1- Je vous remercie
    Je vous remercie pour ce que vous êtes et ce que vous faites pour le Seigneur et son peuple. Je remercie chaque Institut et chaque personne consacrée, chacune dans son propre charisme. J’inclus les moniales, les moines, les postulants et novices. Comment ferait le diocèse de Parakou et même l’Eglise universelle s’il n’y avait pas des personnes consacrées ?
    Beaucoup de consacrés vivent loin de chez eux ; ils sont comme des graines semées dans un champ. Comme Abraham, vous avez quitté vos terres, vos pays, vos parents. Certains meurent en terre de mission et sont enterrées là. Ces graines jetées en terre et qui meurent portent beaucoup de fruits. N’en doutons nullement. Je vous remercie beaucoup d’avoir choisi une paroisse loin du Centre-ville. Vive l’Eglise de Parakou en sortie missionnaire. Vive les consacrés en sortie missionnaire.
    Nous nous rappelons qu’en 2015 (du 30 Novembre au 2 Février 2016) ce fut l’année de la vie consacrée, lancée par le Pape François. Le slogan était : ʺConsacrés, réveillez le mondeʺ.
    Merci de nous avoir réveillés, mais beaucoup sont encore couchés, d’autres somnolent, d’autres encore sont debout mais ne bougent pas, d’autres bougent mais n’avancent pas beaucoup… Enfin certains avancent allègrement et suivent le Maître de plus prêt.
    Avec vous je me réjouis de ce grand charisme de l’Esprit Saint qu’est la vie consacrée. Vous êtes des héritiers de grands saints comme Saint Augustin, Saint Benoît, Saint François de Sales, saint Dominique de Gouzman, Saint Ignace etc. Les Eglises locales sont le fruit de l’apostolat de vos familles religieuses respectives. Si vous n’existiez pas, il faudrait vous inventer.


2- Réveillez en vous le don de prophétie
    Pour réveiller le monde, il faut d’abord réveiller en vous le don de la prophétie. Comment croire en Jésus s’il n’y a personne pour l’annoncer ?
    Le diocèse de Parakou vous apprécie. Les signes visibles de votre présence effective et efficace sont nombreux. Dans l’enseignement primaire et secondaire, à l’aumônerie de l’université, dans les œuvres de miséricorde comme les Centres de Santé et les internats, dans les mass-médias, dans l’apostolat des périphéries qu’on appelle encore pastorale rurale, dans la promotion des vocations etc. Vous êtes engagés dans tous les espaces de la vie paroissiale : mouvements d’apostolat, groupes liturgiques, groupes de prière, communauté ecclésiales de base etc.  Soyez-en vivement remerciés.
    Sincèrement, je me réjouis comme Pasteur de ce diocèse de constater que le nombre de ceux qui veulent moissonner dans le champ du Seigneur sont de plus en plus nombreux : filles et garçons. Bénissons le Seigneur !
Pour le monde profane, les consacrés sont ceux qui ne sont pas mariés et qui vivent sans liens conjugaux. Ce n’est pas faux. Mais je préfère la définition du Pape François : "Les religieux, hommes et femmes, sont des consacrés au service du Seigneur, dans l’Eglise. Ils vivent dans la pauvreté, avec un amour chaste qui les conduit à une paternité et une maternité universelle. Ils vivent dans l’obéissance qui n’a rien de militaire, car ici il s’agit d’une soumission du cœur c’est-à-dire quand la chose n’est pas claire, on dialogue. Mais après le dialogue, il faut obéir".
En cette année pastorale de la mission, l’Evangile de ce dimanche ordinaire insiste sur la parole efficace de Dieu. Il n’y a pas de hasard là où Dieu opère. L’Esprit de Dieu veut que vous exerciez le don de la prophétie comme il se doit.


3- Soyez comme des pyromanes
Chers consacrés, prenons les textes d’aujourd’hui dans l’ordre des lectures. Le livre de Job est d’une richesse incroyable. A l’exemple de Job, restez fidèles à Dieu, même dans les pires difficultés. Dites Dieu, proclamez Dieu dans votre vie, même si vous êtes rejetés, incompris et mis à l’écart.
En effet, la vie consacrée repose sur le premier des sept (07) sacrements c’est-à-dire le baptême, qui est la porte de tous les autres sacrements. La consécration à Dieu est commune à tous les baptisés. Mais vous êtes la garde rapprochée du Christ. Vous suivez le Christ de plus près. Ce n’est pas donné à tout le monde. Vous devez être des baptisés de qualité supérieure. Votre appartenance à l’Eglise doit être claire et solide. On ne devient pas disciple du Christ pour être un feu éteint mais pour être lumière du monde. Ne vous cachez donc pas. Portez vos robes, vos voiles, vos habits de personnes consacrées. Soyez lumière dans ce diocèse. Je dirais même plus, soyez comme des pyromanes qui mettent partout le feu de l’amour de Jésus-Christ, cet amour est humble et doux. Il rappelle ce cri poignant de Yahvé : "Soyez saints comme moi Yahvé je suis saint".
Oui la mission d’évangéliser partout est tellement inscrite dans vos chromosomes qu’on vous compare à ceux qui ne s’installent pas quelque part. Bougez donc et faites-nous bouger. Dénoncer l’injustice, la haine, l’égoïsme, la corruption, bref tout ce qui opprime l’homme sans perdre votre enthousiasme et votre force missionnaire. C’est tellement vrai ce que je dis que le ciel nous a donné comme sainte patronne des missions une moniale, une cloîtrée, une contemplative. J’ai nommé sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face. Par sa prière et ses sacrifices, elle soutenait les missionnaires. Comme Moïse sur la montagne, elle aidait Josué dans la vallée. Moïse, le priant ; Josué le combattant. Et quand les bras de Moïse baissaient, les ennemis du peuple Hébreux étaient les plus forts. Mais quand Moïse relevaient ses bras vers le ciel les Amalécites, terribles ennemis des Hébreux, reculaient. Vous avez tout saisi n’est-ce pas ?


4- Priez donc….
Moins on prie, plus on s’expose à l’ennemi ; moins on prie, plus on s’agite dans tous les sens. Moins on prie, plus on se refroidit et on n’a plus le souci des choses de Dieu. On somnole et on s’endort. On se plaint quelque fois de ne pas avoir beaucoup de vocations. Le secret pour avoir des vocations c’est la prière. "Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson"… priez donc, c’est-à-dire priez avec foi. Il s’agit de cette foi grosse comme un grain de quinquélibat mais qui déplace les montagnes. Priez avec foi signifie soignez votre prière intérieure et communautaire. Priez avec foi signifie priez dans le silence du cœur en faisant attention à ce qu’on dit au Seigneur et non réciter des formules de façon distraite. Le moment de la prière doit être non négociable. Le portable doit s’arrêter ainsi que toute activité qui a trait aux plaisirs et à l’argent. Le Pape François qui est religieux lui-même a observé ceci : "lorsqu’une congrégation religieuse voit fondre ses effectifs et ses candidats, elle est souvent tentée de se cramponner à l’argent, à l’argent qui est la fiente du Diable". (La fiente c’est la vidange). Et le Pape continue sur un ton paternel : "quand manque la grâce d’avoir des vocations, n’allons pas penser que l’argent va sauver la situation". On ne peut pas servir deux maîtres à la fois. Soyons clairs là-dessus.
Revenez donc à l’oraison, aux offices bien chantés sans tapage, à la charité sincère que j’appelle la foi active, et on s’étonnera des résultats. Car là où la foi est vivante, les relations dans les communautés redeviennent fraternelles et les solidarités sont rassurantes et spontanées. Le Seigneur lui-même conduira généreusement les vocations authentiques vers les Instituts. Ne nous laissons pas distraire par Satan ou par ceux qui nous flattent. Jésus était très vigilant. Dans l’Evangile d’aujourd’hui, on lit ceci. "Bien avant l’aube, Jésus se leva. Il sortit et alla dans un endroit désert, et là il priait". La veille, il avait guérit beaucoup de malades. Tôt le lendemain, il se cache pour prier. Et les apôtres le cherchent. Quand ils l’ont trouvé, ils lui disent : "tout le monde te cherche" pour que tu fasses encore des miracles, pour que ta popularité grandisse. C’est très flatteur. Mais Jésus leur répond : "partons ailleurs, dans les villages voisins afin que là aussi je proclame la Bonne Nouvelle …" Il parcourait toute la Galilée etc. Plus on prie, plus on est fort pour évangéliser. Moins on prie, moins on évangélise. "Si Jésus est allé si loin dans l’évangélisation c’est parce qu’il est allé loin dans la prière". C’est l’arme la plus efficace contre les forces du mal. C’est-à-dire que plus on est disponible pour l’œuvre du Père, plus il agit en nous, par nous, avec nous et pour nous.
Par contre les Instituts dans lesquelles la prière, la foi et la charité sont en berne, on y fait un recrutement vocationnel de remplissage. Le Pape François compare ce genre de recrutement hâtif à de l’insémination artificielle. Et quelques années après les scandales éclatent. Il faut faire un recrutement sérieux. Il faut prendre le temps de discerner car beaucoup peuvent être tentés d’entrer dans les congrégations sans être appelés par le Seigneur. Je vous souhaite une profonde capacité de discernement. Demandez souvent cette grâce au Seigneur.


5- Ciblez les jeunes
 Redressez-vous ! Je vous le répète : exercez le don de prophétie qui est en vous. Le prophète comme le missionnaire c’est le saint. Comment ? Par votre proximité auprès des  chrétiens et des non chrétiens. Approchez-vous d’eux pour leur communiquer votre joie, comprendre leur vie, écouter leur soif, sentir et compatir à leurs souffrances. C’est l’année du synode des jeunes qui aura lieu en octobre prochain à Rome et dont le thème est : "jeunes, la foi et le discernement vocationnel"! Que votre qualité spirituelle soit visible pour eux. Considérez-les comme des sujets et non comme des objets.
N’ayez donc pas peur de vous approcher des jeunes. Accordez-leur une grande attention, surtout aux marginalisés des périphéries. Dieu veut passer par vous pour frapper à la porte de leur cœur. Vous êtes un don précieux pour eux et pour l’humanité. Ne vivez pas pour vous-mêmes. L’égocentrisme c’est le pire des cancers pour un consacré. Enseignez aux jeunes à faire du service gratuit. Accueillez leurs idées même quand elles apparaissent provocatrices et dénudées de sens. Ecoutons saint Paul dans 1 Co 9, 22. "J’ai partagé la faiblesse des plus faibles pour gagner aussi les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns…" Accompagner les jeunes demande qu’on sorte des schémas pré-établis, en s’adaptant à leur temps, à leurs goûts, à leurs rythmes. Sortez donc des sentiers battus, sortez de certaines rigidités, sortez de la pensée négative sur les jeunes. Demandez à Jésus son regard d’ami.
Que personne ne vous sente éloignés, indifférents, distants, enfermés, aigris, tristes et aboyant sur tout ce qui bouge comme des chiens enragés. Vivez plutôt les valeurs humaines et évangéliques partout où vous êtes.
Donnez la parole aux jeunes. Dites-leur qu’ils sont une force et une chance pour l’Eglise. Qu’ils mettent leur vie au service de l’Eglise. Et vous-mêmes, apprenez d’eux à rester jeunes au milieu d’eux.
Vous avez reçu gratuitement l’amour de Dieu, redonnez-le gratuitement. Un immense merci pour l’éducation scolaire que vous voulez reprendre. Mais dans notre diocèse, on a peu d’internats. Ouvrez des foyers pour les jeunes qui sont pauvres. Jésus n’a pas vécu pour lui-même mais pour le Père et pour l’humanité.  Imitons-le. Saint Paul s’appelait "doulos", esclave. Comme Saint Paul, soyez fiers de travailler pour Dieu, pour le salut des âmes. C’est la plus belle vocation au monde : être sur terre comme si on était déjà dans le paradis parce que, pour vous, "Dieu seul suffit". C’est bien ce qu’écrit sainte Thérèse d’Avila : "Que rien ne te trouble, que rien ne t’épouvante. Tout passe, Dieu ne change pas. La patience triomphe de tout. Celui qui possède Dieu ne manque de rien. Dieu seul suffit ! "
    Que la Vierge Marie, l’humble servante du Seigneur, Mère de Dieu et notre mère, Reine du Ciel et de la Terre, Notre Dame de Komiguéa, intercède pour nous, maintenant et pour les siècles des siècles.    Amen
    Bétérou, le 4 février 2018, en la fête de la Vie Consacrée.

+Pascal N’KOUE
Archevêque de Parakou


Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin