Imprimer

 "Je tiens à vous rappeler que la célébration "versus orientem" est autorisée par les rubriques du Missel (de Paul VI), qui précisent les moments où le célébrant doit se retourner vers le peuple. Il n’est donc pas besoin d’autorisation particulière pour célébrer face au Seigneur" Card. Robert SARAH. Et voilà le vieux débat relancé. Le prêtre à l’autel doit-il faire face au peuple, ou se tourner avec les fidèles, vers l’Orient, le Soleil levant ? L’auteur du grand livre "Dieu ou rien" tranche dans le vif : "Le Concile n’a jamais demandé de célébrer face au peuple".
    La première fois où j’ai eu le privilège de concélébrer avec le Pape Jean-Paul II, dans sa chapelle privée au Vatican, l’autel était collé au mur. Nous tous (les célébrants et le peuple) étions tous tournés vers la même direction, vers l’autel pour la célébration du Saint Sacrifice. Quel recueillement ! J’en ai été marqué pour la vie. Depuis ce jour, j’ai toujours été insatisfait de la position des autels qu’on met entre le prêtre et le peuple, où on se fait face à face. On m’avait toujours dit que c’était le Concile Vatican II qui l’avait décrété. Un autre argument qu’on donne souvent c’est que, ce n’est pas poli de célébrer la messe "dos au peuple". Mais là, en 1989, j’étais dans la chapelle du Pape Jean-Paul II, qui lui aussi a participé au Concile. Et le Pape, ce "roc inébranlable", ne pouvait pas cultiver ce qui est indécent et manquer de courtoisie au Peuple de Dieu. Alors que penser ?
    J’en étais là quand un jour, j’ai découvert un livre d’une grande valeur. Voici ce que j’y ai lu : ‘‘Après le Concile (qui lui-même ne mentionne pas de se tourner vers le peuple), on disposa partout de nouveaux autels tant et si bien que l’orientation de la célébration ‘‘versus populum’’ (face au peuple) paraît aujourd’hui la conséquence du renouveau liturgique voulu par le Concile Vatican II’’’. Ceci est un extrait de L’esprit de la liturgie, du Cardinal Joseph Ratzinger, devenu le Pape Benoît XVI. Plus loin, il écrit ceci : ‘‘En revanche, l’orientation commune vers l’est pendant le Canon (ou Prière Eucharistique) demeure essentielle. Il ne s’agit pas d’un élément accidentel de la liturgie. L’important n’est pas de regarder le prêtre mais de tourner un regard commun vers le Seigneur. Il n’est plus question ici de dialogue mais d’une commune adoration’’. Et l’ancien Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi conclut son plaidoyer par cette nuance : "il n’est justement pas question de fuir dans un passé romantique et lointain, mais de redécouvrir l’essence de la liturgie chrétienne".
    Effectivement le Concile Vatican II ne donne aucune directive sur la position du prêtre à l’autel. C’est donc sur la base d’une erreur d’interprétation de la position de la basilique saint Pierre, que des liturgistes, après le Concile, ont exhorté abondamment à l’habitude de célébrer face au peuple: « Pour des motifs purement topographiques, dont nous ne donnerons pas les détails, il se trouve que l’abside de la basilique Saint-Pierre de Rome fait face à l’Ouest. Si le prêtre  célébrant en conformité avec la tradition de prière chrétienne voulait faire face à l’est, il devait logiquement se tourner vers le peuple. Sous cette influence, certains architectes reprirent cette disposition dans plusieurs églises, ce qui donna valeur de référence à cet usage. Au XXe siècle, le renouveau liturgique s’empara de ce modèle hypothétique pour élaborer un nouveau concept : la célébration de l’Eucharistie "versus populum" (vers le peuple) ; de ce fait l’autel, selon la "norme" de saint Pierre, devait être exposé de telle sorte que prêtre et peuple se regardent l’un l’autre pour former ensemble le cercle des célébrants. Cela seul, pensa-t-on alors, pouvait correspondre à l’esprit de la liturgie chrétienne et à la consigne de la participation active, et rendre ainsi la célébration liturgique moderne fidèle au prototype de la sainte Cène»  (L’esprit de la liturgie p.65). Or, la prière liturgique vers l’Orient tient compte non seulement de la tradition depuis l’origine du christianisme mais aussi du cosmos. Cette position tient compte du passé et nous dispose à marcher vers le règne du monde à venir. Certes, cette position n’est plus obligatoire depuis le XVI siècle, mais on a intérêt à la redécouvrir : "L’orientation des églises a cessé d’être obligatoire au XVIe siècle ; mais à moins de raisons particulières, il est préférable de suivre la tradition à ce sujet. Cette orientation rappelle que nos cœurs doivent se tourner vers Jésus-Christ, le divin Soleil de justice, le vrai Soleil venu du ciel pour nous visiter" Collection Encyclopédie de la foi, La Liturgie, Clovis 2004, p.40.
La liturgie orientée est commune à plusieurs religions
    Entre nous, quand nous regardons les musulmans, l’imam et ses fidèles, tous se tournent vers l’est, vers la Mecque, pour prier. Quand nous regardons du côté de la Religion Traditionnelle Africaine, c’est la même chose : le sacrificateur et ses adeptes se tournent tous vers ce qui représente la divinité (une montagne, une source, un arbre etc.) pour offrir leur sacrifice à Dieu. Personne ne pense que le sacrificateur tourne le dos aux autres.  Dans l’Ancien Testament, toutes les synagogues étaient orientées vers le Temple de Jérusalem. Toutes les grandes religions se tournent vers quelque chose de sacré ou vers quelque divinité. L’homme qui n’est pas un pur esprit  a besoin de cette orientation, même si Dieu est partout. Je me demande si l’inculturation liturgique en Afrique ne devrait pas commencer par l’orientation et la position du prêtre sacrificateur à l’autel ?
    Un dernier témoignage, et non des moindres, puisqu’il vient de celui à qui le Pape François a confié la liturgie dans l’Eglise, j’ai nommé le Cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la discipline des Sacrements. Il appelle à une conversion intérieure pour remettre Dieu au centre de la liturgie : « Se convertir, c’est se tourner vers Dieu. Je suis profondément convaincu que nos corps doivent participer à cette conversion. Le meilleur moyen est certainement de célébrer - prêtres et fidèles - tournés ensemble dans la même direction : vers le Seigneur qui vient. Il ne s’agit pas, comme on l’entend parfois, de célébrer le dos tourné aux fidèles ou face à eux. Le problème n’est pas là. Il s’agit de se tourner ensemble vers l’abside qui symbolise l’Orient où trône la croix du Seigneur ressuscité. Par cette manière de célébrer, nous expérimentons, jusque dans nos corps, la primauté de Dieu et de l’adoration. » Et le Cardinal de proposer concrètement cette orientation commune « au moins pendant le rite de la pénitence, pendant le chant du Gloria, les oraisons et la prière eucharistique » (Entretien donné à l’hebdomadaire Famille Chrétienne n° 2002, du 28 mai 2016). J’ajouterais aussi pendant la prière universelle.
    Nous avons droit à la vérité. Car très souvent l’ignorance, les idéologies de courte vue, et le manque d’information objective créent et  entretiennent un climat de suspicion et même de mépris envers les gestes et les symboles à promouvoir. Et cela est préjudiciable au silence sacré, à la vie intérieure et à l’unité des cœurs.
    Parfois, l’orientation commune vers l’Orient n’est pas possible. Que faire ? Le Cardinal Ratzinger, dans ce cas, nous recommande de regarder tous vers la Croix placée au milieu de l’autel. Elle rappelle le calvaire. Il faut qu’elle soit grande et visible de loin. Elle doit avoir de la "personnalité" sur l’autel et même s’imposer. Le Seigneur est le point de référence pour le prêtre et les fidèles. Tournons-nous vers Lui. Il est le Soleil levant de l’histoire, la lumière sans déclin, le Soleil éternel qui oriente nos vies. Il reviendra. Et nous marchons vers lui à sa rencontre.

 +Pascal N’KOUE
  Omnium Servus

 


LES AFFECTATIONS DE JUIN 2016
1- R.P. René DOGNON est nommé Curé de la paroisse saint Laurent de Wansirou.
2- R.P. René VIEYRA va à Rome pour des études en Lettres chrétiennes et classiques, à l’Université salésienne.
3- R.P. Arnaud CHOGOLOU est nommé Econome diocésain.
4- R.P. Fulgence MEHOUENOU est nommé Directeur du Centre Pastoral et Responsable de la formation des catéchistes avec R. P. Tiburce APOVO comme Adjoint pour la formation des catéchistes.
5- R.P. Roland OKRY est nommé Professeur au Séminaire Notre-Dame de Fatima.
6- R.P. Augustin TOSSOU est nommé Vicaire  à la paroisse saint Joseph d’Alaga.
7- R.P. Joseph AGANI est nommé Vicaire à la paroisse saint Joseph MUKASA de Bétérou.
8- R.P. Angelo CODJIA est nommé Vicaire à la paroisse sainte Rita de Tchatchou.
9- R.P. Adolphe AGANI est nommé Professeur au Séminaire saint Pierre de Natitingou.
10- R.P. Jacques KOTOKO est envoyé à San Sebastian (Pays Basque) comme prêtre fidei donum.
11- R.P. Fortuné GONSALLO est nommé Curé de la paroisse saint Martin de Papané.
12- R.P. Gildas TONOUKOUIN est nommé Recteur du séminaire pré propédeutique.
13- R.P. Maxime HENNOU est nommé Vicaire à la paroisse Notre-Dame de Lourdes d’Albarika.
14- R.P. Romuald GNANGNON est nommé Directeur de "Africæ Munus" à Ténonrou  et R.P. Gilles KIMBA, Adjoint.
15- R.P. Patient SEKO est nommé Recteur du Sanctuaire marial Notre-Dame de Komiguéa et Responsable des messes dominicales en bariba à Guèma.
16- R.P. Edgar VIGAN est nommé Responsable de la Commission diocésaine de la Famille et des laïcs, ayant comme adjoint le Couple Clément YARGO et son épouse.
17- R.P. Albert DAKIN est nommé Collaborateur paroissial à Titirou.
18- R.P. Moïse DEGODO est nommé Vicaire à la paroisse saint Dominique Savio de Nima.
19- R.P. Kisito VODOUNON est nommé Responsable diocésain de la Communauté anglophone. Résidence à la DDEC.
20- R.P. Laurent GUIMON (de Versailles) est nommé Aumônier des Contemplatives de Jésus Eucharistie.
21- Rde Sœur Rose ATIWASSONOU, FCSCJ, est nommée Adjointe à la Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique.
22- R.P. Dieudonné AHYITE est nommé Professeur à au Grand Séminaire "Providentia Dei".
23- R.P. Fulgence MEHOUENOU est nommé Responsable de la Communauté chrétienne de Bah-Mora.
24- R.P. Yaceinth KOCHONI est nommé Responsable de la Communauté chrétienne de Sanson (Paroisse de Bétérou).
25- Diacre Norbert AGOSSOU fera son stage diaconal à la paroisse sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Tchaourou.
26- Jules AKPO et Yves Enagnon AÏDOMONHAN seront ordonnés diacres le 6 août 2016 à la Cathédrale, à 9h30.
N.B. Toutes les nominations prennent effet le 1er septembre 2016.
 
Nouvelles de famille

- Le mois de juillet est celui du Précieux sang de notre Seigneur. Il prolonge le mois du Sacré-Cœur.

- Ce 26 juillet, j’aurai 30 ans de vie sacerdotale. Je remercie la sainte Trinité, la Vierge Marie et tous les saints. Je remercie tous ceux et celles qui m’ont porté dans l’affection et la prière. Mon cœur est plein de gratitude. Continuez de porter avec moi la belle mission que Dieu m’a confiée dans ce diocèse.

- Je recommande vivement l’interview du Card. Robert SARAH sur l’Eucharistie, publiée dans "Famille Chrétienne" n°2002. Son grand souci est de remettre Dieu au centre de la liturgie.

- Les vacances sont un moment privilégié pour se ressourcer. Les lectures des saintes Ecritures, des livres qui vous transforment, de longs moments de prière, le travail manuel, le champ, le sport, le temps avec la famille ou avec des amis : tout cela est nécessaire pour résister aux nombreuses pollutions morales et spirituelles.

- Nous accompagnons de nos prières et bénédictions les nombreux jeunes de notre diocèse qui partent pour les JMJ en Pologne. Merci au diocèse de Nantes qui les accueillera pendant quelques jours. Vive le partenariat entre Nantes et Parakou. Moi-même je m’y rendrai à la fin du mois d’août.

-Bénissons le Seigneur pour l’Archevêque nommé de Cotonou, en la personne du Frère Roger HOUNGBEDJI, dominicain. Prions pour qu’il soit le pasteur de tous !

- Quatre séminaristes, en fin de cycle de philosophie, iront en stage canonique d’un an. Il s’agit de : Wilfrid YAÏ à Providentia Dei ; Innocent ADJAGBA au Centre Notre-Dame du Refuge (Komiguéa) ; Sanson MEHOU au séminaire Notre-Dame de Fatima ; Martin BALEMINAM à la Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique.

- Le 19 octobre 2016 : Assemblée Générale de l’année pastorale. Le thème sera : "Prière et engagement".

- Mère Abbesse de l’Etoile Notre-Dame remercie tous les prêtres qui se sont organisés pour remplacer leur aumônier pendant ses vacances. Les prêtres aussi remercient les moniales.
Quelques dates
2 juillet    : Au Grand Séminaire  "Providentia Dei" : Rencontre avec tous les séminaristes du diocèse.

3 juillet    : Célébration dominicale avec les séminaristes à Gaah-Baka.

5-7 juillet    : Formation au Centre UNIV pour les accompagnateurs conjugaux. La session concerne toute  personne qui ressent un appel à œuvrer pour la paix en faveur des couples et familles. Pour plus   d’information, appeler le 95 21 93 04.
          
10 juillet    : Confirmations à l’Université de Parakou à 9h30.

11-31 juillet    : Au Grand Séminaire  "Providentia Dei" : permanence !

15-19 juillet    : Arrivée des amis Allemands pour un tournage au profit de l’hôpital ophtalmologique de Tinré.

17 juillet    : Rencontre avec les marguillers au Centre Pastoral Guy Riobé. Messe à 9h.

25 juillet    : A Bohicon pour les 40 ans d’épiscopat de Monseigneur Nestor ASSOGBA. Prions pour lui.

26 juillet    : Ouverture du chapitre général des Sœurs ocpsp à Calavi. Prions pour elles.

30 juillet    : A 9h30 : Vœux perpétuels de la Sœur Elfried ADJINAKOU et des noces d’argent des Sœurs   Elisabeth ZOSSOUNGBO et Pauline DOSSEH, à la paroisse Marie Auxiliatrice.
N.B. : Le 6 août 2016, à 9h30 à la Cathédrale nous aurons trois ordinations presbytérales et deux ordinations     diaconales.
    - Le pèlerinage national de Dassa aura lieu du 19 au 21 août 2016. L’invité sera le Cardinal Philippe  OUEDRAOGO, Archevêque de Ouagadougou.