Une nouvelle année ! On l’attendait. Elle est là ! On la veut belle, pleine de soleil et de fraicheur, de musique et d’harmonie, d’enthousiasme et de bonheur ! Tout cela est humain et normal. Mais disons d’abord merci à Dieu pour l’année qui vient de s’achever. Car beaucoup ont désiré voir ce que nous voyons et ne l’ont pas vu ! Mettons-nous en présence de Dieu tout de suite et prions un peu.

    "Merci Seigneur, tu es grand. Tu es miséricordieux. Merci pour ton attention envers moi. Merci pour tout ce que j’ai reçu de toi. Merci pour ma famille. Merci pour les amis, pour les bienfaiteurs. Merci aussi pour ceux qui m’ont énervé  et mal jugé. Moi-même je n’ai pas toujours été sage ni exemplaire, alors je te demande pardon.  Merci d’avance pour ce que tu feras de moi en cette nouvelle année. Je te remets le guidon de ma vie. Je te confie sans peur tous mes projets. Car tout ce qui est dans tes mains grandit et s’affermit. Aide-moi seulement à marcher sous ton regard, dans la confiance, pour ta plus grande gloire, maintenant, chaque jour et pour toujours. Amen".

    Et maintenant voici trois petits conseils pour vivre heureux.  Comme pour une bonne moto, il nous faut un démarreur automatique, une batterie bien chargée et un réservoir d’essence qu’on remplit continuellement.

    D’abord bien démarrer la journée. Tout le monde le sait, quand ça démarre mal,  ça gaze mal. Le démarreur c’est la joie. Elle augmente nos amis et même nos années de vie sur terre. Efforcez-vous de louer le Seigneur au sortir du lit. Bénissez-le pour la vie qu’il vous donne, pour la nuit qu’il vous a donné, pour le nouveau jour qui se lève, pour ceux qu’il mettra sur votre route dans la journée. Réveillez-vous optimistes. Chantez les louanges de Dieu dans la douche. Bénissez-le quand vous vous regardez dans le miroir, quand vous vous faites la barbe, quand vous vous maquillez, quand vous vous habillez ! Bénissez-le à longueur de journée. Ne murmurez contre personne. Si l’O.N.U. faisait de la joie un droit de l’homme, il y aurait moins de violence en famille et dans la société…

    Puis, vérifiez si la batterie est bien chargée. La batterie à plat c’est le repli sur soi. On est anxieux, angoissé, déprimé, chiffonné, agressif, soucieux, découragé et dégoûté de tout. Quand on s’en rend compte, il faut vite se secouer et se réveiller une deuxième fois en pensant aux autres, en augmentant son attention envers les proches et les oubliés. Le service désintéressé, la philanthropie, la générosité, l’ouverture aux pauvres est un remède très efficace. Faire gratuitement du bien est une thérapie sans faille. La Bible dit que l’aumône couvre un grand nombre de péchés. Le repli sur soi est un cancer dangereux aux métastases tentaculaires. Servir les autres au nom du Seigneur nous recharge. Essayez donc !

    Saint Paul recommandait aux chrétiens d’Ephèse de travailler pour le Seigneur : "Soyez consciencieux dans votre service ; vous travaillez pour le Seigneur, non pour les hommes, et vous savez que le Seigneur rendra à chacun le bien qu’il a fait, qu’il soit esclave ou homme libre…" (Eph 5, 7-9). Et  aux Colossiens, il insistait sur la bonne humeur dans les rencontres : "Que votre conversation soit toujours agréable et que le sel n’y manque pas. Ayez le savoir-faire pour répondre à chacun ce qui convient" (Col 4, 6)…

    Enfin, si le démarreur (joie) est bon, si la batterie (l’attention aux autres) est bien chargée, il faut encore vérifier si vous avez suffisamment de carburant dans le réservoir : l’humilité. Elle nous rapproche de Dieu. Jésus Sauveur, Dieu-bébé, a dormi dans une mangeoire d’animaux. Quelle belle leçon d’humilité. Il faut s’agenouiller pour que Dieu nous élève. Là où on cultive l’humilité qui donne à Dieu toute la place dans nos cœurs, on vit déjà le paradis sur terre. La panne sèche, on l’appelle encore panne bête. Satan nous fait croire qu’on peut vivre sans Dieu, sans prendre le temps de prier. C’est vraiment bête de céder à cette tentation. Estimer plutôt les autres supérieurs à soi, être capable d’accueillir les humiliations et les confier à Dieu, pardonner sans cesse, reconnaître facilement ses torts et demander pardon aussitôt, c’est une bonne vidange de l’esprit, c’est chercher d’abord le Royaume de Dieu...

    Pour passer l’année 2017 comme il faut, prenons le temps de bien faire ce que nous avons à faire pour Dieu, et non pour être applaudis des hommes. Prends le temps pour louer et remercier Dieu, ta famille, tes éducateurs, tes amis, tes ennemis et tous tes bienfaiteurs. Voici un texte phare qui pourrait nous stimuler. Il est intitulé : " prends le temps…"
"Prends le temps pour travailler, c’est le prix du succès.
Prends le temps pour penser, c’est la source de la puissance.
Prends le temps pour la détente, c’est le secret de la jeunesse.
Prends le temps pour vivre, c’est le fondement de la sagesse.
Prends le temps pour rire, c’est la musique de l’âme.
Prends le temps pour être aimable, c’est le chemin du bonheur.
Prends le temps pour regarder, c’est le remède de l’égoïsme.
Prends le temps pour prier, c’est la route directe vers Dieu".

    Prends le temps tous les jours pour entrer en silence, et tu trouveras Dieu. Car Dieu est silence. Plus on prie dans le silence intérieur, plus le cœur est épanoui et radieux. "Dieu n’agit que si nous sommes silencieux et paisibles" (Bienheureux Marie-Eugène). Ne te préoccupes donc pas de savoir qui est pour toi, ou contre toi. Fais ton devoir avec enthousiasme, fais le nécessaire pour que Dieu demeure en toi, et soit avec toi en tout ce que tu fais. Exerce-toi à l’oraison, sois constant, persévère et tes relations avec Dieu te procureront le bonheur. L’oraison, c’est le passeport pour le ciel.    "Si une âme persévère dans l’oraison, malgré les péchés, malgré les tentations, malgré les chutes de toutes sortes où le démon l’entraîne, Dieu, j’en suis convaincue, finira par la conduire au port du salut" (sainte Thérèse d’Avila, Vie chap. 19).

    Après avoir révélé le secret pour une bonne année, j’emprunte la plume du Recteur de notre séminaire diocésain pour remercier tous nos bienfaiteurs connus et inconnus. Que le Seigneur vous rende au centuple le fruit de vos peines et sacrifices pour nous.
 
SAINTE ANNEE A TOUTES ET A TOUS.
                                                      

+Pascal N’KOUE                                                       

Omnium Servus

 


PROVIDENTIA DEI CHANTE SON "TE DEUM"
    Au 1er octobre 2016, le séminaire Providentia Dei a rouvert ses portes. Nous avons accueilli cette année 11 nouveaux candidats, ce qui porte à 22 l’effectif complet. Cela nous a posé un problème de logement et nous avons dû en mettre plusieurs provisoirement en dortoir, dans les bâtiments de la ferme agricole.

    Au terme des six jours de la retraite spirituelle, nous avons accueilli également les deux premières religieuses, accompagnées de leur Supérieure Générale, Mère Marie Cécile KUTOLBENA. Elles font partie des sœurs de la Providence de Saint Paul (PSP), congrégation fondée dans le diocèse de Kara au Togo. Le 9 octobre 2016, après la messe présidée par Mgr Antoine Sabi Bio, évêque de Natitingou et chargé des séminaires au Bénin, nous avons procédé à la bénédiction de la maison des religieuses, maison placée sous le patronage de saint François-Xavier, grand missionnaire. Nous remercions l’Œuvre de saint Pierre Apôtre de Rome, les paroisses de Giens et st Louis de Strasbourg, l’Association Notre-Dame de l’Atacora de Versailles, et d’autres bienfaiteurs individuels, qui nous ont permis de mener au terme cette maison. Les Sœurs ont pris en charge la cuisine et le secrétariat. On en avait grand besoin. Que leur Institut soit béni.

    Mgr Antoine SABI BIO a eu la riche idée de nous apporter une belle cloche, elle remplacera avantageusement le son de la jante de poids-lourd ! Il nous reste à édifier un petit clocher près de la chapelle. On commencera les travaux incessamment.

    Après le départ du P. Fortuné GONSALLO, nommé curé de la paroisse de Papané, deux pères sont venus s’ajouter à l’équipe des formateurs, le P. Dieudonné AHYITE qui a fini sa licence de théologie spirituelle à Venasque en France, et le P. Bienvenue Masso, licencié en philosophie de la faculté de Lyon.
    Nos amis italiens de l’Associazione delle famiglie rurali (AFR) nous ont visités. Ils le font chaque année avec un enthousiasme contagieux. Grâce à eux, notre tracteur a pu reprendre son travail avec une nouvelle pompe à gasoil. Ils ont pu apprécier l’avancée de nos projets en agriculture experts en la matière, et nous ont beaucoup encouragés.

    Le 8 décembre 2016, notre archevêque Mgr Pascal N’KOUE est venu rehausser par sa présence la fête du séminaire, 2ème anniversaire de la dédicace de la chapelle. Il nous a parlé de son voyage dans le diocèse d’Avignon en France où il a pu participer à la béatification du P. Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus, fondateur de l’Institut Notre-Dame de Vie qui parraine efficacement notre séminaire sur le plan spirituel. Le P. Marie-Eugène a eu l’intuition de donner au clergé diocésain une spiritualité fondée sur l’oraison carmélitaine. Notre Archevêque en est mordu. Nous la pratiquons tous les jours dans notre maison de formation. A notre époque très agitée par toutes sortes de bruits et de médias toujours plus nombreux et envahissants, il urge qu’on se forme au silence intérieur. Le cadre dans lequel le séminaire est implanté s’y prête.

    La prière intérieure et la formation intellectuelle n’empêchent pas le travail des mains. Cette année, nous avons développé un peu plus l’élevage. Aux lapins, volailles et cochons s’ajoutent désormais les moutons et même un pigeonnier. Les abeilles sont venues habiter les ruches et nous avons pu faire notre première récolte de miel ; elle a été donnée à notre Archevêque. L’acquisition d’une clôture électrique solaire a permis de mieux maîtriser nos bœufs qui nous aident beaucoup pour les labours.

    Les constructions vont bon train avec l’ouverture de trois chantiers : d’abord la grande salle polyvalente au-dessus de la bibliothèque, ensuite un bâtiment de 30 chambres avec 6 logements de professeurs répartis sur trois niveaux, et enfin un module de trois salles de classe. Merci à l’AED (Aide à l’Eglise en Détresse), à la Conférence épiscopale italienne, à Missio en Allemagne. La Divine Providence suscite beaucoup de générosité autour de nous. Elle nous rassure que ce combat que nous menons pour former des prêtres missionnaires ouverts et solides n’est pas le nôtre mais le sien.

    A tous, partenaires, bienfaiteurs particuliers du Bénin et d’Europe (France, Italie, San Sebastian), amis qui venez nous visiter et nous encourager, nous souhaitons un joyeux Noël et une sainte Année 2017, vous assurant d’implorer l’Enfant divin de la crèche pour chacune de vos familles.
                                            R.P. Denis Le PIVAIN
                                            Recteur de "Providentia Dei"


Nouvelles de famille
- Le Père Léonard GORAGUI est revenu de Nantes, après un peu plus d’un an de séjour là-bas. Nous remercions l’Evêque et le diocèse de Nantes qui se sont bien occupés de sa santé.

- Le Vicaire Général (Père Benoit Bertrand) et les Vicaires  épiscopaux de Nantes (Père François Renaud et Regis) sont venus célébrer les fêtes de Noël avec nous dans le cadre de notre partenariat. Nous apprécions au plus haut point cette preuve d’amitié. "Aimer c’est voyager". Ils sont allés jusqu’à Ténonrou, vrai Bénin profond. Quel mérite !

- Le Père Don Diègue, GUEDOU BADE, osfs, vient d’être déclaré Docteur en philosophie par la faculté de philosophie de l’Université Catholique de Lyon. Il interviendra au Grand séminaire diocésain "Providentia Dei". Merci à lui et à ses Supérieurs majeurs.

- Nous remercions le Père Bruno LECOIN, Provincial des Oblats de saint François de Sales, venu nous visiter.
 
- Merci à notre Caritas diocésaine qui s’intéresse de plus en plus au Bénin profond. Que tous les bienfaiteurs comme le GMM (Groupe Missionnaire de Merano) soient vivement remerciés, surtout pour l’eau dans les écoles et les hameaux.

- Enfin les Communautés chrétiennes bariba bougent. Rendons grâce à Dieu. Aidons-les à construire des églises plus spacieuses, car celles qui existent sont devenues trop petites.

- La "gani" des chrétiens sera désormais célébrée chaque année en la solennité du Christ-Roi de l’univers, au sanctuaire marial. Nous voulons inculturer cette fête païenne de la "gani".

- Nous avons vivement apprécié la visite de Sœur Chantal Julie ALAKPA, nouvelle Supérieure Générale des Sœurs ocpsp.

- Le livre "Catéchèses prophétiques d’un évêque africain" est disponible à la Librairie catholique au prix provisoire de 5.000f. Dans quelques semaines ce sera plus cher.

N.B. Le 10 janvier, c’est la fête de toutes les familles. Grand rendez-vous toute la journée à Komiguéa. Notre Mère du ciel et notre protectrice nous attend tous sur son sanctuaire. La nouvelle statue en béton sera bénie le 9 janvier à 16h. On recevra beaucoup de grâces.

 


Quelques dates
2 janv.        : Les bureaux de la Curie diocésaine sont fermés.

8 janv.        : Fête de l’Epiphanie, sainte messe à 9h au Monastère l’Etoile Notre-Dame.
        - Quête impérée pour l’Enfance Missionnaire.

9-10 janv.    : Fête de Notre-Dame de Komiguéa. Messe à 10h00 au sanctuaire marial, précédée  d’une conférence à 8h sur "la prière en famille et dans les groupes de prière".

11-15 janv.    : A Cotonou pour la session ordinaire de la Conférence Episcopale du Bénin.

16-22 janv.    : Retraite spirituelle des Novices PSP à "Providentia Dei". Elles viendront du Togo.

23-27 janv.    : Session de l’UCB à Ouidah (Union du Clergé du Bénin).

23 j-2 fév.    : A Rome, rencontre des Evêques amis de la Communauté de Sant’ Egidio.

N.B. : 4 fév     : Tous à Ténonrou (Africæ Munus) pour la fête des consacré(e)s. Messe à 10h. Les deux   pasteurs Romuald GNANGNON et Gilles KIMBA s’y adaptent très bien et nous attendent.
BONNE ANNEE. SAINTE ANNEE 2017

                               

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin