Une dame m’accosta un jour et se mit à se plaindre de son pasteur en ces termes : « Notre Evêque est un arriéré, démodé et rétrograde. Il parle du démon, du diable, de Satan et même de l’enfer… Il y a longtemps que ces croyances sont dépassées ? Nous sommes au XXIe siècle. Est-ce qu’il n’est pas malade ? Les petites histoires du Moyen-Âge c’est terminé. Je suis sûre que si le Vatican était informé, le Pape, ou tout au moins un Cardinal, lui tirerait les oreilles. Dites-lui quelque chose pour qu’il cesse ». Encore une astuce de Satan n’est-ce pas ? Faire croire qu’il n’existe pas.

    Le pire c’est que cette dame prenait son Evêque pour un débile mental. Après l’avoir écoutée pieusement, je lui ai demandé si elle possédait une Bible et surtout si sa Bible avait le même contenu que celle de tout le monde. Car de la Genèse à l’Apocalypse on y parle de Satan. Et comme ce Livre n’est pas un livre parmi tant d’autres, il fallait le prendre très au sérieux et le lire à l’endroit et non à l’envers. Une chemise à l’envers n’est pas jolie à voir. A l’endroit oui. Ne regardons pas la sainte Bible du point de vue de la raison humaine, sinon on ne saisit pas pourquoi Dieu poursuit tant l’homme pour son salut. Pour cette dame, il y avait peut-être mieux, l’informer que le Pape lui-même parle du diable : "Il y a un adversaire, un ennemi qui veut garder les hommes séparés de Dieu. Et c’est pourquoi, il instille dans les cœurs la déception… Chaque jour le diable jette dans nos cœurs des semences de pessimisme et d’amertume, et cela décourage, nous nous décourageons …" Pape François, Vatican, Discours du 17 juin 2013. Cette dame n’a vraiment pas la chance d’être soutenue par le Pape. Car, il n’y a rien de plus actuel et de plus réel que l’enfer.

    Rappelons tout simplement ce qu’affirme le Catéchisme de l’Eglise Catholique : "Le mal n’est pas une abstraction, mais il désigne une personne, Satan, le Mauvais, l’ange qui s’opposa à Dieu" (CEC 2851). Si l’Eglise affirme l’existence de l’enfer c’est qu’il y a des fondements bibliques. « Jésus parle souvent de la géhenne de feu qui ne s’éteint pas, réservée à ceux qui refusent jusqu’à la fin de leur vie de croire et de se convertir, et où peuvent être perdus à la fois l’âme et le corps » (CEC 1034). En termes clairs, Dieu ne condamne personne. Satan existe, l’enfer aussi. Blague à part. Et nous voici tous bouche bée devant la miséricorde divine qui n’exclut pas la justice. Ne me demandez pas qui est en enfer ? Je n’ai aucune information sur la liste des maudits qui se sont auto-exclus de la communion de Dieu en choisissant la bannière de Satan. Cet esprit est puissant. Il agit contre Dieu et son Royaume. Mais sa puissance n’est pas infinie. Elle est limitée. Il n’est qu’une créature. Mais il peut causer de graves dommages en nous et dans la société. Attention, il sait se déguiser.

    Disons rapidement que ce monsieur appelé Satan est un être réel, un ange déchu, père du mensonge, homicide, séducteur. Il a été créé bon et libre par Dieu… Mais il a choisi lui et sa clique de s’opposer au Créateur de façon radicale et irrévocable. Ils ont dit non à Dieu une fois pour toujours. L’infinie miséricorde de Dieu ne peut pas leur pardonner parce qu’il n’y a pas de repentir pour eux après la chute. Du reste, il en est de même pour les hommes après la mort, ceux qui sont en purgatoire : plus de repentir. Mais ils continuent d’expier. Voilà pourquoi il nous revient à nous qui sommes sur terre de prier et d’offrir des sacrifices pour eux afin de hâter leur entrée au paradis.

    Pendant que Satan nous suggère un Royaume de plaisir sans frein, de jouissance débridée et de puissance luciférienne, Jésus nous parle de douceur, d’humilité, de vie éternelle, de croix. Au premier abord la croix rebute, elle fait peur. On y voit un instrument de souffrances inutiles, d’humiliations sans nom et d’échec total. Et pourtant la croix c’est la plus haute expression de  l’amour de Dieu, c’est elle qui console tous les affligés et leur redonne la force de tenir bon et même de se relever. C’est le symbole d’espérance le plus éloquent pour les malades, les pauvres, les rejetés de la société, les mourants. En effet, la croix annonce la résurrection, la victoire des victoires sur nos peurs et tout ce qui nous enchaîne. Tout cela parce que la croix révèle l’amour divin. "Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime". Voilà pourquoi Satan s’acharne à nous faire douter de la présence de Dieu et de son amour, puis de l’efficacité de sa parole et enfin du bonheur éternel qu’il nous promet à la fin des temps.   

    Nous avons entendu parler à maintes reprises du fameux secret de Fatima. Donnons la parole à Sœur Lucie, l’une des voyantes de la Vierge Marie, pour qu’elle nous parle de l’enfer. C’était en 1917 au Portugal. "Le secret comprend trois choses distinctes, et j’en dévoilerai deux. La première fut la vision de l’Enfer. Notre-Dame nous montra une grande mer de feu, qui paraissait se trouver sous la terre et, plongés dans ce feu, les démons et les âmes, comme s’ils étaient des braises transparentes, noires ou bronzées, avec une forme humaine. Elles flottaient dans cet incendie, soulevées par les flammes, qui sortaient d’elles-mêmes, avec des nuages de fumée. Elles retombaient de tous côtés, comme les étincelles retombent dans les grands incendies, sans poids ni équilibre, avec des cris et des gémissements de douleur et de désespoir qui horrifiaient et faisaient trembler de frayeur. Les démons se distinguaient par leurs formes horribles et dégoûtantes d’animaux épouvantables et inconnus, mais transparents et noirs.

    Cette vision ne dura qu’un moment, grâce à notre bonne Mère du Ciel, qui, à la première apparition, nous avait promis de nous emmener au Ciel. S’il n’en avait pas été ainsi, je crois que nous serions morts d’épouvante et de peur. Ensuite nous levâmes les yeux vers Notre-Dame qui nous dit avec bonté et tristesse :

- Vous avez vu l’enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculée. Si l’on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d’âmes seront sauvées et on aura la paix. La guerre (la 1ère guerre mondiale) va se terminer mais certaines personnes, même pieuses, n’aiment pas parler aux enfants de l’enfer, afin de ne pas les effrayer.

    Mais Dieu n’a pas hésité à le montrer à trois enfants, dont l’une avait à peine six ans et il savait bien qu’elle en serait horrifiée, au point de se consumer de frayeur, j’ose le dire". (Il s’agit de Jacinthe).

    Jacinthe s’asseyait souvent par terre ou sur quelque pierre, et pensive, commençait à dire : Oh l’enfer ! Oh l’enfer ! Que j’ai pitié des âmes qui vont en enfer ! Et les personnes qui sont là, vivantes, à brûler comme du bois dans le feu ! Et, à demi-tremblante, elle s’agenouillait, les mains jointes, pour réciter la prière que Notre-Dame nous avait apprise : « O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer, conduisez au paradis toutes les âmes, surtout celles qui en ont le plus besoin ». L’enfer c’est l’œuvre du diable. Comme un lion rugissant, il rôde, cherchant qui dévorer. Résistons-lui avec la force de la foi (1P 5, 8-9). Le véritable combat est invisible. Mais nous savons qu’avec Jésus et sa sainte Mère, nous sommes invincibles. "Par l’Ave Maria, le péché se détruira".
                                                       +Pascal K’NOUE
                                                       Omnium Servus


A NOTRE-DAME DE KOMIGUEA
    Monseigneur Aristide GONSALLO, Evêque de Porto-Novo, alors qu’il était encore curé de Papané a composé les paroles de l’hymne à Notre-Dame de Komiguéa. Nous demandons à tout musicien de nous proposer une belle mélodie joyeuse et priante.
Refrain :
Notre-Dame de Komiguéa, Notre Mère,
Reine des familles, reçois notre prière !
I
MERE, TOI QUI NOUS AIMES, NOUS CHERCHONS TON VISAGE.
ENFANTS, LE CŒUR BATTANT, NOUS ACCOURONS COURTOIS,
RAVIS DE TE LOUER, AU BORGOU, D’ÂGES EN ÂGES.
ETENDS SUR NOUS TES BRAS ! NOUS QUI VENONS VERS TOI.
II
PRESERVE NOS JEUNES DU PECHE, DE TOUT MAL !
DANS LE VENT ET LA PLUIE, REINE DU BEL AMOUR,
ENTENDS, PAR DESSUS TOUT, NOS PRIERES FAMILIALES !
VEUILLE ÔTER DE NOS CŒURS TOUT DOUTE A TON AMOUR !
                    III
ENSEMBLE, NOUS CHANTONS CET HYMNE POUR TE PLAIRE !
ET QUE TOUS TES FILS, PRETRES, SEMEURS DE L’EVANGILE,
PAR LEURS GESTES, LEURS VOIX, COMME DES LUMINAIRES,
RALLUMENT AVEC TOI LES CŒURS SOUFFRANTS FRAGILES !
                    IV
LE « OUI » DE TON AMOUR SOUTIENT AUSSI LE NÔTRE,
EN TOI, NOS FAMILLES APPRENNENT LA VRAIE JOIE !
DES PARENTS ET ENFANTS, FAIS DE FERVENTS APÔTRES,
PRÊTS Â MIEUX S’ABREUVER AUX SOURCES DE LA FOI.
                    V
DE TON AMOUR POUR DIEU, ENFLAMME NOS FAMILLES !
EN SACHANT, COMME TOI, NOUS METTRE A SON SERVICE,
ET QUE, SOUS NOTRE TOIT, TON ETOILE SCINTILLE,
POUR QU’HEUREUX, NOUS DISIONS : « MERCI, Ô MEDIATRICE ! »
                                                Père Aristide GONSALLO
                                                Papané le 31 mai 2014
                                                En la fête de la Visitation

NOTRE DAME DE KOMIGUEA, "REGINA FAMILIÆ"
    L’image que vous voyez est une représentation originale de la Vierge Marie adaptée à la culture locale. Comme son nom et son apparence l’indiquent, elle est une femme africaine, dans le style du Nord-Bénin. L’article c’est le R. P. Dindo FALLARME, s.v.d. Elle est vénérée comme Reine des familles parce que Reine de chaque famille et Reine de toute la Famille de l’humanité représentée par les cinq enfants venant des cinq continents du monde : une fille native de l’Amérique, une Allemande pour l’Europe, un enfant de la Papouasie Nouvelle Guinée pour l’Océanie, une Philippine pour l’Asie et un enfant Bariba pour l’Afrique. Les enfants évoquent l’esprit de l’enfance spirituelle dont Jésus parle dans l’évangile selon saint Mathieu : «En vérité je vous le dis, si vous ne retournez pas à l’état des enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux. » (Mt 18,3). La pastorale de la famille présuppose une attention particulière à donner aux couples. Cette image exaltant la maternité divine de la Vierge Marie est un effort d’inculturation. Et c’est plus profond que les bruits de nos tam-tams… Marie, qui « gardait toutes ces choses en son cœur » (Lc 2,51) est la première qui enseigne à ses enfants de tous les continents le mystère de la foi. Tous les personnages dans le tableau sont souriants car ceux qui se laissent guider par la Vierge trouvent le Christ, l’unique Sauveur et ultime source de joie qui comble le cœur des enfants de Dieu.


Nouvelles de famille
- C’est le mois de Marie ! Sortons nos chapelets. Prions avec ferveur pour la conversion des cœurs et la paix dans nos familles, dans notre pays et dans le monde entier.

- Un vibrant merci à tous ceux qui ont organisé la messe chrismale qui a eu lieu mercredi saint. Elle devient de plus en plus importante pour les fidèles laïcs aussi. Merci pour la fête de famille qui a suivi.

- Nous remercions le Père Pierre de COINTET, venu le mois dernier pour présenter l’Institut Notre Dame de vie à notre presbyterium. Que l’Esprit de Dieu renforce nos liens pour sa gloire et le bien de l’Eglise.

- Le Nonce Apostolique, Son Excellence Monseigneur Brian UDAIGWE, sera notre hôte du 22 au 26 juin. Qu’il soit le bienvenu dans ce diocèse que le Pape saint Jean-Paul II a visité.

- Je me réjouis de voir que beaucoup d’adultes demandent le baptême et que beaucoup de couples, malgré la cherté de la vie, demandent le sacrement de mariage. L’Esprit de Dieu est à l’œuvre. Bénissons-le.

- Profitons des fêtes de confirmations pour enseigner le "Veni Creator" et les chants à l’Esprit Saint en nos langues aux confirmands.

- N’hésitez pas à planter des arbres comme le manguier, l’anacardier, le neem, l’afzélia sur les cours de nos structures paroissiales, ne serait-ce que pour avoir de l’ombre.

- Nous remercions Monsieur Alessandro TOFFOLI, président de l’AFR, pour sa visite le mois dernier.

- N.B. Je rappelle aux prêtres diocésains que leurs vacances commencent après la fête du Sacré-Cœur. Elles durent un mois. Le retour c’est la première semaine de septembre. Merci de me faciliter les autorisations de voyage pour l’obtention des visas.


Quelques dates
1er  mai    : Fête de saint Joseph travailleur. Ayons une pensée spéciale pour les pauvres qu’on a  contraint à déguerpir de leurs hangars et qui ne savent à quel saint se vouer pour survivre.

2 mai        : A Ouidah pour la célébration des 25 ans de sacerdoce du Nonce Apostolique.       

        - Conseil d’Administration des hôpitaux de Papané et de Boko, dirigé par le Vicaire Général   R. P. Ernest DEGUENONVO.

4 mai         : Rencontre avec les séminaristes de Notre Dame de Fatima.

5-7 mai    : Kermesse à la Cathédrale. Nous y sommes tous invités pour soutenir cette paroisse-phare.

6 mai      : Visite aux périphéries Tenonrou-Kabo.

7 mai        : Messe dominicale à Sirarou.

13 mai    : A 10h30 : Vœux solennels du Frère Samuel HOUEDEGNON au Monastère du Kokoubou.

14 mai    : Fête du Séminaire Notre-Dame de Fatima. Messe à 10h.

15-18 mai    : Session ordinaire de la Conférence Episcopale au Séminaire de Tchanvédji.

19 mai    : Au Séminaire de philosophie de Djimè pour les 50 ans de sa création. Messe à 10h.

19-21 mai    : Visite pastorale à la paroisse saint Laurent de Wansirou.

23 mai    : Conseil presbytéral à l’Archevêché, à 9h30mn.

25 mai    : A 8h, messe d’ascension au Séminaire Notre Dame de Fatima. Fête d’obligation.

28 mai    : A 9h 30, Confirmations à Tchaourou. Quête impérée pour les Séminaires du Bénin.

30 mai    : Conseil pour les Affaires économiques à l’Archevêché, à 9h30mn. Nous nous réjouissons  d’avance de la présence du Frère Emmanuel, notre Conseiller financier.


Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin