Parakou, carrefour des malvoyants, lieu du pèlerinage pour recouvrer la vue. Avis à ceux qui ont des yeux et ne voient pas. Un cadre idéal vous attend à Tinré, village peu connu des médias. Et pourtant un nombre incalculable de merveilles s’y opère chaque jour. Evidemment le bien ne fait pas de bruit.
    L’HOSAT (ou l’hôpital ophtalmologique saint André de Tinré) est une des principales institutions sanitaires de référence en matière d’ophtalmologie communautaire au Bénin. De partout, on vient pour les soins : le Niger, le Togo, le Nigéria, le Burkina-Faso se donnent rendez-vous chez nous. Curieusement ce centre divin est peu connu au Bénin.
    A la cérémonie d’ouverture des journées portes-ouvertes de l’HOSAT, le jeudi 25 février 2015, j’avais dit en substance : OUI à ce beau et ambitieux projet de "Santé oculaire" : augmenter la détection, le diagnostic, le traitement de tous et surtout des enfants souffrant de déficiences visuelles. C’est vrai que l’onchocercose a été vaincue. Mais la situation de la santé oculaire reste encore préoccupante. Car on rencontre beaucoup de malvoyants. Même les enfants ne sont pas épargnés. 
    Jésus de Nazareth, le Rédempteur du monde, n’a pas fait que prêcher dans les synagogues et le Temple. Pour nous montrer à quel point le vrai Dieu qui donne la vie éternelle nous aime, il guérissait gratuitement les malades en leur disant : "va, ta foi t’a sauvé". Des aveugles ont vu, des sourds ont entendu, des paralytiques ont marché, beaucoup de malheureux ont été secourus. Il a expulsé tant et tant de démons pour libérer les personnes des griffes du Malin. C’est la même mission que l’Eglise essaie de poursuivre encore aujourd’hui : être au service de tous sans aucune distinction d’ethnie ni de religion, c’est-à-dire aider l’homme, quel qu’il soit, à jeter ses béquilles (physiques, morales et spirituelles) et à se prendre en charge. C’est l’homme total, dans toutes ses dimensions, qui nous intéresse. Dieu nous veut debout de la tête au pied, pour sa gloire et pour notre dignité.
    Reconnaissons avec humilité, que dans l’hôpital ophtalmologique saint André de Tinré (HOSAT), notre hôpital à tous, un travail fort appréciable se fait. On y donne des soins médicaux et chirurgicaux de qualité pour tout ce qui concerne les pathologies des yeux, à des coûts financiers accessibles aux pauvres. Les patientes et les patients en témoignent. Mieux, l’engagement de Christoffel Blinden Mission, dit CBM (une organisation chrétienne internationale de développement basée en Allemagne, fondée par le Pasteur Ernt Jacob Christoffel), et l’engagement de ses partenaires financiers à accompagner le projet "Santé oculaire chez l’enfant" constitue une preuve supplémentaire. Car aucun bailleur de fonds, fût-il le plus fortuné, ne mettra son argent dans une structure mal organisée et mal gérée. Nous profitons de cet espace pour féliciter le Directeur de l’hôpital, Docteur Paul AYEMONNA et tout son personnel. Rapprochons-nous d’eux pour plus d’informations.
    Chers tous, rassurez-vous ! CBM et ses partenaires ne viennent pas pour déverser de l’argent dans notre hôpital diocésain et les Centres de promotion sociale de Parakou et de Natitingou. Ils ne viennent pas non plus pour remplacer les parents et les familles dans leurs obligations vis-à-vis de leurs enfants. Les rôles et responsabilités des parents restent et resteront entiers dans ce projet. Comme vous le savez, l’assistanat rabaisse l’homme et le paralysé. La responsabilité l’élève. Face à l’argent, gardons notre dignité et notre magnanimité.
    Ce projet va créer les conditions infrastructurelles et matérielles nécessaires, peaufiner les compétences des personnels de santé et des personnels des Centres de promotion sociale afin qu’ils s’occupent des enfants avec plus de dextérité. C’est-à-dire que ces partenaires ne nous apportent pas du poisson braisé bien assaisonné, prêt à  être consommé, mais ils viennent pour nous aider à améliorer nos techniques de pisciculture et renforcer notre matériel de pêche. C’est une bonne occasion pour féliciter chaleureusement CBM qui est pour nous un partenaire modèle parce que fiable, cordial, ouvert, rigoureux et très respectueux de nos priorités et de nos traditions organisationnelles internes à notre diocèse. Voilà plus de 20 ans que cette excellente collaboration dure et s’améliore d’année en année. Dieu soit béni !
    A tous les personnels de santé, des affaires sociales, à tous les éducateurs sociaux, je recommande d’avoir un grand souci du bien commun, c’est-à-dire d’opter pour la saine et loyale gestion des biens qu’apporte ce projet dans l’intérêt de toute la population béninoise et d’ailleurs. Travaillez consciencieusement et honnêtement sous le regard de Dieu qui récompense généreusement les bons serviteurs, bien au-delà de leurs mérites.
    Aux autorités à tous les niveaux de notre chère patrie le Bénin, je sollicite votre appui total pour le succès de ce projet qui me tient beaucoup à cœur. Je compte sur vous.
    Permettez-moi de conclure mes propos par cette belle prophétie biblique : " Je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu’ils ne connaissent pas, je les conduirai par des sentiers qu’ils ignorent. Je changerai devant eux les ténèbres en lumière, et les endroits raboteux en plaines : voilà ce que je ferai…" (Isaïe 42, 16). Quelle bonne nouvelle ! Quelle joie ! Quel bonheur ! Cette prophétie, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. Dieu a choisi l’Archidiocèse de Parakou pour réaliser cette belle et exaltante promesse. Avec Lui nous ferons des prouesses. Ne décevons pas ce Dieu qui nous aime tant. Il aime le Bénin. Il préfère Parakou. Nous sommes ses privilégiés. Rendons-lui grâce à pleine voix. Qu’il nous bénisse encore et encore pour sa haute gloire et pour notre santé oculaire. Amen !   

   

+Pascal N’KOUE
Omnium Servus

 


UNE CURE DE JOUVENCE AU CENTRE PASTORAL


   
    Du nom d’un ancien évêque d’Orléans en France (Ville jumelée au niveau civil avec Parakou), le Centre Pastoral Guy-Marie Riobé est une structure d’accueil et de formation pastorale de l’Archidiocèse de Parakou. Créée en  1984, elle dispose d’une capacité d’accueil de cent trente (130) personnes avec dix-huit chambres individuelles, quatorze chambres doubles, six cabines, deux dortoirs, trois salles de rencontres, une bibliothèque scolaire et religieuse, un réfectoire, une cuisine et une chapelle. Avec ces deux jardins d’agrément, son jardin potager, ses parterres de fleurs tropicales et ses espaces boisés, le Centre Guy Riobé est un lieu idéal pour les études, le ressourcement spirituel et pour des formations diverses. Notre Archevêque Mgr Pascal N’KOUÉ ne cesse de rappeler l’importance du silence, de la beauté, de la vie spirituelle intérieure, et l’urgence de la formation permanente des agents pastoraux [prêtres, religieux (ses), catéchistes], des laïcs, des familles etc.
Le Centre abrite le Service de Formation Catéchétique et la Coordination de la Pastorale Diocésaine pour la Formation des Laïcs : deux services diocésains dont le Directeur du Centre est cumulativement le Responsable.  La Coordination Pastorale Diocésaine pour la Formation des laïcs accompagne et forme les mouvements, les groupes de prières, les associations et chorales de l’Église-Famille de Parakou en suscitant chez tous les membres, particulièrement les responsables diocésains et paroissiaux, un esprit ecclésial et le sens de l’engagement chrétien dans la société. Elle s’occupe également de la formation des structures d’animation pastorale des paroisses et des responsables des « Communautés Ecclésiales Vivantes de Base » (CEVB). Enfin, elle coordonne les activités de plusieurs aumôneries de la pastorale générale du diocèse à savoir, « Laïcs et Famille », « Jeunesse », « Enfance », « Cadres et Personnalités Politiques » ; ainsi que les aumôneries de la pastorale spécifique à savoir les aumôneries militaire, hospitalière, pénitentiaire et caritative. Par ailleurs, le Centre Pastoral Guy Riobé est ouvert à l’accueil des associations et organismes non gouvernementaux qui œuvrent pour la promotion de la personne humaine et le développement.
Devant l’immensité d’une telle tâche de formations diverses, l’utilité du Centre Pastoral Guy Riobé n’est plus à démontrer encore moins la nécessité d’une extension de sa capacité d’accueil et d’un rajeunissement des locaux actuels. Dans ce sens, les chambres du Centre subissent actuellement une cure de rénovation pour un hébergement décent. Pour les années à venir, les grands travaux sont : réfection de deux grandes salles de conférence, l’équipement en panneaux solaires, l’aménagement général de l’espace en tenant compte des effets de l’érosion et surtout la construction de vingt-cinq (25) chambres au-dessus du rez-de-chaussée du bâtiment E.  Vous tous qui aviez apprécié ce centre dans ses beaux jours, qui l’aimez encore, venez soutenir nos activités de formations, nos efforts de rénovation et nos grands projets. Dieu vous bénira au-delà de vos attentes.

  Père Fulgence MEHOUENOU
  Directeur du Centre Pastoral Guy Riobé.

 


Nouvelles de famille
- "Dieu pardonne toujours, l’homme quelques fois, la terre jamais… nous devons choyer la terre", nous dit le Pape François. Voilà pourquoi nous remercions très sincèrement le Service des Eaux et Forêts de Parakou qui nous a offert deux mille pieds d’arbres à planter dans nos domaines. Ces arbres ont été partagés entre Providentia Dei et Africæ Munus.

- Merci aux sept grands Séminaristes courageux qui m’ont accompagné le mois dernier pour travailler quelques jours à Africæ Munus (Ténonrou, le Bénin profond). Merci aussi au Directeur de La Croix du Bénin, Abbé Crépin ACAPOVI et à Félix C. D’OLIVEIRA, Porte-parole de la Parole de Dieu, qui ont quitté Cotonou pour nous rejoindre là-bas par amitié et nous soutenir dans notre vision.

- Le premier pèlerinage diocésain des marguilliers s’est bien déroulé au Sanctuaire marial Notre-Dame de Komiguéa. Nous sommes heureux de voir que les jeunes s’engagent aussi dans cet apostolat.

- Nous félicitons la Cathédrale saint Pierre et saint Paul pour l’érection de la belle statue Notre-Dame des Victoires. Le but est de susciter plus de dévotion en la Mère de Dieu, "Virgo potens".

- Nous remercions les monastères L’Etoile Notre-Dame et Notre-Dame de Kokoubou. Ils sont sortis pour s’impliquer au camp de formation des aspirantes et futurs séminaristes qui a eu lieu le mois dernier au Séminaire Providentia Dei.

- L’Assomption est une fête d’obligation. Tous à la sainte messe. C’est un dogme divinement révélé. L’Immaculée Mère de Dieu, Marie toujours vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée en corps et en âme à la gloire du paradis céleste. Le 15 août fut pendant longtemps le jour de la fête nationale en France comme pour nous le 1er août. Le roi Louis XIII, en consacrant la France à Notre-Dame, demanda qu’on fit ce jour-là dans chaque paroisse une procession en l’honneur de la Vierge. Et si cela pouvait nous inspirer !

- Du 7 au 11 août, un groupe de médecins (pédiatre neurologue, psychologue, psychiatre) feront des consultations gratuites à l’hôpital de Boko. Profitons abondamment de l’aubaine.


Quelques dates

1er août    : Fête de l’indépendance. Les bureaux de la Curie sont fermés. Prions pour notre pays et ses dirigeants.

2-8 août    : Au Nigéria, pour le jubilé sacerdotal   d’argent de Monseigneur Brian UDAÏGWE, Nonce Apostolique au Bénin et au Togo.


15 août    : Messe à 9h30, à la paroisse Notre-Dame de l’Assomption de Komiguéa, suivie de la bénédiction des femmes enceintes et des ignames : une piété très proche des mentalités  populaires de notre région. Elle devrait être généralisée.

18-20 août    : Pèlerinage national à Notre-Dame d’Arigbo de Dassa. Thème : Marie, Reine de la Famille. C’est Son Excellence Mgr Barthélemy ADOUKONOU qui célèbrera la messe de clôture. "Il n’y a aucun problème, si difficile soit-il, temporel et surtout spirituel,… que nous ne puissions résoudre par la prière du saint Rosaire et nos sacrifices" (La voyante Lucie de  Fatima).

N.B. : Du 1er septembre au 24 septembre, je serai absent du diocèse pour des vacances.  La Curie diocésaine sera fermée.

    18 oct    : Ouverture de l’année pastorale : Assemblée Générale des agents pastoraux à 9h au Centre Pastoral.


  ABONNEMENT POUR UN AN
  A Parakou : 1.000 frs
≈   Au Bénin : 2.000 frs
≈    A l’extérieur : 10 euros
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. /www.diocese-parakou.org

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin