Au diable, le bruit et le désordre. A Dieu, les coeurs qui le cherchent, les yeux fixés sur Jésus !
Une belle liturgie vivante, priante et sans excitation, rend visible le Dieu invisible. Vivre saintement la messe et la faire vivre au Peuple, tout est là. Car bien célébrer peut servir de grande catéchèse sur le culte et les mystères de Dieu. La sainte liturgie suscite des conversions et des vocations. Le silence liturgique en est pour quelque chose : observé avec piété, il est plus éloquent que nos voix d’hommes1. C’est Dieu en nous et nous en Dieu. Mystère !
"Ceci est mon corps livré pour vous.... Ceci est la coupe de mon sang versé pour vous. Vous ferez cela en mémoire de moi". Ces paroles de notre Seigneur Jésus-Christ ne peuvent pas être prises à la légère. C’est vraiment pour nous que le Seigneur a institué le Saint Sacrifice de l’autel. Que le prêtre ne passe pas, sans transition, des plaisanteries ou bavardages de la rue à l’autel sacré de Dieu. Liturgie vivante ne signifie pas liturgie bruyante. "Vivant" ici signifie faire en sorte qu’on sente la Présence divine pour pouvoir entrer en relation avec Celui qui nous fait vivre. Cela suppose plutôt le sérieux, le recueillement, le silence intérieur et extérieur pour entrer en communion avec le mystère sacré. Il faut donc proscrire tout ce qui est distraction, laisser-aller, défoulement, négligence, ambiguïté, recherche de séduction et fantaisie. Le prêtre célèbre "in persona Christi". Ce n’est pas banal. Alors comment faire ? Tout est dans la soumission à ce que veut l’Eglise de Dieu2 :
"La simplicité des gestes et la sobriété des signes, effectués dans l’ordre et dans les moments prévus, communiquent et impliquent plus que le caractère artificiel d’ajouts inopportuns"3. Car "l’Eucharistie est un grand mystère ! Mystère qui doit être, avant tout, bien célébré"4. Nous le savons, le vrai secret du succès pastoral du Curé d’Ars a été l’amour qu’il nourrissait pour le mystère eucharistique5. Il répétait souvent avec les larmes aux yeux : "Comme il est effrayant d’être prêtre ! Et il ajoutait : combien est triste un prêtre qui célèbre la messe comme un fait ordinaire ! Combien s’égare un prêtre qui n’a pas de vie intérieure". En effet, ce prêtre-là n’adore pas Dieu en esprit et en vérité.
On trouvera dans cet opuscule des instructions indispensables pour une bonne célébration pleine, participative, intérieure, joyeuse et fructueuse. Même s’il s’adresse principalement aux prêtres, les divers acteurs liturgiques pourront s’y former pour mieux vivre le saint sacrifice de la messe. C’est toute l’Eglise, Corps mystique du Christ, qui en bénéficiera. Confions constamment ceux qui célèbrent "in persona Christi" à la Vierge Marie, Mère du Souverain Prêtre et de l’Eglise, afin que chaque acte liturgique soit vécu de façon pieuse, active et consciente....


1 Le Cardinal Robert SARAH l’exprime magnifiquement : "Dieu est un amoureux silencieux, et un phare si brillant qu’il demeure invisible. Le véritable amour ne parle pas. Les sourires sans mots ne sont-ils pas plus beaux ? Le silence de Dieu est une voix, la plus profonde de toutes", Dieu ou rien, p. 412.
2 "Le prêtre qui célèbre fidèlement la Messe selon les normes liturgiques et la communauté qui s’y conforme manifestent, de manière silencieuse mais éloquente, leur amour pour l’Eglise", Jean-Paul II, L’Eglise vit de l’Eucharistie", 52.
3 Benoît XVI, Sacramentum Caritatis, 40.
4 Jean-Paul II, Mane nobiscum, 17.
5 Benoit XVI, Catéchèse du 05/08/2009.
3

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin