Avec le 1er dimanche de l’Avent, on sent Noël tout proche. Et pourtant nous avons encore quatre bonnes semaines devant nous. Heureusement pour nous ! Pourquoi ? Ainsi nous avons le temps de nous préparer. En effet, pour accueillir l’Emmanuel, il faut procéder à un grand ménage. Noël, c’est un cadeau tellement exceptionnel qu’il faut balayer, épousseter, laver, ranger, s’y préparer sérieusement.
    Beaucoup pensent déjà aux cadeaux à offrir ou à recevoir. Tant mieux ! Pourvu qu’ils soient emballés d’amour. En tout cas, les comptes en banque vont maigrir, sauf chez les commerçants. D’autres pensent aux repas de fêtes, aux mets délicieux, aux danses nocturnes et diurnes etc. D’autres encore aux nouveaux habits. Rien d’anormal. Mais attention, ne nous stressons pas pour rien. Pour que Noël soit joyeux il faut empêcher les cœurs de s’encombrer. Une âme bourrée d’amertume et de soucis chasse Dieu. Elle renvoie Dieu-avec-nous à la grotte, à l’étable. Noël sans Dieu est fade. Alors que faire?
    Commençons par le plus facile. Apprêtons les lieux. Balayons nos maisons. Enlevons les toiles d’araignées. Ajustons les gravures penchées. Réparons les lampes qui ne s’allument plus, les robinets en panne. Lavons le sol à grande eau. Le Messie va venir. C’est le Seigneur des seigneurs. Au besoin, une petite retouche de peinture à notre demeure, tout au moins au salon. Redonnons-lui le look qu’il faut, digne d’accueillir ce grand personnage qui ne se plaint jamais de nos indélicatesses. Mais si nous le laissons aller ailleurs, c’est nous qui perdons ses grâces célestes.
    Puis progressons. Passons à la vitesse supérieure. Après la propreté physique des lieux, les yeux des hommes ayant été satisfaits, occupons-nous des yeux de Dieu. Il voit notre âme et notre cœur. C’est ce qui l’intéresse le plus. "Habillons notre âme. Rien n’est plus vide qu’une âme encombrée" (Gustave Thibon). Rien n’est plus vide, vide au sens de moche et de misérable. L’âme encombrée de choses inutiles  souffre et fait souffrir. Il faut travailler à l’alléger. Trop de soucis matériels, trop de tam-tam, trop de divertissements, trop de mépris ou de rejet de l’autre, étouffent l’âme et l’empêchent de respirer à plein gaz. Jean-Baptiste nous dit la même chose : "Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté…". A ce point ? C’est sérieux cet avertissement. Laissons tomber nos projets et calculs trop humains pour emprunter le chemin de la propreté des cœurs.
    Joyeux Noël ! Heureuses les âmes désencombrées. Que faire pour y parvenir ? Faisons la vidange. Réparons nos relations interpersonnelles brisées ou tout simplement polluées, rouillées et foirées. Les chrétiens moroses sont comme anémiés, garés et donc stagnants : c’est un contre sens. Nettoyons, balayons de nos cœurs les soucis alimentés par des soupçons puériles, des jalousies épidermiques, des pensées méchantes, les décisions mortelles. Jamais avoir du plomb dans l’aile. Encore une fois comment y arriver ? Demandons à la sainte Vierge Marie son secret. Elle fut la première à accueillir Dieu dans son sein. Comment a-t-elle fait pour être l’humble servante du Seigneur jusqu’à être chargée, remplie, comblée de grâces c’est-à-dire pleine de Dieu ? Pour célébrer un joyeux Noël, il faut stopper nos soupçons hâtifs, nos accusations sans preuves, nos calomnies basées sur les ʺon ditʺ,  nos médisances trop païennes, provoquées par nos complexes d’infériorité ou de supériorité. Délestons-nous de tout ce qui nous rend  amers et inquiets, et nous empêche d’accueillir dans la paix du cœur l’Enfant-Dieu. Trions et jetons loin derrière nous tout ce qui est  haine et orgueil. Alors on donnera la joie aux autres et on partagera ce que Dieu nous donnera. Plus on pense à faire du bien aux autres, plus on est heureux. Alors pour bien décorer notre âme, une seule recommandation, une seule guirlande est vraiment nécessaire : louange et action de grâce, c'est-à-dire prière intérieure, prière silencieuse, prière d’oraison : "Venite adoremus". Venez,  adorons-Le.
    Tout a été fait par Lui et tout subsiste en Lui. Il faut s’attacher à Lui qui est Chemin, Vérité et Vie. Son nom de Jésus signifie Sauveur. Encore bébé couché dans la mangeoire d’animaux, il pensait aux plus pauvres. Il avait le souci de la mission: il invite les bergers à venir le contempler dans la grotte et à aller l’annoncer. Ce sont des bouviers itinérants. Ils vont de village en village. Dieu a comblé les bergers. Ce sont les premiers missionnaires dans la Nouvelle Alliance. Ils furent avertis par les anges. Ce n’est pas banal. On a intérêt à évangéliser les éleveurs, les nomades, qui vont partout, de hameau en hameau, du Nord au Sud, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Dieu a "priorisé" les bergers, à qui on interdisait d’entrer dans les lieux de culte, parce que sales et sentant les animaux, pour ne pas dire autre chose. Vive la mission auprès des plus pauvres dans notre pays !
    Ensuite, pour la diffusion plus large de la Bonne Nouvelle à l’extérieur d’Israël, l’évangélisation ad extra, le petit Jésus a fait venir de loin des mages, des étrangers, des savants qui avaient le sens de Dieu. Depuis la prophétie de Balaam, fils de Beor, l’homme au regard pénétrant, les païens attendaient un Astre brillant, un Roi de l’univers. C’étaient des chercheurs de Dieu. Ils finissent par le trouver à Bethléem, village du roi David certes, mais très peu connu. Le regard du bébé Jésus sur eux les a transformés de fond en comble. Ils ont compris avant Hérode et avant beaucoup de chefs politiques et religieux que le vrai Dieu, le vrai roi, est doux et humble de cœur. Ils Lui ont apporté comme cadeaux l’or, l’encens et même la myrrhe. Quoique Dieu, ce Roi exceptionnel mourra. Ils ont soigneusement évité de retourner chez Hérode pour lui donner des nouvelles. Et nous savons pourquoi. Mais hors du pays d’Israël, ils ont annoncé joyeusement et sans retenue ce qu’ils avaient vu. Et oui, Jésus n’est pas venu seulement pour le peuple Hébreu. Vive la mission auprès des étrangers et hors de notre pays !
    Et quand il s’est agi d’évangéliser l’Afrique, alors là c’est toute la Sainte Famille qui s’est déplacée. Nous avons reçu le Sauveur du monde sur notre Continent. Il est venu en refugié avec sa mère et son père adoptif. Nous avons sauvé le Sauveur. L’Afrique est désormais la seconde patrie de Jésus. Quel privilège inouï ! Dieu a fait tout cela pour nous. Incroyable mais vrai ! Vive la mission auprès des migrants!
    Quand Jésus sera en âge d’annoncer lui-même les oracles divins, il choisira des apôtres, des disciples, hommes et femmes, dans l’unique but de propager, dans le monde entier, sa Bonne Nouvelle qui sauve. Il veut embaucher le plus possible d’ouvriers pour que l’humanité évite la mort éternelle. Il faut sortir. Il faut bouger. Il faut aller vers les autres. Il s’agit d’une sortie missionnaire et non parce qu’on s’ennuie chez soi. L’amour de Dieu et du prochain passe avant tout et doit nous faire courir.
    Et Jésus, le missionnaire par excellence, était tout le temps sur les routes, sur les chemins parce qu’il avait la conscience d’être l’Envoyé du Père. L’élan missionnaire vient de la prise de conscience que nous sommes envoyés : "Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie". On ne peut plus se contenter de la pastorale de l’entretien, c’est-à-dire évangéliser seulement ceux qui viennent spontanément vers nous, ceux qui constituent nos CEVB etc. Il faut oser aller vers tout le monde et tous les mondes : les marchés, les commerçants, les non chrétiens, les entreprises, les organisations gouvernementales et non gouvernementales, les sectes, les religions dites endogènes etc. Tous ont besoin de salut, de la lumière du Dieu-Amour révélé par le Christ. Il n’est pas un patrimoine exclusif des chrétiens. Jésus lui-même nous a dit: "Nul ne va au Père sans passer par moi" qu’on soit Noir, Blanc, Jaune ou Rouge. A cette mission, tous les membres de notre famille diocésaine sont appelés : pasteurs, consacrés, fidèles laïcs et même catéchumènes.
    Revenons sur les Africains. On se plaint souvent que Dieu nous met toujours au dernier rang. Si c’était vrai, bénissons-le. Car "les derniers seront les premiers". Quant aux premiers… hum ! Mais réfléchissons ensemble.    Rappelons-nous que l’Egypte est en Afrique. Les savants de l’Antiquité se sont instruits en Afrique. La Bible Septante a été traduite de l’hébreu en grec en Afrique. La prestigieuse Ecole d’Alexandrie contribua à faire de l’Egypte la capitale intellectuelle mondiale au 3è siècle. Le peuple Hébreu sorti d’Egypte était tout un ramassis de gens. Des Africains faisaient partie.Tous n’étaient pas de pur sang sorti d’Abraham, ne serait-ce que Myriam, femme africaine de Moïse… Dans les Saintes Ecritures, les Africains interviennent souvent pour aider les autres. Qui a sorti Jérémie du puits où on l’avait jeté ? Un Africain. Quand Joseph fut vendu par ses frères, quel pays le racheta et le promut ? L’Afrique. Quand les fils de Jacob risquaient de mourir de faim, quel pays les sauva ? L’Afrique. Où les Israélites nomades ont-ils appris à se sédentariser et à cultiver le blé et la vigne ? En Afrique. Qui a aidé Jésus à porter sa croix ? Encore un Africain, du nom de Simon de Cyrène (Lybie). Il y a longtemps que le Dieu d’Israël est  aussi le Dieu de l’Afrique. Dieu nous a inclus dans l’histoire de la Révélation il y a longtemps.
    Nous devons prendre au sérieux les attentions de Dieu envers nous. L’Afrique est un continent privilégié. C’est vrai que nous sommes souvent issus de familles pauvres et nous désirons devenir riches et puissants. La richesse n’est pas en soi une garantie de bonheur ; et puis mal utilisée, elle crée des misères effroyables. La pauvreté n’est pas non plus un déshonneur. La misère oui. L’Occident chrétien qui nous a toujours aidés commence à être fatigué de nous. Les collectes diminuent faute d’augmentation de chrétiens là-bas. Or chez nous, les communautés chrétiennes augmentent et même se multiplient. Il faut qu’on s’organise mieux pour évangéliser et pour secourir les nécessiteux. Toute communauté doit se prendre en charge. Alors, quelle pastorale du souci du bien commun nous exerçons ? Quelle pastorale du bénévolat ? C’est bien beau de faire des quêtes pour payer l’eau et l’électricité, les brasseurs et les autres commodités de la Communauté chrétienne. Mais si nous négligeons les pauvres, les malades, les vulnérables, les enfants,  les vieillards, c’est que la foi est en panne. "Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir", nous rappelle saint Paul.
    Quelle pastorale d’investissement de la Parole de Dieu faisons-nous pour attirer les nouveaux adhérents au Christ, pastorale animée par le feu de l’Esprit Saint, bien sûr. Est-ce que nous sommes soucieux d’aller vers les catholiques refroidis? Et vers les non chrétiens ? Quelle pastorale contre l’avortement et pour la vie ? Quelle pastorale contre les abus sexuels dans les familles ? Quid des homosexuels et peut-être des pédophiles? Quelle pastorale d’accompagnement pour les filles-mères ? Quelles actions concrètes envers les prostituées ? Les discothèques ? Les boîtes de nuit ? Sommes-nous des modèles d’anti-corruption dans nos milieux de travail ? Quels sacrifices pour les vocations sacerdotales et religieuses ? N’attendons pas d’autres missionnaires pour venir évangéliser à notre place. Le monde africain à évangéliser est entre nos mains. Dieu nous demandera compte des talents qu’il nous a confiés. Pour cela nous devons travailler ensemble, sortir de nos peurs, de notre mollesse, sortir de la pensée uniforme, sortir des sentiers battus, nous libérer des idées reçues  et préconçues qui font de nous des esclaves chez nous. Une autre Afrique est possible ! Rien n’est impossible à Dieu. Noël c’est le bonheur avec Dieu. L’Evangile libère. Jésus sauve. C’est Dieu en chair et en os. Désirons fortement le rencontrer. Plus on aura la foi, plus on jettera nos béquilles. Peu importe si on trébuche encore, si on tombe parce que nos pas sont mal assurés. Le Pape François nous encourage. "Je préfère une Eglise accidentée, blessée et sale, pour être sortie dans les rues, plutôt qu’une Eglise malade de fermeture et du confort de s’accrocher à ses propres sécurités". Que cette fête de Noël nous aide à annoncer Jésus-Christ avec foi et audace.                                                 
                                                         
Nouvelles de famille


- Joie au ciel, exulte la terre pour le jubilé des 60 ans de vie consacrée de sœur Marie-Pierre GADRAS  (Monastère l’Etoile Notre Dame) célébré le mois dernier.
- Chaque année, nous faisons une collecte de Noël pour nos frères et sœurs de la prison civile. Merci de confier vos dons à l’aumônerie de la prison ou à l’économat diocésain. Prions pour eux.
- Le responsable élu du secteur paroissial de Marie Auxiliatrice c’est le Père Nestor TAGO.
- Du 3 au 10 décembre : c’est la semaine diocésaine de charité. Le thème de cette année est : "Assistance aux malades indigents".
- Du 4 au 17 déc. : Visite au Bénin de l’éminent Professeur Dr. Henry Joyeux et de son épouse Christine pour des conférences de grande valeur sur l’éducation, la santé, l’amour, la sexualité, la nutrition, la gestion de stress etc. Ne ratons pas ces divers rendez-vous. Veuillez contacter la commission diocésaine de la famille aux n° 23 61 05 54 / 96 55 88 77 / 96 37 41 70 / 95 21 93 04.
- Noël c’est Dieu qui devient homme pour nous sauver. Vous trouverez quelques idées dans ma plaquette  "Pour mieux célébrer Noël" à la Librairie Saint Paul. C’est un lieu merveilleux pour faire de beaux cadeaux de Noël qui ont du sens: un livre, un évangile, une Bible, un chapelet, un crucifix, un CD d’enseignements ou de chants, un DVD religieux etc. : quelque chose pour susciter ou nourrir la foi.
- Evitez les décorations profanes dans les lieux d’assemblée sainte. C’est souvent de mauvais goût.
- Cette année encore on reprendra la prière pour les vocations au début ou à la fin de nos liturgies.
- Merci aux Pères Leonard EJIKE et Modestus TOBECHUKWU, religieux de Holy Family, venus du Nigeria, nous visiter en vue d’une future implantation dans le diocèse.
    N.B. 9-10 janvier 2018 : Grand rendez-vous annuel de tout le diocèse au sanctuaire marial Notre Dame de Komiguea, Reine des familles.


Quelques dates


1er déc.    : Conseil Permanent de la CEB à Lokossa.


3 déc.      : 1er dimanche de l’Avent, quête impérée pour le Sanctuaire national de Dassa.


4-15 déc : Mission de chirurgie générale et de cardiologie à l’hôpital de Boko. Veuillez entrer en
                 contact avec le Directeur, le Père Dominique ADJE : Tél. n° 65 61 79 67.


7 déc.      : Au Grand Séminaire Providentia Dei.


8 déc.      : Fête de l’Immaculée. Messe au Séminaire Notre Dame de Fatima à 8h.
               : A la DDEC : Grande conférence du Professeur Joyeux et de son épouse. Tous nos collégiens de la
                 3ème en Terminale, les autorités, les médecins, la presse y sont conviés.


9-10 déc : Au Sanctuaire eucharistique : Rencontre exceptionnelle des couples et familles avec le
                  Professeur Joyeux et son épouse Christine.


10 déc.   : Quête impérée pour la Caritas diocésaine. Collecte de fonds, vêtements, médicaments, vivres
                   etc. pour les indigents.


14 déc.   : Au Grand Séminaire Providentia Dei.


17 déc.   : Messe dominicale à Kabo. Visite à Ténonrou (Africae Munus)


22 déc    : Noël anticipé à l’hôpital de Papanè à 10h.


24 déc.   : Messe de Noël anticipée à la prison civile à 9h30.
              : A 22h30 : Messe de la nuit à la Cathédrale avec baptêmes d’enfants.


25 déc.   : A 9h : Messe du jour de Noël au monastère l’Etoile Notre Dame.


31 déc.    : A 9h30 : Te Deum à l’hôpital Saint Jean de Dieu de Boko.
               : A 23h : Adoration eucharistique au sanctuaire eucharistique.
               : A 24h : Messe et vœux du Nouvel An au sanctuaire eucharistique.
                                                                     
JOYEUX NOËL ! BONNE ET SAINTE ANNEE  2018


      ABONNEMENT POUR UN AN
 A Parakou : 1.000 frs
 Au Bénin : 2.000 frs
A l’extérieur : 10 euros
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. /www.diocese-parakou.org

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin