Du 03 au 17 décembre 2017, le Bénin a accueilli la visite missionnaire du professeur Henri Joyeux et son épouse Christine. Qui sont-ils ? Le professeur Henri Joyeux  de renommée internationale est professeur émérite de la faculté de médecine de l’Université de Montpellier en France. Il est cancérologue (prix international de cancérologie), il est chirurgien et nutritionniste, conférencier et écrivain. Il anime des conférences avec son épouse nutritionniste à travers le monde sur la santé, la nutrition, l’amour, la sexualité, le dialogue entre parents-enfants, le tout contenu dans le concept qu’il dénomme  S.A.S. (Santé – Amour – Sexualité). Son épouse Christine est diplômée du droit international européen. Elle anime le côté pratique de la nutrition. Elle a publié aussi des livres sur la nutrition. Le Dr Henri et Christine sont mariés depuis 43 ans, ils sont parents de 6 enfants et grands parents de 16 petits enfants. Une de leur identité est qu’ils sont croyants chrétiens catholiques fervents. Henri est souvent consulté par le Vatican en sa qualité de scientifique dans les procédures de reconnaissance d’un miracle de guérison par l’Eglise. Après le séjour au Bénin voici quelques extraits de la lettre du Pr JOYEUX riche, intéressante et tonique.


LETTRE DU BENIN
    "Le Bénin a tout ce qu’il faut pour la santé de ses 10 millions d’habitants, un pays plus riche que la Suisse dans son potentiel, avec exactement la même population. Malheureusement nous avons bien vu comment nos pays qui se croient hyper-développés,  l’inondent de produits industriels qui sont à l’origine, chez nous, de tant de maladies par déficiences immunitaires. Nos modes de vie en Europe doivent être revus pour réduire les pathologies les plus fréquentes en Mangeant Mieux et Meilleur : diabète, hypertension, surpoids et maladies auto-immunes, cancers.. qui arrivent dans ce magnifique pays de l’Afrique de l’Ouest qui a tout pour être heureux et pour sa santé, si on analyse son magnifique potentiel. Un défi pour le Continent Africain !...
* Une ferme agro-écologique à Parakou qui développe la culture de l’artémisia, plante qui a valu le prix Nobel à une collègue chinoise Youyou Tu, professeure de Médecine chinoise traditionnelle de l’Université de Pékin.
Cette plante existe aussi en Afrique. Grâce à la lucidité et au travail de toute une équipe du Centre UNIV de Parakou autour de Clément et Gisèle Yargo. Mes amis Béninois ont compris l’intérêt de faire pousser cette plante sur leur sol, c’est l’artémisia afra. Nous l’avons consommée durant notre séjour en poudre et en tisane, assez amère, heureusement adoucie de miel.
    La ferme agro écologique médicinale de Parakou, "LA NOUVELLE  ESPERANCE", fait l’articulation écologie-agropastorale-cuisine-santé et économie humaine. Les produits cultivés à la ferme sans intrants chimiques sont cuisinés à la cantine bio du Centre UNIV pour confirmer ceci : « cultiver sain, cuisiner sain, manger sain, garantir saine santé ».   
    Il est désormais démontré : « l'efficacité de la tisane ou des comprimés (feuilles et tiges) est dans toutes les études de l'ordre de 98% de taux de guérison : 5g infusé 15mn dans un litre d'eau bouillante à boire sur la journée pendant 7 jours. L'ingrédient actif, est l'artémisinine. » Les études cliniques randomisées, présentées sur le site sont très significatives en terme d’efficacité comparative entre artémisia et traitements conventionnels.

* Des écoles partout pour petits et grands
    Les dix Evêques du Bénin sont extraordinairement efficaces parce qu’ils connaissent la population sur le bout des doigts. Ils créent des écoles pour toutes les tranches d’âge de jeunes, lesquels même tout petits font des kilomètres à pieds au bord des routes sous la chaleur pour rejoindre l’école. Ils ont soif d’apprendre. Ils mesurent la chance inestimable que leur offre les paroisses en multipliant les écoles. Le primaire coûte cher, car la famille doit trouver, (alors que le salaire minimum est à 62 € par mois), 60 € par an et par élève, pour le collège 100 € par an, et le lycée 150 € par an.
    Comme ce fut en Occident autrefois, - nous l’avons oublié -, l’Eglise en Afrique est en avance sur le politique, qui la respecte quand il observe ses réalisations. En effet elle stimule l’alphabétisation, accueille des élèves de toute confession qui connaissent par cœur les Fables de La Fontaine mieux que chez nous. Elle apprend la responsabilité aux filles (qui peuvent connaître leur corps mieux que les jeunes filles européennes) et aux garçons, trop livrés à leurs instincts, responsables de grossesses précoces et d’infections sexuellement transmissibles stérilisantes ou mortelles (Sida), comme cela se voit chez nous aujourd’hui.
    L’Eglise accueille des orphelins, les éduque, les prépare à l’autonomie pour en faire des adultes responsables en se méfiant des  ”diplômites” qui entretiennent l’orgueil et permettent rarement de trouver du travail. Elle stimule l’imagination, la créativité et les Béninois n’en manquent pas !


* Les abeilles au monastère du Kokubu de Parakou
    Elles pollinisent sans cesse des arbres généreux qui préparent pour la prochaine saison de délicieuses mangues de tous les calibres et fabriquent des miels chargés d’antioxydants, sans additifs ni colorants, avec, nous les avons visitées, 100 ruches produisant jusqu’à 850 kilos de miels, toutes fleurs ou de menthe. (www.monasteredukokobou.org).
    Voilà des moines lumineux, apiculteurs et api-thérapeutes avec en plus la propolis et les pollens. D’ici peu ils vont doubler leur cheptel d’abeilles et de reines. Ils pourront alors exporter vers nos pays, avides de bons et vrais miels, car nous ne respectons pas l’environnement en inondant nos cultures de produits toxiques qui détruisent nos abeilles.
Chers Amis Africains, ne vous laissez pas acheter ni corrompre par des multinationales européennes, américaines ou chinoises qui vous leurrent  sous des aspects généreux. C’est la nouvelle colonisation. Voici des découvertes inquiétantes pour le Bénin et son avenir.

* L’implant contraceptif et les vaccinations abusives
    La pilule ou l’implant est proposé et même parfois imposé aux jeunes filles dès le collège et aux femmes dans le milieu rural, en payant l’infirmier dans le cadre d’une action de développement. Quand la jeune femme, devant les effets secondaires, comprend la réalité contraceptive, elle demande que l’implant soit retiré, au risque de se faire renvoyer pour infertilité par les parents de son époux. Mis gratuitement, il faut payer pour le retirer. Evidemment les femmes n’ont pas d’argent. Et quand elles ne peuvent concevoir, ce qui est un drame en Afrique, on leur donne, comme nous l’avons vu, d’abord la pilule minidril pour soi-disant réguler leur cycle qui n’est qu’artificiel afin de les aider à concevoir. C’est un contre-sens de santé qui aggrave l’infertilité !
    C’est un comble à un moment où l’Europe apprend, 50 ans après la légalisation de la pilule contraceptive par un pouvoir politique incompétent, manipulé par les scientifiques et les officines occultes, que celle-ci est cancérigène, augmentant les risques de cancers du sein de 30% et de 9% dès la première année de consommation. On le savait depuis 1985 et officiellement par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) dès août 2005 ce qui a été soigneusement caché par les laboratoires et les grands responsables de la cancérologie européenne. La pilule n’est plus un bon-bon, mais un poison, les jeunes femmes le savent face à l’épidémie des cancers du sein chez des femmes de plus en plus jeunes.
    Les laboratoires fabricants sont puissants, grands sponsors des congrès médicaux et de projets de recherche visant à justifier et forcer les prescriptions les plus larges, remboursées par l’assurance maladie que nos impôts entretiennent ! Et ainsi nos contributions leur permettent de se développer en bourse ! Est-ce toujours dans l’intérêt des malades ?
    * Les abus vaccinaux sont déjà présents au Bénin et en Afrique en général, avec les vaccins contre les papilloma virus dès 9 ans pour les garçons et les filles et celui contre l’hépatite B. Pas question de donner des conseils de bon sens visant à la prévention. Cela ne rapporte rien !
    Ainsi au Bénin l’association "Amour et Vie" sous des aspects pseudoreligieux cherche à stériliser les femmes. ABMS-PHARE "Promotion de la santé–Adapter l’environnement de la santé de la reproduction".
    Ce projet cherche : « à impliquer des leaders religieux dans la promotion de la SR/PF (Santé de la Reproduction/Planification Familiale), financé par l'Ambassade du Royaume des Pays Bas à hauteur de 1.000.000 €. Il a pour but de contribuer à l’amélioration de la prévalence contraceptive au Bénin. Son objectif est d'engager et soutenir au moins 15 confessions religieuses et centres confessionnels dans la promotion de la SR/PF pour la création d’un environnement plus favorable à la PF. Le projet a pour cible les confessions/associations confessionnelles du Bénin (religions du Livre et religions traditionnelles) reconnues officiellement par l’Etat (Enregistré au Ministère ou Préfectures) et est exécuté sur toute l'étendue du territoire notamment dans toutes les communes du Bénin. »
    Il faudra nous dire ce qu’a apporté à notre humanité - individuelle ou collective - la multiplication des partenaires intimes ? En Europe nous avons laissé détruire la famille, monté les enfants contre les parents, l’homme contre la femme et la femme contre l’homme. Et nous voulons imposer notre modèle à l’humanité tout entière par le relai d’associations et de mouvements occultes qui se cachent de moins en moins en manipulant politiques et médias au nom du progrès et du développement social…"                                                                                                                                                       

   Pr Henri JOYEUX

 

QUELLES LEÇONS RETENIR ?
Quelles leçons peut-on tirer de la visite du professeur Henri Joyeux et de son épouse au Bénin ? La première leçon ou le premier point est que le petit Bénin est un pays béni, le Bon Dieu nous aime particulièrement. Cette mission importante du professeur Henri Joyeux se réalise pour la première fois en Afrique Noire au Bénin. Tout comme "Africae Munus", l’exhortation apostolique post-synodale sur l’Afrique qui a été signée au Bénin par le Pape Benoît XVI, de même, le message d’avertissement contre la nouvelle colonisation de l’Afrique part du Bénin. Le Gouvernement actuel parle souvent du Bénin révélé : oui, la vraie révélation du Bénin n’est-ce pas qu’il est un pays pionnier pour les grandes missions ? Il a été pionnier pour le multipartisme et la démocratie en Afrique après la chute du mur de Berlin en 1989. Il le sera pour la nouvelle évangélisation de l’Afrique. C’est là notre espoir. Dieu est avec nous.
La deuxième leçon : le couple JOYEUX, grands intellectuels et scientifiques de renom, n’ont pas mis de côté leur foi en Dieu. Nous avons été tous émerveillés par leur intelligence éclairée par l’évangile et la doctrine sociale de l’Eglise.
La troisième leçon : l’esprit de famille, les bons choix. Madame Christine est juriste, diplômée du droit international européen. Pourtant, elle a accepté de rester à la maison pour s’occuper du plus beau droit méconnu «  Le droit au bonheur familial ». Elle s’est occupée de leur 6 enfants qui sont aujourd’hui mariés, croyants, travailleurs et équilibrés. Quoi de plus beau pour une mère d’avoir une pareille récompense. On est tenté de comparer son oui à s’occuper de ses enfants pour le bonheur de la famille au oui de Marie pour le bonheur de l’humanité.
La quatrième leçon : le bénévolat ou le service gratuit. Pour un professeur de rang magistral, une heure de communication, c’est au moins 50.000f CFA. Avec sa femme, ils ont fait 15 jours de travail acharné gratuitement. Ils ont pris en charge leurs billets d’avion aller-retour…. Grâce à leur foi, ils se souviennent qu’ils ont reçu gratuitement et qu’ils doivent donner gratuitement. Quel bel exemple pour nous. Que de fois, ils ont dit : "En 15 jours, on a beaucoup reçu du Bénin". Que Dieu les bénisse encore et encore.
Nous félicitons aussi la presse de Parakou et de Natitingou, le Journal "La Croix du Bénin", Radio Immaculée Conception et d’autres organes de presses étatiques et privés qui ont bien fait le travail de relai gratuitement. Que Dieu les comble! Et qu’il fortifie davantage toutes les personnes qui ont accompagné et écouté  le couple JOYEUX afin que les conseils donnés soient mis en pratique. Ainsi la nouvelle année 2018 nous rendra plus heureux et donc plus joyeux, au moins autant que le couple JOYEUX.

   
Père Edgard VIGAN et Mr Clément YARGO
 (Responsables de la Commission diocésaine de la Famille)

 

 


Nouvelles de famille


- Bénissons le Seigneur pour l’année 2017 qui vient de s’achever. Dieu s’est montré puissant protecteur pour notre famille diocésaine. Un immense merci à tous les bienfaiteurs, à tous les agents pastoraux, à tous les fidèles : soyons des missionnaires radieux et rayonnants de bonheur.
- Que la nouvelle année 2018 soit un vrai nouveau départ, un Big Bang d’amour et de solidarité gratuite. Dieu est avec nous. Laissons-nous conduire par son Esprit d’amour et de feu. Que la paix règne dans les cœurs, les foyers, les communautés, notre pays et dans le monde entier !
- Mr GOUGLA Pierre Paul est nommé Responsable Commercial à l’Imprimerie Diocésaine Sainte Anne. Adressez-lui vos désidérata et vos commandes. Vous ne serez pas déçus. Il est en même temps Chargé du Personnel. Cette nomination prend effet le 8 janvier 2018.
- Nous rappelons aux prêtres diocésains la cotisation de 6000f cfa par mois pour leur retraite.
- Bienvenue aux amis de Nantes qui arrivent ce mois : Mr Hervé BONAMY et son épouse ; la délégation de La Baule conduite par le Père Ursule AGBANGLA ; la délégation de Basse Goulêne conduite par le Père Aubin LEGBODJOU. Vive les liens du   jumelage Nantes-Parakou qui s’intensifient !
- Nos vives gratitudes au Professeur Henri JOYEUX et à son aimable épouse Christine venus le mois dernier. Ils ont visité 5 diocèses en deux semaines, rencontré plusieurs évêques et donné, dans un franc-parler étonnant, des enseignements simples, utiles et de grande valeur. Ils ont éclairé beaucoup de consciences sur divers sujets. Tous ont été émerveillés par leur foi vive et vivante.
- Le Cardinal R. SARAH est venu à Natitingou et à Parakou en octobre 2017, de Rome il nous a écrit ceci que je partage avec vous : "…Je vous confie mon souvenir et ma prière fervente pour les grands séminaristes (de Providentia Dei) que j’ai eu la joie de rencontrer. Je prie pour eux chaque jour. Que ce temps de formation les configure progressivement au Christ Grand-Prêtre... " (22 novembre 2017).   
- La famille de l’Abbé Laurent Guimon (une belle troupe de 19 personnes de Versailles) nous a visités fin décembre 2017. Famille nombreuse et unie, quel bonheur ! Ils nous ont édifiés !
- Nous disons un immense merci à Sœur Marie Alice TOURAYNE repartie définitivement en France après de longues années de mission en Afrique. Prions pour sa santé.


                           
Quelques dates


1er janv.       : Journée mondiale de la paix. Echangeons des baisers de paix. Mais réglons d’abord les problèmes                                        
                      d’injustice, de corruption et de méchanceté que Satan nous pousse à faire.


2 janv.          : Les bureaux de la Curie diocésaine sont fermés.


7 janv.          : Epiphanie. Journée mondiale de l’Enfance missionnaire. Messe au Monastère l’Etoile Notre Dame.
                       Quête impérée pour la Sainte Enfance.


10 janv.        : Fête de Notre Dame de Komiguéa. Rendez-vous de tout le diocèse au sanctuaire marial. Diaconat de
                     Jaurès ZINSOU (9h30). Une collecte spéciale sera organisée pour continuer les travaux du Sanctuaire    
                     marial. Que chacun prévoit un minimum de 500 f.


12-13 janv.     : Célébration des 30 ans de la Caritas diocésaine.


14 janv.          : Messe dominicale à Kabo. Visite à Ténorou (Africae Munus).


15- 19 janv.    : Conférence Episcopale à Cotonou.


17-20 janv.     : Session de formation des catéchistes en langues endogènes au Centre pastoral.


18-25 janv.     : Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Faisons le premier pas vers nos frères disjoints.


21 janv.          : Journée mondiale du Migrant et du Réfugié. Messe dominicale à la paroisse d’Alafiarou.


23 janv.          : Conseil presbytéral à l’Archevêché à 9h30.


27 janv.          : Ordination presbytérale de Yves AÏDOMONHAN et de Wolé Jules AKPO à Albarika, à 9h30.                  
29 janv-2 fév. : Session des prêtres de l’UCB à Djougou.

NB : 4 février 2018 : Fête de la Vie Consacrée au Grand Séminaire Providentia Dei (Gaah-Baka). Messe à 9h 30.
Du 5-12 février 2018 : Absence de l’Evêque pour Rome.


BONNE ET SAINTE ANNEE 2018                                                                          


                                    ABONNEMENT POUR UN AN
  A Parakou : 1.000 frs
≈   Au Bénin : 2.000 frs
≈    A l’extérieur : 10 euros
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. /www.diocese-parakou.org

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin