Interview accordée à Son Excellence Mgr Pascal N’KOUE, Archevêque Métropolitain de Parakou, par la Commission Diocésaine de Parakou pour les Communications Sociales, au sujet du Centre ʺ Africæ Munus ″ de Ténonrou.

1- Nous sommes heureux de vous rejoindre, cher Père Evêque, dans ce nouveau Centre diocésain appelé Africæ Munus. Veuillez nous expliquer ce que représente ce centre ?

            Merci de vous intéresser au Centre Africæ Munus, situé dans la paroisse de Kabo. Africae Munus, c’est d’abord le titre du document que le Pape Benoît XVI est venu signer à Cotonou, dans la basilique de Ouidah le 19 novembre 2011. C’est une exhortation apostolique post-synodale qui concerne toute l’Afrique sur la justice, la réconciliation et la paix. Africæ Munus signifie littéralement «l’engagement de l’Afrique » pour son relèvement  mais nous, nous  traduisons « Afrique, lève-toi » ; c’est un riche document. Que représente pour moi Africæ Munus de Ténonrou? C’est un Centre diocésain pour le développement intégral de l’homme, dans une vision africaine, dans la valorisation des cultures et des réalités africaines. Ce projet est porté par notre Caritas diocésaine. C’est un rêve collectif. Un rêve promoteur. Une étude sérieuse a été faite sur la situation socio-économique, socio-éducative, sanitaire et environnementale de notre diocèse. Les besoins vitaux ont été identifiés et ciblés.  Nous avons l’ambition d’influencer positivement les générations à venir. Je vous remercie d’avoir fait plus de soixante kilomètres, sur une piste difficile, pour venir jusque dans cette ferme, j’allais dire perdue. Nous sommes, à vol d’oiseau, à cinq kilomètres du Nigéria. Merci à vous d’être là. A vrai dire Africae Munus c’est un projet d’évangélisation, même si pour l’instant, on est surtout préoccupé par le reboisement ou la reforestation.

 

2- Effectivement nous vous avons trouvé en pleine activité de plantation d’arbres. Pourquoi vous commencez par les arbres ?

            Nous avons plutôt commencé par l’eau potable. On dit souvent que l’eau c’est la vie, c’est vrai. Mais on devrait ajouter qu’après l’eau c’est l’arbre, la végétation. Ce qui caractérise le désert c’est le manque d’eau et d’arbres. Vous connaissez certainement ce proverbe « celui qui a planté un arbre avant de mourir n’a pas vécu inutilement ». Ici, nous sommes dans un domaine de près de six cents (600) hectares déboisés. Les propriétaires terriens ont généreusement et solennellement donné cette superficie de terre à l’Eglise. Ce don gratuit est un symbole ; c’est un signe fort, un appel pour que les chrétiens catholiques, concentrés en ville, déploient leurs voiles vers les périphéries. Nous devons être une Eglise en sortie missionnaire. Les peuples autochtones, petits agriculteurs et éleveurs du septentrion, ont besoin du soutien de l’Eglise. Sur les six cents hectares, on n’a pas trouvé un petit marigot, encore moins un puits fait de mains d’hommes. C’est là où j’ai compris que ce don généreux est en fait un cri d’alarme. L’eau c’est la vie ; ces gens veulent vivre. Ténonorou en bariba signifie là où la terre est finie, épuisée. Ils ont fait appel à l’Eglise, alors qu’ils auraient pu s’adresser à une puissante ONG, ou à des hommes politiques qui savent faire de belles promesses lors des campagnes électorales,  ou encore à un richissime homme d’affaires capable de payer le domaine en argent comptant.  Les donateurs ont préféré appeler l’Eglise catholique qui a une doctrine sociale cohérente, puisqu’elle   met l’homme et surtout le pauvre au centre de ses préoccupations. Par où fallait-il donc commencer urgemment ? Donner de l’eau potable à ces populations coupées de tout et donc oubliées par les messieurs de la ville. Avec l’aide généreuse  de l’Association des Familles Rurales de Vittorio Veneto et du Groupe Missionnaire de Merano, on a multiplié les puits  et forages d’abord dans les hameaux et villages habités, donc hors du domaine des 600 ha. En un second temps, on a fait une retenue d’eau (barrage) et quelques forages dans le domaine où nous sommes et qu’on appelle Africae Munus. Cela fait seulement trois ans que nous sommes là, et déjà il y a du monde, il y a  plein de gens à l’intérieur du domaine et dans les environs. Il suffit de jeter un coup d’œil tout autour. Il y a cinq ans,  personne n’habitait ici, pas un seul individu… Dieu merci les gens viennent et s’installent. Les relations sont très bonnes avec les divers co-habitants. On commence à enseigner à lire et à écrire aux nombreux enfants des alentours. On leur apprend à connaître et aimer le Dieu de Jésus Christ, à faire du bien à l’autre. On ne chasse personne, on ne chassera personne. Dans le plan de masse, plusieurs hectares sont même réservés aux gens sans terre.  C’est cela la doctrine sociale de l’Eglise. On n’a exproprié personne. Notre Dieu est Sauveur et non prédateur. Maintenant que les populations ont de l’eau, on a la prétention de faire reverdir le ″désertʺ avec toutes sortes d’arbres. Je pense prioritairement aux arbres d’ici, et plus tard on plantera quelques arbres bibliques comme l’olivier,  le figuier, la vigne, le  sycomore. Vous le savez, toutes les crises écologiques ont pour cause l’homme. Je respecte la technologie lorsqu’elle respecte l’environnement. Sinon, il faut la combattre. Et on  ne doit exclure personne de la communion universelle si on veut que les solutions aux changements climatiques soient durables. Voilà pourquoi je veux que mon clergé s’implique dans cette lutte. C’est ″mon Etat-majorʺ d’armée. Je me réjouis de voir que les séminaristes entrent de plus en plus dans ma logique.   

 

3- Permettez-nous maintenant d’être un peu plus curieux : quels sont les espèces d’arbres que vous êtes en train de planter. Et pourquoi ?

            Il me faut vous dire qu’avant de planter quoi que ce soit,  nous avons réalisé en matériaux définitifs une clôture de 60 ha à cause des bêtes en divagation et des feux de brousse incontrôlables. Deux prêtres y vivent : le Curé de la paroisse et le Directeur de la ferme Africae Munus. ʺLe Christ les envoya deux par deux″, nous dit l’Evangile. Ils ont la mission d’aider les populations à valoriser, entre autres,  les arbres du milieu : karité, néré, baobab. Pourquoi ? Ces arbres sont multifonctionnels ; ils ont beaucoup de vertus et résolvent beaucoup de problèmes. Ce sont des pharmacies bio. Nous plantons aussi des neems, des acacias, du teck, du mélina pour le bois de cuisine et pour les meubles, ainsi que du bois d’ébène, de l’iroko, du caïlcédrat etc. Pour l’alimentation on a mis du vernonia, du basilic africain (tchayo), du moringa etc.  Pour les plantes fourragères  on a mis en terre du leucaena, de l’afzélia, des campêchers.  Pour les fruitiers on a préféré les papayers, les manguiers, le jacquier, le bananier, le corrossolier,  l’arbre à pain etc. On a essayé aussi quelques plants de palmiers à huile. Les Agents du Service des Eaux et Forêts nous ont beaucoup aidés. Tout cela pour dire que le prêtre de demain doit s’intéresser au reboisement,  à l’agro-reforestation. Il doit essayer de dominer la terre sans l’abimer, c’est-à-dire connaître les vertus des plantes, des feuilles, des écorces, des racines…pour l’alimentation et la santé de ses communautés.  Il doit savoir labourer, semer, tailler, arroser, récolter, cuisiner etc. Ce sont des actes humains importants. Ce prêtre ne s’intéressera plus seulement à ″la pastorale de l’entretienʺ mais pourra, comme Jésus, aller vers tous les aréopages, utiliser des images du champ dans sa prédication etc. En connaisseur, il transmettra certaines techniques culturales qui respectent l’environnement… Après la phase de reboisement, on pensera à l’élevage du petit et du gros bétail pour la viande mais aussi pour la fumure organique. C’est pour limiter les dégâts des engrais chimiques.  Puis on passera à la culture attelée aux bœufs, et enfin à la transformation des produits locaux. Comme vous le devinez,  Africae Munus est un vaste chantier que notre Caritas diocésaine est en train de monter petit à petit. Nous ferons venir aussi  des Consacré(e)s pour la formation des garçons et des filles. Tout est en bonne voie. Mais je ne peux pas tout vous dévoiler aujourd’hui. Dans 10 ans, si tout évolue normalement, on devrait avoir une mentalité différente ici, une localité attrayante.

 

 4- Dites-nous franchement est-ce que vos séminaristes vous suivent à cœur-joie dans cette vision ?

            Excellente question. Ils sont là, posez-leur directement la question.  Les voyez-vous tristes ? Ils sont plutôt  souriants et réceptifs. Plusieurs m’ont avoué que les premiers mois de formation  au Grand Séminaire c’est très dur. Ce franc-parler me plait. Evidemment nous ne sommes pas habitués à allier la formation intellectuelle à la formation manuelle…Mais petit à petit, ils prennent goût à cette formation qui repose sur trois piliers : la tête, les mains et le cœur. C’est une formation complète. Tenez, ces jours-ci, les séminaristes qui sont ici m’ont révélé fièrement qu’ils ont fabriqué et posé des ruches d’abeilles dans ce Centre. C’est le mérite de notre séminaire  Providentia Dei. Ils savent travailler avec le tracteur. Ils ont réglé les problèmes de plomberie et d’énergie solaire que nous avons rencontrés en arrivant ici. Quant aux questions de jardinage et d’élevage de volaille, de porcins etc., n’en parlons pas. Je profite de votre antenne pour féliciter encore le Recteur et les formateurs de Providentia Dei qui travaillent de leurs mains avec eux, qui vont au champ avec eux. Providentia Dei  a été ouvert, ça fait seulement quatre ans,  mais ce que ces jeunes séminaristes nés et grandis en ville savent déjà faire c’est beaucoup, c’est immense. Je suis émerveillé. Ils n’ont plus peur de la brousse ni des gens qui vivent dans les villages. Posez-leur vous-même la question de  savoir s’ils sont heureux de leur formation. Une autre formation en Afrique est possible. Ou pour être modeste, un autre modèle de formation dans les séminaires est possible. Un autre regard sur le futur prêtre africain est possible.

 

5- Evidemment quand les formateurs ou les responsables sont des exemples vivants et concrets, les disciples imitent plus facilement. On voit que vous aimez beaucoup  les séminaristes. Mais que faites-vous pour les jeunes ? Ce sera la dernière question.

            Mon mot de fin sera de vous remercier une fois de plus et de profiter de votre antenne pour dire à ceux qui vous liront que bientôt, je publierai une lettre ouverte aux jeunes. Elle est prête. C’est un opuscule dont le titre est « Trousseau de clés pour réussir » parce que je trouve beaucoup de jeunes désabusés, en l’air, sans repères, ne sachant quoi faire, se disant nous sommes très nombreux dans les écoles, les collègues, à l’université ; mais que ferons-nous demain ? Pour l’instant, se disent-ils, nous étudions  mais après, on sera des chômeurs. Ils se désignent déjà par l’expression ʺchômeurs potentiels″. Tout simplement parce qu’ils ne se fouettent pas les méninges, ils ne cherchent pas à sortir des sentiers battus, ou bien parce qu’ils n’ont pas de leaders qui les poussent à ceci, qui les poussent à cela. Soyons sincères. Le problème des jeunes est complexe. Il est lié à la famille, aux responsables politiques, aux enseignants, aux éducateurs et formateurs, aux religieux que nous sommes. Eux-mêmes, très souvent, ne savent pas se décider. D’où le besoin d’avoir un trousseau de clés pour chercher et trouver des solutions ad hoc. Les médias sans censure n’aident pas à la formation de la volonté. Or sans volonté on ne peut ni aimer longtemps,  ni se battre avec détermination pour une cause juste et noble. Car ce qui fait l’homme c’est sa volonté. Par ailleurs, est-ce qu’il y a jamais eu un Ministère  qui prend en compte globalement les nombreux problèmes des jeunes ? Les diplômes délivrés par l’Etat sont-ils vraiment utiles ? Nous applaudissons gaîment pour  les villes-lumières asphaltées. C’est beau à regarder.  Je n’ai rien contre. Cependant, si nos villes ne sont pas bien alimentées, bien nourries par les villages sans lumière, tôt ou tard elles vont se vider et se tourner non pas vers les campagnes mais vers l’Europe. C’est déjà le drame actuel. Une des causes ? Les agriculteurs des produits vivriers ne me semblent pas encouragés ni primés. Une des solutions aux problèmes des jeunes c’est Africae Munus. Arrêtons de marcher la tête en bas et les pieds en l’air : c’est bon pour les acrobates qui se donnent en spectacle, mais c’est mauvais  pour nous. En octobre prochain, le Pape François convoquera un synode à Rome pour traiter des questions des jeunes et leur vocation. L’Eglise devrait s’intéresser davantage aux jeunes. Je les invites à faire un tour ici pour voir ce qui se passe à Africæ Munus de Ténonrou,  ou bien qu’ils se rendent au Séminaire Providentia Dei de Gaah-Baka où un nouveau style de prêtres est en gestation. Si Dieu les appelle, qu’ils répondent aussitôt ″me voiciʺ.

            Enfin je compte sur les jeunes pour un nouvel élan missionnaire plus tonique. Voici ma prière : que la Vierge Marie, Mère de Dieu, Mère du Prêtre par excellence, Jésus-Christ, l’unique Sauveur du monde, que cette maman du ciel et de la terre, intercède pour nous, pour la transformation de nos cœurs et le relèvement de l’Afrique. Africae Munus ! Afrique, lève-toi !

            Propos recueillis par Jules Assogba, Commission Diocésaine pour les Communication Sociales. Ténonrou le 20 juillet 2018.

 

                                                                                                                             

+Pascal N’KOUE.                                                                                                                                                

 Omnium Servus

                                                                                  

Nouvelles de famille

- Un merci immense au Cardinal R. SARAH qui a passé quelques jours à Parakou fin août par amitié. Son dernier livre ″La force du silenceʺ est à la librairie St Paul. Je vous le recommande vivement.

- Bon retour des vacances. Reprenons notre apostolat avec joie et sérénité.

- Bienvenue aux nouveaux agents pastoraux. Ils découvriront une famille diocésaine enthousiaste dans laquelle ils se verront vite intégrés.

- Je viens de publier une lettre ouverte aux jeunes catholiques au titre : ʺTrousseau de clés pour réussir″. Vous la trouverez à la librairie St Paul et à l’Economat de l’évêché. Pour toute difficulté, veuillez entrer en contact avec l’abbé Augustin TOSSOU, secrétaire particulier de l’Evêque.

- Que les nouveaux secteurs paroissiaux envoient à la Curie diocésaine le nom de leur responsable, au plus tard le 15 septembre.

- Nous remercions Mgr Antoine SABI-BIO pour sa visite fraternelle  le mois dernier.

- Tous les séminaristes de Providentia Dei, en fin de stage canonique, passeront un an au Nigeria ou au Ghana pour bien apprendre l’anglais avant de commencer le théologat. Nous remercions les évêques amis qui les accueilleront en octobre.

- Prions pour le repos de l’âme de Mr Théophile, père de l’abbé Cyrille AGANI, décédé en août dernier.

- Nous félicitons nos établissements catholiques pour les brillants résultats au Certificat, au BEPC et au BAC. Avec les parents et au nom de tout le diocèse, nous leur renouvelons  nos encouragements et notre confiance.

Quelques dates

1er sept      : Célébration des vœux simples à Alafiarou pour les Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus.

2 sept       : A Marie Auxiliatrice, célébration des vœux perpétuels pour les Filles de la Charité du Sacré-Cœur   

                   de Jésus.

10-25 sept : En Italie pour diverses rencontres.

26 sept      : Retour à Cotonou.

28 sept      : Conseil Permanent de la Conférence Episcopale du Bénin à Cotonou.

29 sept      : Retour à Parakou.

30 sept      : Messe dominicale à Kabo. Visite au Centre diocésain  Africae Munus (Ténonrou).

1er oct       : Au Grand Séminaire Providentia Dei. Rencontre avec les prêtres formateurs résidents.

6-7 oct      : Visite de S.E. Mgr Barthélemy ADOUKONOU au Grand Séminaire diocésain Providentia Dei

15 oct       : Bénédiction de la chapelle de  l’hôpital ophtalmologique de Tinré.

16 oct       : Conseil presbytéral à l’Archevêché à 9h 30.

                   A 16h Presbyterium au Centre Pastoral.

17 oct      : Assemblée Générale  des agents pastoraux au Centre Pastoral. Ouverture de l’année pastorale sur                                                                              

                  l’autofinancement de notre mission d’évangélisation à 9h. Que les prêtres viennent avec leurs

                  vêtements liturgiques et bréviaires.                 

18 oct      : A Providentia Dei.

21 oct      : Dimanche mondiale des missions. Quête impérée pour les O.P.M. Soyons généreux.

21-24 oct : Assemblée Générale  de la Conférence Episcopale du Bénin à Bohicon.

28 oct      : Messe dominicale à Kabo à 9h. Visite à Africae Munus.

29-31 oct : Semaine africaine pour la Famille et la Vie au Centre UNIV. (Pour plus d’information, contacter

 Mr Clément YARGO au numéro (+229) 96 37 41 70 ou (+229) 95 21 93 04).                                                                                                                                                                                          

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
4
5
8
9
10
12
13
16
17
19
22
23
24
26
28
29
30

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin