Les contemplatives de Jésus Eucharistie que j’appelle affectueusement " nos moniales diocésaines" sont en train de se construire un petit monastère modeste à Boko. Elles sont un rameau sorti de l’arbre verdoyant des moniales cisterciennes venues de l’Abbaye de Notre-Dame des Gardes (France). Quel bel héritage ! Nous avons demandé à Mère Patricia, la fondatrice, de nous raconter un peu leur aventure. Ecoutons-la plutôt et savourons son style simple et sans détour.

    Entrée au couvent cistercien de l’Etoile Notre-Dame de Parakou le 20 août 1985, j’en sortis en mars 1991, suite aux ennuis répétés de santé. J’avais écrit à Monseigneur Nestor ASSOGBA, alors Evêque de Parakou, pour lui proposer de me permettre de faire mon expérience de vie monastique, centrée sur l’adoration du Très Saint Sacrement, dans le monastère de Zagnanado qui est à six kilomètres de la maison de mes parents. Comme Zagnanado est dans un autre diocèse, il me demanda de m’adresser à Monseigneur AGBOKA, que je ne connaissais pas. Trop compliqué pour moi. Après plusieurs mois de prière cherchant la volonté de Celui qui m’a appelée, je suis allé vivre mon expérience dans la ferme de ma mère à 25 km de chez moi. Je pris conseil d’un prêtre qui m’encouragea… Puis je revins à Parakou le 29 septembre 1993. Monseigneur ASSOGBA revenait de Rome. Le lendemain matin, il me reçut dans son bureau. Il me demanda comment je voulais organiser ma vie. Je le lui expliquai. Il reçut mes premiers vœux d’adoration ce même jour du 30 septembre 1993 dans la petite chapelle de l’Evêché, à côté de son bureau. Il me bénit et promit de me trouver un lieu pour ce projet de Dieu qui allait germer dans son diocèse.

    Sept mois après cet événement, en avril 1994, Monseigneur ASSOGBA m’accueillit de façon stable dans son diocèse, précisément dans le foyer du Lycée, à côté du Lycée Mathieu Bouké, notre BETHLEEM. Le Père Laurent SAH fut  nommé notre aumônier jusqu’à son départ de Parakou pour Porto-Novo, son diocèse d’origine.

    Sept mois après notre installation, on commença en privé l’adoration du Très Saint Sacrement. Cinq mois plus tard, l’adoration était ouverte à tout le monde, sous l’autorisation de Monseigneur ASSOGBA, et cela grâce à une chapelle bien aménagée dans l’enceinte du foyer  par le Père Jean-Luc LEROUX, osfs.

    Le 24 décembre 1999,  je prononçais mes vœux définitifs d’adoratrice perpétuelle du Très Saint Sacrement, et le même jour devant Monseigneur Assogba, je reçus les vœux temporaires de la sœur Prisca avec l’entrée au noviciat de quatre autres jeunes filles qui venaient de finir leur postulat. Notre petite communauté reçut de l’Evêque la mission de s’occuper de l’adoration perpétuelle au Sanctuaire Eucharistique du Christ Rédempteur de l’Homme. Nous y sommes jusqu’à ce jour. La communauté naissante connut des difficultés de tous genres, sans compter l’incompréhension de beaucoup de prêtres, de religieuses, et de laïcs.
    Un événement capital qui a aggravé la situation s’est produit en avril 2006, à cause du discours prononcé par le Cardinal Bernardin GANTIN à la plage de Ouidah contre le Sillon Noir et les Consacrées de l’Afrique en Mission (AM). Il en était ressorti que cet Institut fondé par Mgr ASSOGBA Nestor était suspendu. Tous les regards étaient braqués sur nous. Or nous, nous avions seulement accepté de soutenir par la prière "l’Afrique en Mission", mais nous n’étions pas dans "Afrique en Mission".  Il y avait confusion dans la tête et le cœur des gens. Nous étions considérées à tort comme la branche contemplative de l’A.M. Et on nous persécutait pour cela. Mais nous, nous ne voyions aucun inconvénient à porter l’A.M. dans nos prières ; Africaines, nous le sommes ; en mission, nous le sommes aussi. Et nous étions donc prêtes à aider une autre fondation par notre vie de contemplatives. Mais nous n’avons jamais été A.M. Au milieu de ces flots en furie et vents contraires, nous sommes restées sereines. L’Esprit-Saint inspira des personnes de nous soutenir fortement et de nous encourager moralement et spirituellement. Nous avions vraiment fait l’expérience de la puissance de la grâce divine dans ces dures épreuves. Et voici comment.

    Le Seigneur, le Maître de tout, s’est levé pour nous conduire par le juste chemin, pour l’honneur de son Nom, jusqu’au Nonce Apostolique, Monseigneur Michael Auguste BLUME. Ce dernier nous a reçues à Cotonou, écoutées, rassurées et bénies au nom du Saint-Père et nous a demandé d’écrire nos constitutions pour les faire approuver par l’Evêque du lieu, qui procèdera à la reconnaissance diocésaine. Le Nonce a pris sur lui de soutenir personnellement cette démarche jusqu’à son exécution… Monseigneur Fidèle AGBATCHI, qui avait remplacé Monseigneur ASSOGBA, s’est rendu disponible. Après avoir consulté des canonistes, il nous a conseillé de changer le nom de notre Institut et l’habit religieux. Nos constitutions ont été corrigées et approuvées une année après, et l’Archevêque a fait la Reconnaissance Diocésaine en la fête du Christ Roi, le 25 novembre de l’année 2007,  comme « Contemplatives de Jésus Eucharistie ». Quel bonheur !

    Notre charisme est la contemplation  de Jésus-Eucharistie et l’accueil des personnes en détresse. Nous voulons tenir compagnie au Seigneur pour qu’Il nous dise ce qu’il faut faire… Et voici ce qu’Il nous dit : « recherchez le Seigneur et sa Face, sans trêve, cherchez son visage ». L’accueil est sous deux formes : L’accueil et l’écoute des personnes en difficulté. Et l’accueil des prêtres souffrants ou des prêtres âgés à la retraite.


    Notre spiritualité puise essentiellement sa source dans l’Eucharistie et l’adoration : la prière intérieure, l’Hostie, la Vierge, la liturgie avec les rythmes africains et les chants grégoriens, le témoignage d’une vie simple et joyeuse dans la pauvreté. Avec l’ardent désir de vivre dans l’imitation de Jésus-Christ qui obéit jusqu’à la mort, et la mort de la croix, nous voulons vivre dans la joie son évangile comme la suprême règle de notre vie, en nous servant de la Règle de Saint Benoît pour entrer dans la grande tradition monastique et vivre comme Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, dans un esprit d’enfance spirituelle.

    Actuellement, notre communauté est composée de six professes perpétuelles, de deux professes temporaires, d’une novice et d’une postulante. Nous comptons sur Jésus et sa sainte Mère pour mener à son achèvement tout ce que nous avons en germe : trouver un cadre approprié pour l’épanouissement de notre vocation de contemplatives de Jésus Eucharistie. Nous avons commencé à construire quelque chose à Boko. Ce monastère sera au service de tous. La Divine Providence, nous y croyons ! Tout est à bâtir. Merci à chacun et à tous.                
                                        Sœur Patricia PADONOU
                                                Supérieure.


                         NOMINATIONS
"Au lieu d’être seulement une Eglise qui accueille et qui reçoit à portes ouvertes, cherchons aussi à être une Eglise qui trouve de nouveaux chemins, qui est capable de sortir d’elle-même et d’aller vers ceux qui ne la fréquentent pas, ceux qui se sont éloignés d’elle ou qui sont indifférents" (Pape François).

    Notre famille diocésaine opte pour être une "Eglise en sortie". Car la demande spirituelle augmente. Le monde a besoin de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. C’est pour mettre cela en pratique que l’Esprit Saint et nous, c’est-à-dire l’Evêque et son conseil, avons pensé faire quelques affectations de personnes à des endroits différents.

    Ainsi, le Père Pierre DAMADO est nommé Curé de la jeune et dynamique paroisse de Komiguéa.

- Le Père Benoît LUQUIAU, fidei donum de Nantes, est nommé Vicaire à la cathédrale et Aumônier diocésain des scouts et des jeunes.

- Le Père Christian WOROU est nommé Vicaire paroissial à Papanè.

- Le Père Marius OBA est nommé Professeur au Séminaire Notre-Dame de Fatima.

- Le Père Franck TOKPASSI résidera désormais à la Procure pour être plus proche de son lieu de service le CPAV (Centre Pastoral de l’Audio-visuel).

- Le Père Ursule AGBANGLA part comme prêtre fidei donum à Nantes pour 3 ans.

- Le Père Léonard GORAGUI part aussi à Nantes mais pour une année sabbatique et pour se refaire la santé. Nous remercions vivement l’Evêque de Nantes pour cette solidarité ecclésiale qui nous émerveille.

- Le Père Symphorien GBAGUIDI NOUDEHOU, osfs, est nommé Aumônier de l’Université de Parakou.

- Le Père Edgar VIGAN est nommé Président du Comité d’organisation du jubilé des 75 ans de l’évangélisation de notre diocèse qu’on célébrera en 2019.

- Nous nous réjouissons d’accueillir le Père Brice N’TOUA qui sera professeur titulaire de philosophie au Grand Séminaire Diocésain "Providentia Dei". Remercions Monseigneur Antoine SABI BIO, Evêque de Natitingou, qui nous l’envoie.

    Toutes les nominations prennent effet le 1er septembre 2015. Que les passations de service se fassent dans l’esprit de famille, c’est-à-dire dans la joie,  les chants, et l’amitié mais aussi dans la clarté, la vérité et la simplicité. Tout pour la gloire de Dieu et pour notre propre épanouissement en Jésus et Marie.
  +Pascal N’KOUE
   Omnium servus


    Nous ne pouvons que remercier la Divine Providence pour tout le chemin parcouru et, également, tous les acteurs dont elle s’est servie. Nos remerciements s’adressent tout particulièrement à Propaganda Fide, à l’Aide à l’Eglise en détresse, à l’Archidiocèse d’Avignon, aux Sœurs de saint Pierre Claver de Rome, à la paroisse Notre Dame des Armées (Versailles) etc., aux Evêques de Djougou et de Natitingou, à notre Père Archevêque qui nous a accompagnés avec une grande proximité durant toute l’année, au clergé diocésain qui a adopté cette maison de formation comme la sienne, aux diverses paroisses qui nous ont soutenus généreusement.
                                        P. Denis Le PIVAIN
                                Recteur du Grand Séminaire "Providentia Dei"        

 

    
Nouvelles de famille
- Vive les vacances ! Mais n’oubliez pas la prière en famille. Ne permettons pas aux médias sans censure et aux idéologies fantaisistes et nocives de prendre la place de Dieu dans les cœurs, les foyers chrétiens ou Eglises domestiques. C’est là où se vit la première catéchèse.
- Nous remercions les agents pastoraux qui nous quittent pour d’autres missions. Les Pères Jean-Baptiste TRAORE s.m.a, Gérard  NAKOE, s.m.a, Anatole MONGADJI, osfs, etc.
- Si le mois de mai est celui de la sainte Vierge Marie, celui de Juin du Sacré-Cœur de Jésus, n’oublions pas que le mois de juillet est celui du Très Précieux Sang de Jésus.
- Nous avons hautement apprécié le passage de Monsieur Patrice LUCAS membre du Conseil d’Administration de CBM, venu d’Allemagne se rendre compte de l’évolution de notre hôpital ophtalmologique saint André de Tinré. Trois chantiers sont en cours : le laboratoire d’analyses biomédicales, la chapelle, et les salles de formation. Merci à tous les bienfaiteurs.
- Le thème de l’année pastorale 2015-2016 portera sur les vocations, expression de la miséricorde de Dieu : "Venez à ma suite, je ferai de vous des pêcheurs d’hommes" (Mc 1,17).
- Le 14 juin dernier a eu lieu à Niamey la prise de possession canonique du premier Archevêque africain en la personne de Monseigneur Laurent LOMPO. Tous les cinq évêques du Nord Bénin y étaient présents plus celui de Dassa. Nous n’avons pas le droit d’oublier Niamey.
- Nous remercions vivement les moniales cisterciennes qui, cette année encore, en la fête du Sacré-Cœur, ont aidé tout le clergé à vivre avec foi et sérénité la journée mondiale de prière pour les prêtres dans leur monastère. C’était simple, beau et chaleureux.
- La première année de notre Grand Séminaire Diocésain "Providentia Dei" s’est bien déroulée. Plusieurs diocèses d’Afrique et d’Europe nous demandent déjà de leur envoyer des prêtres. Bénissons le Seigneur pour le don des vocations  sacerdotales! Qu’il continue de susciter des bienfaiteurs au Bénin et ailleurs pour nous aider à avancer avec enthousiasme. Il nous faut encore au moins 30 chambres pour les séminaristes et un restaurant pour l’autonomie financière du Séminaire.
- A Pentecôte,  on a confirmé 614 jeunes : l’avenir de l’évangélisation est assuré si leur éducation à la foi en Jésus-Christ ne s’arrête pas.
 - Je recommande vivement le livre de l’Abbé Augustin TOSSOU, Bernardin Cardinal GANTIN, au service de Dieu et des hommes. Il est préfacé par Monseigneur Paul VIEIRA, Evêque de Djougou et postfacé par Mère Marie-Claude SOBA, Supérieure Générale des Sœurs OCPSP.     
 N.B : Le 08 août 2015, il y aura deux ordinations sacerdotales (osfs) à la Cathédrale à 9h30.
- Retenez la date d’ouverture de l’année pastorale : mercredi 21 octobre 2015 au Centre Pastoral Guy Riobé à 9h. BONNES VACANCES !

Quelques dates
11 juillet     : Au monastère de l’Etoile Notre-Dame.
12 juillet     : Confirmations à 9h30  à la paroisse saints Pierre et Paul d’Alafiarou.
19 juillet     : Rencontre avec les marguillers au Centre Pastoral Guy Riobé.
23 juillet     : Messe chez les Sœurs s.m.m.i, clôture du chapitre d’application.
24-26 juillet     : Week-end de formation des séminaristes au Centre Pastoral Guy Riobé
26 juillet    : A 9h30 au Sanctuaire Eucharistique : Collation des ministères en vue du sacerdoce.
                - Pour l’acolytat : AÏDOMONHAN Enagnon Yves, AKPO Wolé Jules.
                - Pour le rite d’admission et le lectorat: ZINSOU S. Jaurès.
8 août         : Ordination diaconale de Norbert AGOSSOU, à la Cathédrale à 9h30.

ABONNEMENT POUR UN AN
  A Parakou : 1.000 frs
≈   Au Bénin : 2.000 frs
≈    A l’extérieur : 10 euros
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. /www.diocese-parakou.org


Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin