- Les noms des nouveaux responsables des secteurs paroissiaux sont attendus au plus tard le 15 septembre 2020 à la Curie diocésaine

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
17
18
24
25
26
28
29

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin