Imprimer

Les manuscrits autographes de la Bible n’existent plus. Ils ont tous péri à l’épreuve du temps. Il n’en existe que des copies nombreuses. La Bible a connu, au cours des siècles différents supports.

 

La pierre

Dans l’ancien temps, l’écriture avait pour support la pierre. À l’époque, l’écriture était peu utilisée. Il faut penser aux fameuses tables de pierre que Moïse a dû tailler et réaliser (cf. Ex 31,18). Par la suite, en entrant dans la Terre promise, le peuple d’Israël a reçu l’ordre de « dresser de grandes pierres, de les enduire de chaux et d’y recopier les paroles de la Loi » (Dt 27,2-3)

  

Le cuir

Ultérieurement, les livres de la Bible ont été écrits sur du cuir. Il en est ainsi du rouleau d’Isaïe qui a été retrouvé dans les grottes du monastère de Qumran, au bord de la Mer Morte. Sa longueur est de 6 m 40. Il est le joyau du Musée du Livre à Jérusalem

  

Le papyrus

 

Dès le IIIème millénaire av. J.- C. la technique de fabrication a été mise au point par les Égyptiens. « Le papyrus est une sorte de roseau qui poussait autrefois dans le Nil. On découpait sa moelle fibreuse en étroites bandes qu’on  superposait en couches croisées, qu’on collait et séchait, de façon à obtenir des feuilles sur lesquelles on pouvait écrire à l’encre. Les dimensions de ces feuilles étaient variables, on pouvait les assembler en une longue bande qu’on roulait en ‘volumen’ (volume)

 

Le parchemin

Le ‘parchemin’ tire son nom de sa ville d’origine, Pergame. Il apparaît au IIème siècle après. Jésus Christ. Fabriqué à base de peaux de bêtes (vache, chèvre et surtout mouton, il n’était pas tanné comme le cuir. Son poil était raclé. Il était blanchi à la craie et poli. Résistant, son emploi était commode. L’écriture recto-verso et les ratures y étaient possibles. Il était relié en codices. Il a été très utilisé pour les livres bibliques et a été le support classique de l’écriture jusqu’à la fin du Moyen-Âge.

 

Le vélin 

Le vélin est une qualité plus haute de parchemin. Fait à partir de peaux de jeunes bêtes comme l’agneau, le chevreau, le veau, mort-nés préférentiellement. Il a été employé dès le XIIIème s. pour les manuscrits de luxe.

  

Le papier 

Le papier a été inventé en Chine au début de l’ère chrétienne et introduit en Europe au VIIIème s. Mais pour les textes sacrés, le parchemin a été préféré au papier jusqu’à la découverte de l’imprimerie[1].

 

  Abbé Éphrem Dannon

 



[1] « De la pierre au parchemin, en passant par le cuir et le papyrus (…), il a bien fallu que le scribe adapte ses ‘stylets’ », cf. J.-P. Bagot – J.-Cl. Dubs, Pour lire la Bible, Les Bergers et les Mages, Paris 1984, 30. Le burin (Jr 17,1 ; 19,24) ; le ‘porte-plume’ ; l’encre.