Immagine correlata    La foi en Jésus-Christ, c’est sérieux. Evitons de vivre un christianisme dilué, émotionnel, syncrétique. Le Christ crucifié ce n’est pas de la plaisanterie. Imaginez que quelqu’un ajoute de l’eau dans le "tchouk" (bière locale artisanale) que vous lui offrez, tout le monde pensera qu’il n’est pas normal. Et s’il délayait dans le "tchouk" de l’akassa, en ajoutant le beurre de Karité et du sel, que dirait-on de lui ? De même, la foi en Jésus-Christ ne se dilue pas. Elle ne supporte pas de mélange. "Que la Croix du Christ soit notre seule fierté". Pour ce temps de carême, je recommande deux textes du Nouveau Testament : la méditation des béatitudes (Mt 5, 3-12) et le jugement dernier dans Mathieu chapitre 25. En faisant ainsi, je vous pousse à lire quelques extraits tirés de l’Exhortation apostolique du Pape François "Gaudete et Exsultate". "La carte d’identité du chrétien" ce sont les béatitudes. Devenir saint, c’est la vocation de tout le monde. C’est l’unique condition pour être des missionnaires authentiques et audacieux. Convertissons-nous et le Bénin vivra.

 

« Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu ».

 

87. Cette béatitude nous fait penser aux nombreuses situations de guerre qui se répètent. En ce qui nous concerne, il est fréquent que nous soyons des instigateurs de conflits ou au moins des causes de malentendus. Par exemple, quand j’entends quelque chose de quelqu’un, que je vais voir une autre personne et que je le lui répète ; et que j’en fais même une deuxième version un peu plus étoffée et que je la propage. Et si je réussis à faire plus de mal, il semble que cela me donne davantage de satisfaction. Le monde des ragots, fait de gens qui s’emploient à critiquer et à détruire, ne construit pas la paix. Ces gens sont au contraire des ennemis de la paix et aucunement bienheureux [73][1].

 

88. Les pacifiques sont source de paix, ils bâtissent la paix et l’amitié sociales. À ceux qui s’efforcent de semer la paix en tous lieux, Jésus a fait une merveilleuse promesse : « Ils seront appelés fils de Dieu » (Mt 5, 9). Il a demandé à ses disciples de dire en entrant dans une maison : « Paix à cette maison ! » (Lc 10, 5). La Parole de Dieu exhorte chaque croyant à rechercher la paix ‘‘en union avec tous’’ (cf. 2 Tm 2, 22), car « un fruit de justice est semé dans la paix pour ceux qui produisent la paix » (Jc 3, 18). Et si parfois, dans notre communauté, nous avons des doutes quant à ce que nous devons faire, « poursuivons donc ce qui favorise la paix » (Rm 14, 19), parce que l’unité est supérieure au conflit.

 

89. Il n’est pas facile de bâtir cette paix évangélique qui n’exclut personne mais qui inclut également ceux qui sont un peu étranges, les personnes difficiles et compliquées, ceux qui réclament de l’attention, ceux qui sont différents, ceux qui sont malmenés par la vie, ceux qui ont d’autres intérêts. C’est dur et cela requiert une grande ouverture d’esprit et de cœur, parce qu’il ne s’agit pas d’« un consensus de bureau ou d’une paix éphémère, pour une minorité heureuse » ni d’un projet « de quelques-uns destiné à quelques-uns ». Il ne s’agit pas non plus d’ignorer ou de dissimuler les conflits, mais « d’accepter de supporter le conflit, de le résoudre et de le transformer en un maillon d’un nouveau processus ». Il s’agit d’être des artisans de paix, parce que bâtir la paix est un art qui exige sérénité, créativité, sensibilité et dextérité.

Semer la paix autour de nous, c’est cela la sainteté !

 

« Heureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des cieux est à eux ».

 

91. Pour vivre l’Évangile, on ne peut pas s’attendre à ce que tout autour de nous soit favorable, parce que souvent les ambitions du pouvoir et les intérêts mondains jouent contre nous. Saint Jean-Paul II disait qu’« une société est aliénée quand, dans les formes de son organisation sociale, de la production et de la consommation, elle rend plus difficile la réalisation [du] don [de soi] et la constitution de [la] solidarité entre hommes ». Dans une telle société aliénée, prise dans un enchevêtrement politique, médiatique, économique, culturel et même religieux qui empêche un authentique développement humain et social, il devient difficile de vivre les béatitudes, et cela est même mal vu, suspecté, ridiculisé.

 

92. La croix, en particulier les peines et les souffrances que nous supportons pour suivre le commandement de l’amour et le chemin de la justice, est une source de maturation et de sanctification. Rappelons-nous que, lorsque le Nouveau Testament parle des souffrances qu’il faut supporter pour l’Évangile, il se réfère précisément aux persécutions (cf. Ac 5, 41 ; Ph 1, 29 ; Col 1, 24; 2 Tm 1, 12 ; 1 P 2, 20 ; 4, 14-16 ; Ap 2, 10).

 

93. Mais nous parlons des persécutions inévitables, non pas de celles que nous pouvons causer nous-mêmes par une mauvaise façon de traiter les autres. Un saint n’est pas quelqu’un de bizarre, de distant, qui se rend insupportable par sa vanité, sa négativité et ses rancœurs. Les Apôtres du Christ n’étaient pas ainsi. Le livre des Actes rapporte avec insistance que ceux-ci jouissaient de la sympathie « de tout le peuple » (2, 47 ; cf. 4, 21.33 ; 5, 13), tandis que certaines autorités les harcelaient et les persécutaient (cf. 4, 1-3 ; 5, 17-18).

 

94. Les persécutions ne sont pas une réalité du passé, parce qu’aujourd’hui également, nous en subissons, que ce soit d’une manière sanglante, comme tant de martyrs contemporains, ou d’une façon plus subtile, à travers des calomnies et des mensonges. Jésus dit d’être heureux quand « on dira faussement contre vous toute sorte d’infamie » (Mt 5, 11). D’autres fois, il s’agit de moqueries qui cherchent à défigurer notre foi et à nous faire passer pour des êtres ridicules.

 Accepter chaque jour le chemin de l’Évangile même s’il nous crée des problèmes, c’est cela la sainteté !

 

LE GRAND CRITERE

 

95. Dans le chapitre 25 de l’Évangile selon Matthieu (vv. 31-46), Jésus s’arrête de nouveau sur l’une des béatitudes, celle qui déclare heureux les miséricordieux. Si nous recherchons cette sainteté qui plaît aux yeux de Dieu, nous trouvons précisément dans ce texte un critère sur la base duquel nous serons jugés : « J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire, j’étais un étranger et vous m’avez accueilli, nu et vous m’avez vêtu, malade et vous m’avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir » (25, 35-36).   

Pape François, Gaudete et Exsultate, sur l’Appel à la sainteté

     

 

ST JOSEPH, L’ECONOME DU BON DIEU

 

     Le carême est un temps pour se reconnecter à Dieu, se mettre à son écoute. En cette année de jubilé de nos 75 ans d'évangélisation, nous avons voulu faire de mars, le mois extraordinaire des papas catholiques et des Communautés Ecclésiales Vivantes de Base (CEVB). Un exemple exceptionnel à suivre : st Joseph à qui Dieu a confié la jeune Vierge de qui naîtra le Sauveur du monde. Le mois de mars lui est consacré. C'est vrai que l'Evangile ne dit presque rien de lui. Et pourtant c'est un grand saint. Voici ce qu'écrit de lui Jean-Jacques OLIER, Fondateur des Pères Sulpiciens : « L'admirable saint Joseph fut donné à la terre pour exprimer sensiblement les perfections adorables de Dieu le Père... Le Père s'étant choisi ce Saint pour en faire sur la terre son image, aussi faut-il considérer l'auguste saint Joseph comme "la chose" du monde la plus grande, la plus célèbre, la plus incompréhensible...». Même si Marie a conçu Jésus par l'opération de l'Esprit Saint, Joseph a été un authentique époux et un vrai père ; ce n'est pas un semblant de père. D'ailleurs Marie elle-même parle de Joseph à Jésus en disant "ton père" (Lc 2, 28). Et Joseph a exercé pleinement auprès de Jésus son rôle de père ; c'est une haute responsabilité. Elever un enfant c'est l'aider à développer les potentialités qu'il porte en lui. C'est éveiller sa conscience au bien, au beau, au vrai, à ce qui est juste. Joseph avait la haute charge de veiller sur l’enfant et sa mère. Non seulement il s’est préoccupé de nourrir Jésus, de le vêtir, de lui apprendre à aimer la Loi, il fallait aussi lui enseigner un métier. Jésus a passé par toutes ces étapes. Il a appris à être homme. Il ne faisait pas semblant. Il a réellement grandi "en sagesse, en taille et en grâce" (Lc 2, 52) sous l’autorité de Joseph et l’attention de Marie.

 

    Joseph nous émerveille. Soumis à la volonté de Dieu, il a d’abord pris chez lui Marie, son épouse, mais qui était déjà enceinte de l’Esprit Saint. Il a "géré" à la fois l'enfant d'un Autre, le Fils de Dieu, et aussi la Mère de ce même Dieu. Quel mérite ! Il a renoncé à tous ses projets personnels pour improviser un voyage houleux en Egypte, fuyant ainsi Hérode, le cruel. Admirons la foi de Joseph. Il a sauvé le Sauveur. Quel parfait protecteur, n’est-ce-pas ? Et l'Afrique a accueilli les membres de la Sainte Famille en réfugiés politiques. Les autres continents existaient ; mais Dieu a préféré, pour son divin Fils, la Terre la plus hospitalière. Par ce séjour insolite, la Sainte Famille a béni pour toujours le Continent africain qui ressemble, dans sa forme, à un cœur pauvre et riche à la fois.

 

    Joseph, à son retour sur la Terre Promise, ira habiter à Nazareth. De Nazareth, que peut-il sortir de bon? C'est là pourtant où Joseph a enseigné à Jésus le métier de charpentier et surtout la conscience professionnelle. L'importance d'un travail ne se mesure pas à l'argent qu'on en tire mais à la densité d'amour qu'on y met pour le bien commun. Joseph, quel serviteur humble, quel époux tendre, quel père protecteur toujours disponible ! Chantons sa grandeur. Imitons sa soumission au choix de Dieu.

 

    Après Jésus et sa Mère Marie, c'est Joseph qui, sur cette terre, a reçu la mission la plus délicate pour le salut de nos âmes. Dieu a une gratitude inépuisable envers lui. C'est pourquoi, il exauce volontiers les demandes qu'on lui adresse par l'intercession de saint Joseph. Profitons-en !

    Et comme le thème pastoral de cette année est l'autofinancement pour la mission d'évangélisation, n'oublions pas que Joseph porte un beau surnom : l'Econome du Bon Dieu. N'hésitons pas à lui demander les moyens dont nous avons besoin pour que l'évangile pénètre dans les cœurs, dans les villes, dans les hameaux. Prions aussi pour qu'il nous aide à trouver un toit, du pain, du boulot à ceux qui n'en ont pas. Qu’il nous aide à travailler pour Dieu avec esprit de détachement, enthousiasme et passion, sans jamais reculer devant les calomnies et les ingratitudes des hommes. N’oublions pas les couples et familles en "berne". Confions-lui tous les chantiers en souffrance. Il est invoqué comme la terreur des démons et le saint patron de l'Eglise. Que les Eglises domestiques et les CEVB prient Joseph pour avoir plus de punch dans la foi, l’espérance et l’amour.

+Pascal N’KOUE.                                     

Omnium Servus

 

 

Nouvelles de Famille

 

- Mars 2019 : mois extraordinaire de St Joseph, modèle des époux et des pères de famille. Réveil des CEVB. Veuillez travailler notre lettre ouverte aux papas catholiques.

 

- Revenir au Seigneur, c’est le but du carême. Que le décret des indulgences partielles nous y stimule en ce 75ème anniversaire de notre évangélisation. Allons au désert pour nous désintoxiquer. 

 

- Le mois dernier nous avons eu la joie de la visite d'une petite délégation de La Baule conduite par le P. Ursule AGBANGLA, prêtre fidei donum à Nantes. Merci à tous ceux qui ont accompagné le P. Christian WOROU revenu d’Avignon pour les funérailles de sa mère

 

- Prions pour le repos de l'âme du Père Patrice GBEGNITO qui nous a quittés de façon tragique le mois dernier. Que chaque prêtre célèbre une messe pour lui.

 

- Merci au Père Bernard MINVIELLE venu le mois dernier de Venasque (Institut N. D. de Vie) pour prêcher la retraite aux séminaristes de Providentia Dei, au Monastère du Kokoubou.

 

- Nous avons eu l'immense joie de revoir Mr Alpidio BALBO, Fondateur du Groupe Missionnaire de Merano, à l’occasion du 48ème anniversaire de la fondation. Un immense merci au G.M.M.

 

- Le mardi gras (5 mars) : tous les prêtres et consacré(e)s qui le peuvent sont invités à se retrouver vers 13h au restaurant de la Maison Diocésaine Saintes Marthe et Marie. C’est une première, ne ratez pas ce rendez-vous.

 

Quelques Dates

 

1-3 mars       : A Accra pour la prise de possession canonique de Mgr John B. KWOFIE.

 

1-2 mars       : Pèlerinage diocésain de l'Enfance missionnaire à Notre Dame de Komiguea.

 

4 mars         : Au sanctuaire marial de Dassa : messe d'au revoir de Mgr Jean-Benoît GNAMBODE.

 

5 mars          : Conseil Presbytéral à l'archevêché, à 9h 30.

 

6 mars          : Mercredi des cendres. Récollection au Séminaire N. D. de Fatima.

 

8-10 mars     : Rencontre nationale annuelle des Femmes Catholiques à Djougou.

 

10 mars        : 1er Dimanche de carême. Quête impérée pour l'UCAO. Messe à Bétérou.

 

12 mars         : Journée de formation continue pour le presbyterium  au Centre pastoral. Que les

 

                      prêtres viennent avec leurs vêtements liturgiques et leurs bréviaires.

 

13 mars       : Réunion du Conseil Catholique National de Santé au Centre pastoral.

 

                     Visite de l'école maternelle et primaire Frédéric Albert (Okédama).

 

17-19 mars  : Triduum sur toutes les paroisses en l’honneur de St Joseph.

 

17 mars       : Pèlerinage des marguillers au sanctuaire N.D. de Komiguea. Messe à 9h30.

 

19 mars       : Fête de saint Joseph. Au Grand Séminaire Providentia Dei.

 

                     A 19h : Messe à saint Joseph d’Alaga.

 

21 mars      : Messe dominicale à Kabo. Visite à Africae Munus de Ténonrou.

 

27 mars      : Conseil pour les Affaires économiques à 9h30 à l’Archevêché.

 

31mars        : Messe dominicale au Sanctuaire eucharistique à 9h30. Clôture du mois de St Joseph.

 



[73] La diffamation et la calomnie sont comme un acte terroriste : on jette la bombe, on détruit, et l’agresseur reste heureux et tranquille. C’est très différent de la grandeur d’âme de celui qui s’approche pour discuter face à face, avec une sincérité sereine, en pensant au bien de l’autre.

 

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin