(Extrait de l’Homélie du 8 août 2015)
    Bénissons le Seigneur pour ce diocèse sympathique, joyeux et épanoui. Bénissons le Seigneur pour cette terre où Jésus-Christ fait des merveilles en cette année de la vie consacrée. Bénissons le Seigneur pour les vocations sacerdotales en augmentation.

    Ce matin, nous célébrons les deux premiers degrés du sacrement de l’ordre : Le diaconat et le presbytérat. Bénissons Dieu pour les familles de Norbert qui sera ordonné diacre, et de Luc et Oscar, deux religieux, qui seront ordonnés prêtres. Bénissons Dieu pour leurs formateurs et pour leurs bienfaiteurs. Bénissons Dieu pour l’apostolat des Oblats de saint François de Sales dans notre diocèse.   
    Je voudrais saluer tous les consacrés en cette année qui leur est dédiée. Ils suivent le Christ d’une façon particulière, de manière exemplaire et permanente. Comme les apôtres, ils ont tout quitté pour demeurer avec lui et se mettre à son service et au service des hommes. Nous bénissons le Seigneur pour les Instituts présents dans ce diocèse. Certains s’adonnent à la contemplation (monastères), d’autres aux œuvres d’apostolat (enseignement, soins, catéchèse, promotion humaine etc.). Nous rendons grâce pour les vierges consacrées. Toutes ces vies données au Seigneur dans l’obéissance, la chasteté et la pauvreté aident l’évangile à se propager dans le monde. Bénissons le Seigneur qui suscite toutes ces vocations dont l’Eglise a besoin.
   
    Chers amis, ayez la force et le courage d’annoncer l’évangile. Je le demande à tous les pasteurs. On ne peut pas se contenter d’une pastorale de l’entretien. S’occuper de ceux qui viennent nous voir c’est bien, s’occuper de ceux qui sont déjà chrétiens c’est une bonne chose. Mais n’oublions pas les brebis perdues, les chrétiens refroidis ou tièdes, les brebis sans défense, les non chrétiens. Laissons-nous brûler par le feu de l’Esprit-Saint. Et annonçons la beauté et la saveur exquise de l’évangile avec ardeur, à temps et à contre temps, hors de nos cercles protégés. Autour de nous, beaucoup ne connaissent pas encore Jésus, beaucoup ne savent pas faire le signe de la croix. Comment voulons-nous qu’ils s’aiment comme Jésus nous a aimés. Il faut les évangéliser, pas seulement dialoguer. L’évangile c’est la paix, l’amour, l’union de Dieu avec l’humanité pour notre salut. Le Pape Benoît XVI nous l’a répété lors de sa visite au Bénin en novembre 2011 à Cotonou. Tous dans l’Eglise doivent aller vers tous :    "En aucune façon, l’Eglise ne peut se limiter à une pastorale de l’entretien en faveur de ceux qui connaissent déjà l’Evangile du Christ. L’élan missionnaire est un signe clair de la maturité d’une communauté ecclésiale".

    Ayons donc le courage d’aller à contre courant pour dire la volonté de Dieu sur l’homme. Jésus est le seul Sauveur. Il n’y en a pas d’autre. Il n’y en aura pas d’autre. Ses paroles sont esprit et vie. Le ciel et la terre passeront. Ses paroles ne passeront pas. Il est la route officielle pour aller vers Dieu, le Père. Nul ne va au Père sans passer par lui. Ne prenons donc pas pour modèle le monde présent qui relativise tout en disant "toutes les religions se valent, toutes les Eglises sont pareilles, partout c’est le même Dieu". Faux ! Jésus a interpellé Pierre en ces termes : "Tu es Pierre et sur cette Pierre, je bâtirai mon Eglise". Il n’a pas dit : "Je bâtirai une de mes Eglises parmi tant d’autres". Et il a ajouté une promesse : "les forces de l’Hadès ne pourront rien contre elle". L’Eglise de Pierre est catholique, même si Dieu est Père de chacun et de tous. Souvenez-vous de la réponse de la Vierge Marie, notre Mère du ciel, lors d’une de ses apparitions à Quibeho au Rwanda. A la question d’une voyante : "Quelle est la véritable Eglise ". La Vierge, dans sa grande délicatesse, ne voulant blesser personne, a cependant répondu clairement : "Voyez vous-mêmes l’Eglise dans laquelle j’apparais". Cette Eglise est celle de Pierre.

    Réveillons donc en nous la foi de l’Eglise, des premiers apôtres, des témoins, des martyrs. N’ayons pas peur de faire campagne pour Jésus. Tous les hommes ont besoin de lui, tous ont le droit d’être évangélisés. Dieu veut le salut de tous. Donnons le goût de Dieu à tous. Soyons frères et sœurs, solidaires de tous, mais surtout évangélisateurs, spécialement des pauvres, de petits, des fragiles dans leur corps et dans leur âme. Cela n’est possible que si nous pouvons dire comme saint Paul : "Pour moi, vivre, c’est le Christ. Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi".

    Chers Oscar et Luc,    jusqu’à présent, on vous appelle Frères. A partir d’aujourd’hui, après l’imposition des mains et la prière consécratoire, vous serez des prêtres et on vous appellera "Révérends Pères", mais Jésus vous appellera "amis". Quand une grande personne vous appelle amis, ça fait chaud au cœur, n’est-ce pas ? On se sent grandi et valorisé. Imaginez que c’est Dieu lui-même, en chair et en os, le Souverain Prêtre et Sauveur qui vous appellera ainsi. Devinez la douceur de sa voix. Il est sincère, il est tellement vrai qu’à partir d’aujourd’hui, après chaque prière eucharistique, lorsque vous prononcerez sur le pain et le vin ces paroles sublimes : "ceci est mon corps, ceci est mon sang", le pain se changera en son corps et le vin en son sang. Mystère des mystères de la dernière cène ! Jésus a osé nous confier ce grand pouvoir, malgré nos limites, nos faiblesses, nos péchés ! Il aurait dû le confier aux anges. Quel risque ! C’est à nous qu’il a confié l’Eucharistie et l’Eglise, son Eglise qu’il veut pure, sans tâche, resplendissante et sainte. Ce n’est pas banal. Vous comprenez que cet honneur ne peut pas venir de nos mérites. Car sans Lui, nous ne pouvons rien faire.

    Et donc, il vous reviendra de célébrer la Parole de Dieu, de sanctifier "in persona Christi" le peuple de Dieu. Jésus a quand même posé une condition pour être ses amis : "Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande" (Jn 15,14). Que lui-même vienne à notre secours. Parce que ce n’est pas facile.

    Les prêtres sont un don exceptionnel de Dieu, un pur don de sa miséricorde. Ils ne peuvent pas déléguer leurs pouvoirs et leurs fonctions aux laïcs en ce qui concerne leurs missions propres. Quel privilège ! Je le répète : Les prêtres sont nécessaires et indispensables partout. Ils doivent travailler avec foi, zèle et dévouement pour la santé de la société. "Qui connaît mieux les hommes d’aujourd’hui que le prêtre ? Les hommes viennent souvent voir le prêtre, dans la sincérité, sans masque. Ils ne viennent pas avec des prétextes, mais avec des situations de souffrance, de maladie, de mort, avec des difficultés familiales. Ils viennent au confessionnel sans masque, tels qu’ils sont réellement. Aucune autre profession ne donne cette possibilité de connaître l’homme tel qu’il est dans son humanité" (Benoît XVI).

    Le saint Curé d’Ars le disait avec plus de passion spirituelle : "Le prêtre n’est pas prêtre pour lui. Il ne se donne pas l’absolution. Il ne s’administre pas les sacrements. Il n’est pas pour lui, il est pour vous. Le sacerdoce c’est l’amour du cœur de Jésus. Quand vous voyez un prêtre, pensez à notre Seigneur".

    Chers Luc et Oscar, comme saint François de Sales, champion de la spiritualité des laïcs et de la sainteté du mariage, vous serez chargés d’introduire la vie dévote dans tous les âges et les états de vie : les enfants, les étudiants, les commerçants, les journalistes, les policiers et bien sûr les coureurs du marathon salésien que vous organisez chaque année. Sa spiritualité est celle de la bonté de Dieu. "Rien par force, tout par amour", "Rien ne peut empêcher Dieu de nous aimer", disait-il. Nos péchés, nos faiblesses, nos limites peuvent concourir à nous rendre plus humbles et plus ouverts aux secours miséricordieux de Dieu. Et c’est à juste titre que saint François de Sales, ce doux docteur de l’Eglise, est aussi appelé docteur de l’amour. Vous avez de qui tenir.

    Prenez de plus en plus votre place dans l’apostolat de ce diocèse qui attend beaucoup de vous. Œuvrez de toutes vos forces pour que Jésus-Christ soit connu et aimé. Notre diocèse doit être une Eglise "en sortie", expression chère au pape François. "Je préfère, dit le Pape, une Eglise accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu’une Eglise malade de son enfermement". Il faut que cela devienne une préoccupation pour tout prêtre, tout baptisé.

    Et oui, la mission universelle concerne tous les hommes, toutes les femmes, toujours et partout. La mission renouvelle nos communautés, nos familles et nos mouvements catholiques. La mission renouvelle l’Eglise, renforce notre foi et notre identité chrétienne. La mission donne un nouvel enthousiasme à ceux qui s’éteignent ou sont déjà éteints. La mission rajeunit le cœur et l’âme. La mission rend heureux. Et qui ne veut pas être heureux ? Que la Vierge Marie, Mère de Dieu et notre Mère, protège votre sacerdoce et vous bénisse.

LE MARIAGE, C’EST CHOUETTE !
    Du 4 au 25 octobre 2015, l’Eglise universelle tiendra à Rome un synode sur la famille. Alors parlons-en. Ne soyons pas victimes de l’opinion publique. Un couple marié c’est fabuleux ! Il s’agit d’un homme et d’une femme qui se donnent l’un à l’autre pour toujours. Les sangs se mélangent. Les alliances entre familles se tissent. Se marier c’est s’enrichir. "Celui qui a pris femme a commencé à s’enrichir ; il a une aide semblable à lui, une colonne pour s’appuyer" (Si 36, 24).

    Alors pourquoi se crisper tant sur les divorcés et remariés, pourquoi se raidir sur les échecs amoureux, pourquoi ne voir d’abord que les problèmes amers, les abus sexuels, pourquoi se déprimer tout le temps face aux caricatures de l’amour conjugal ? Il y a quand même des couples heureux. Allons, allons, faisons d’abord l’éloge du mariage. Et rappelons avant tout que Dieu est Amour. Il est l’époux de l’humanité. L’amour vient de Dieu. L’homme et la femme créés à l’image de Dieu et  devenant une seule chair, ce n’est pas banal. Abraham et Sarah, Thriphène et Thriphose, Booz et Ruth, Elqana et Anne, la Bible nous les présente comme des couples heureux. Plus près de notre ère il y a Louis et Zélie MARTIN. Et que dire de Joseph et de Marie ? Chaque couple est unique au monde. Le mariage est une bénédiction. Et si Dieu donne des enfants, on les accueille joyeusement. Et on les éduque divinement.
    L’amour est vraiment une irradiation de Dieu. Il inclut la fidélité et la confiance. Et donc pas de tricherie. Plus le couple s’aime, plus il monte vers Dieu ; c’est comme une belle ascension vers le ciel à travers chants, épreuves et sacrifices. Puisque l’homme parfait n’existe pas. La femme parfaite non plus. Voilà pourquoi il faut souvent s’asseoir et se parler tendrement. La communication dans la vérité et l’amour  c’est le meilleur remède contre l’individualisme, l’isolement, la tristesse, l’angoisse et le divorce qui peuvent conduire au suicide. Le mutisme, les soupçons, la jalousie, le refus de pardonner empoisonnent et étouffent l’amour. Aimer, par contre, c’est faire sourire l’autre, vouloir du bien à l’autre pour lui-même, avec la volonté de l’épanouir et de le rendre heureux. "Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir". Cet amour vitalise celui qui le donne et guérit l’autre de toute maladie et de toute blessure. Cet amour-là grandit notre humanité. Car aimer comme Jésus-Christ, c’est vouloir être mangé par l’autre, c’est chercher à rassasier l’autre, à le combler de ses gentillesses, en étant à son écoute pour éviter de le gaver. Il risquerait l’indigestion qui nuit à l’amour. En effet, le christianisme apporte à la société l’indissolubilité du mariage qui se colore de la référence à l’Alliance du Christ et de l’Eglise. Même dans la relation conjugale, pour bonifier et tonifier l’amour, l’Eglise exhorte à la chasteté et non à la sexualité débridée avec tous ses fantasmes. C’est cela aimer de l’amour de Dieu.
     Le mariage c’est chouette ! Le premier miracle de Jésus c’était au cours d’un mariage, aux noces de Canan. C’est un patrimoine de l’humanité. Sans mariage, pas de famille. La famille est le lieu privilégié où l’homme apprend à donner et à recevoir de l’amour. La famille c’est la sécurité des enfants, le pilier central de la société, l’intermédiaire incontournable entre l’individu et la société. Et que dire de l’Eglise domestique ? Une famille qui prie ensemble, un couple qui va à la messe ensemble, à la réunion des parents d’élèves ensemble, au sacrement de pénitence ensemble, à la retraite spirituelle ensemble etc., Satan n’arrive pas à le déstabiliser. Dieu dans la vie du couple c’est la vraie solution.
    Couples, investissez abondamment et joyeusement dans l’attention réciproque ! N’arrêtez pas votre formation continue. Avec le Christ et sa sainte Mère vous ferez des prouesses pour la gloire de Dieu, pour votre salut et celui de la société.

 +Pascal N’KOUE
  Omnium servus    

 


Nouvelles de famille

  - Bienvenue aux nouveaux et bon retour aux anciens. Bonne rentrée des classes aux élèves et étudiants.

- Nous remercions le Cardinal Robert SARAH qui nous a tant édifiés par ses paroles et son témoignage.

- L’Archevêque de Niamey, Monseigneur Laurent LOMPO, est passé nous saluer. Merci.

- Le 15 août dernier, nous avons eu la joie de célébrer les noces d’or de vie contemplative de Sœur Marie-Joseph TIANDO à l’Etoile Notre-Dame ; c’est la doyenne des moniales africaines.

- Du 19 au 28 septembre : VIIIe rencontre mondiale des familles à Philadelphie. A Parakou, le Centre UNIV convoque toutes les familles au sanctuaire marial de Komiguéa le 27 septembre.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

- L’Eglise universelle célèbre un jubilé extraordinaire de la Miséricorde : les finalités sont clairement exposées dans la bulle d’indiction "Misericordiae vultus". Le texte est disponible à la librairie saint Paul.

- Les directeurs des écoles catholiques sont priés de s’adresser à l’imprimerie diocésaine sainte Anne pour la commande des cahiers. Le Directeur de l’imprimerie, Célestin TOSSOU, et son équipe font des merveilles. Ils méritent nos encouragements.

- L’introduction de saint Joseph dans les Prières Eucharistiques est décrétée comme suit :
 • P.E.II Avec la Vierge Marie, … avec saint Joseph, son époux, les Apôtres…
 • P.E.III Auprès de la Vierge Marie, … avec saint Joseph, son époux, les Apôtres...
 • P.E.IV Auprès de la Vierge Marie, … auprès de saint Joseph, son époux, des Apôtres.

- Le mois d’octobre est celui du rosaire et en même temps celui des missions. "Par l’Ave Maria, le péché se détruira". Récitons le chapelet avec recueillement. Nous avons le sanctuaire Notre-Dame de Komiguéa à construire, je compte sur votre générosité filiale envers la Reine des familles et notre Mère du ciel.

- Du 4 au 25 oct. : Synode à Rome sur la famille. Portons dans la prière tous les Pères synodaux. L’Evêque d’Abomey représentera le Bénin.

- Le thème de cette année pastorale est : "Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes" : la vocation, comme expression de la miséricorde de Dieu.


Quelques dates


7sept.-2 oct.     : Les bureaux de la Curie sont fermées pour raison de vacances.

3oct.        : Conseil Permanent de la Conférence Episcopale  à Cotonou.

4 oct.        : Retour à Parakou.

10 oct.        : A 9h : Vœux perpétuels chez les Contemplatives de Jésus Eucharistie.

11 oct.        : Messe et bénédiction de la bibliothèque et du réfectoire à "Providentia Dei", à 9h30.

15 oct.        : Bénédiction de l’école primaire des Salésiennes Missionnaires de Marie Immaculée.

17 oct.        : Action de grâce à saint Joseph pour les 50 ans de vie religieuse de Sœur Jeanne d’Arc, nda.

18 oct.        : Journée mondiale des missions. Canonisation de Louis et Zélie MARTIN, parents de sainte Thérèse de Lisieux. A 10h : Confirmations à Konkomba (Kika). Quête impérée.

20 oct.      : Conseil presbytéral à l’Archevêché, à 9h30.
          - Réunion du presbyterium au Centre Pastoral, à 16h.

21 oct.     : Assemblée Générale des agents pastoraux au Centre Pastoral, à 9h. Que les prêtres  viennent avec leurs vêtements liturgiques. Aucune célébration ne devrait être                   programmée dans l’après-midi sur les paroisses.

25 -28 oct.    : Session ordinaire de la Conférence Episcopale à Dassa.

N.B.         : Le Conseil diocésain pour les affaires économiques aura lieu le 3 novembre 2015.


                                  ABONNEMENT POUR UN AN
  A Parakou : 1.000 frs
≈   Au Bénin : 2.000 frs
≈    A l’extérieur : 10 euros
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. /www.diocese-parakou.org

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin