Bénissons le Seigneur. Les célébrations officielles du jubilé des 70 ans ont été clôturées le 8 décembre dernier. En la fête de l’Immaculée Conception, nous avons remis une fois de plus le diocèse sous la protection de la Vierge Marie, Mère de Dieu et notre Mère.

Bénissons encore le Seigneur pour les Pères sma et tous ceux qui ont missionné à Parakou depuis 1944, qu’ils soient vivants ou morts. Merci aux pouvoirs publics qui se sont joints à nos cérémonies comme pour confirmer que "toute autorité vient de Dieu". Bénissons le Seigneur pour tous les amis venus de tous les diocèses du Bénin. C’était une fête de l’Eglise universelle : le Togo, le Burkina-Faso, etc. étaient présents. Applaudissons très fort les vaillantes délégations de Nantes, Avignon, Bayonne, Versailles, et Vittorio Veneto. Ce sont de véritables héros qui ont vaincu la peur panique ou la terrible psychose provoquée par les médias occidentaux qui font du virus Ebola le terroriste le plus redoutable présent partout en Afrique. Le Bénin en est protégé. Dieu merci.

    Ce jubilé, qui a duré trois ans, nous a permis de nous rassembler autour du Seigneur Jésus comme un seul homme. Toutes les communautés ont bougé. Les générosités se sont déployées. Les contemplatifs-ves ont doublement participé. Et tous les regards pétillent de bonheur.

    Le 7 décembre 2014 lors de la grand- messe en plein air à Komiguéa, sur le site marial encore nu, nous avons eu droit à un message éloquent de Rome. Savourons-le à nouveau lentement. 
                   
    En ce jour de célébration du soixante dixième anniversaire de la première évangélisation de Parakou, Sa Sainteté le Pape François s’unit par la pensée et par la prière à toutes les personnes présentes. Il rend grâce pour les merveilles accomplies par le Seigneur, depuis le temps où les Pères de la Société des Missions Africaines sont arrivés pour annoncer l’Evangile, et il encourage les fidèles à continuer à témoigner du Christ ressuscité, dans un dialogue vrai et constructif avec les traditions qui les entourent, en particulier l’Islam. Il souhaite en particulier que le Sanctuaire marial de Komiguéa devienne un instrument efficace pour le dialogue interreligieux. De même il forme le vœu que la consécration de la chapelle du Séminaire "Providentia Dei" soit, pour les séminaristes et leurs formateurs, l’occasion d’un élan renouvelé de leur propre consécration au Seigneur. Confiant le diocèse, son Archevêque, ses prêtres et tous les fidèles, à la protection de la Vierge Marie, le Saint-Père accorde à chacun la Bénédiction apostolique.
                                               Cardinal Pietro PAROLIN
                                                Secrétaire d’Etat de Sa Sainteté

    Ce souhait de Rome de faire de notre sanctuaire marial un instrument efficace pour le dialogue interreligieux et interculturel devient pour nous une mission évangélisatrice spécifique. Une commission ad hoc sera créée pour en étudier la faisabilité.

    Monseigneur Marc AILLET, Evêque de Bayonne, né à Parakou, a conquis tous les Parakois lorsqu’il nous a salués en bariba. Il s’est déclaré missionnaire de Parakou en service à Bayonne. Quel honneur pour nous ! Qu’il reçoive nos vifs remerciements.

    Le Père Abbé du Barroux, Dom Louis-Marie, a émerveillé les séminaristes de "Providentia Dei", quand il a célébré le Saint Sacrifice de la messe dans la forme extraordinaire de l’unique rite romain. A lui et à son monastère, nos sincères gratitudes.

    L’Archevêque d’Avignon, Mgr Jean-Pierre CATTENOZ, grand bienfaiteur de notre Séminaire "Providentia Dei", a consacré la chapelle, le 8 décembre 2014. Il a insisté sur les qualités de la Vierge Marie et sur la vie d’oraison avec le Seigneur. Merci encore.

    Quant à l’Evêque de Nantes, Mgr Jean-Paul JAMES, à la fin de la messe du 7 décembre qu’il a présidée à Komiguéa, après avoir assisté au mariage de 30 couples, a convaincu tout le monde que le partenariat entre les deux diocèses est comme une rencontre joyeuse ecclésiale, œuvre de l’Esprit de Dieu. Son message que je qualifie d’historique vaut la peine d’être vulgarisé. Il est comme un phare qui éclaire notre cheminement.

    Alors que s'achèvent presque les fêtes du Jubilé dans l'archidiocèse de Parakou, je veux exprimer à Monseigneur Pascal N'KOUE, aux prêtres, religieux, religieuses, laïcs de ce diocèse, aux amis de Cotonou, ma profonde gratitude pour l'accueil qu'ils ont réservé à la délégation du diocèse de Nantes.

    Nous avons vécu ensemble une fête de famille, la fête de l'Eglise-Famille de Dieu, une famille heureuse de fêter son Seigneur, une famille heureuse de le prier ensemble, heureuse d'accueillir de nouveaux prêtres et diacres, de nouveaux couples chrétiens.

    Pendant ce jubilé, un récit de l'Evangile m'a habité : le récit de la Visitation, une rencontre de famille, la rencontre joyeuse de deux futures mères Ste Elisabeth et la Vierge Marie. Ces deux femmes n'ont pas le même âge, à l'image de nos deux Eglises : la jeune Eglise de Parakou fête les 70 ans de l'évangélisation du Borgou (quelle jeunesse !) et l'Eglise de Nantes est née du sang des martyrs Saints Donatien et Rogatien, il y a 1800 ans !!!

    Alors, la vieille maman Eglise de Nantes dit à sa jeune sœur l'Eglise de Parakou : n'aie pas peur de prendre de l'âge ! Dans l'Eglise-famille, plus on avance en âge, plus la jeunesse éternelle de Dieu nous habite !

    La vieille maman de Nantes a été heureuse de rencontrer sa jeune sœur de Parakou. Quelle beauté, votre jeune Eglise ! Quelle vitalité ! La vieille maman se laisse gagner par la joie de sa jeune sœur :

- Joie des enfants et des jeunes rencontrés dans les écoles et orphelinats à Komiguéa, à Tchatchou, à l'école bilingue Saint Hubert, dans les séminaires Notre-Dame de Fatima et Providentia Dei.
- Joie des médecins et personnels soignants de servir leurs frères et sœurs malades dans les hôpitaux diocésains.
- Joie de nos frères et sœurs consacrés, rencontrés dans les monastères Etoile Notre-Dame et chez les sœurs contemplatives de Jésus Eucharistie.
- Votre joie, frères prêtres, dans l'exercice des belles missions reçues de votre évêque, au service des paroisses, écoles ou hôpitaux. Joie simple, joie de l'Evangile, joie fruit de l'Esprit-Saint, premier Evangélisateur comme le rappelait Monsieur Jean PLIYA, dans sa conférence.  Je veux vous remercier tous, frères prêtres et plus particulièrement Père Christian qui avez conduit notre voyage, Père Serge qui accueillez, dans la jeune paroisse de Komiguéa, Benoit Lucquiau, prêtre (fidei donum)  de Nantes. Mais je remercie d'abord et surtout, Monseigneur N'KOUE de nous avoir associés à cette fête joyeuse du Jubilé à Parakou.

    Je n'oublie pas que pour vivre la joie de la Visitation, Notre-Dame a eu à se déplacer de Nazareth à Aïn Karim, chez sa cousine. Elle a eu à affronter l'incertitude des routes, sans protection, les montagnes et les collines de Judée. Nous aussi, pour nous rencontrer, nous avons à prendre la route, à traverser des montagnes pour aller vers les autres, montagnes de préjugés et de complexes, d'idées toutes faites qui empêchent parfois de vivre la rencontre. Par exemple, la vieille maman se dit parfois : « est-ce que j'ai encore quelque chose à proposer ? Est-ce que je serai bien accueillie par ma jeune sœur ? »

    Et voilà que, par la grâce de l'Esprit-Saint, la rencontre se fait, une rencontre préparée par les Pères de la Société des Missions Africaines. Plusieurs qui ont vécu au Bénin sont aujourd'hui, dans une maison de retraite près de Nantes, souvent nostalgiques de la jeune sœur africaine. Avec votre autorisation, je veux, à mon retour, leur transmettre votre affection et votre amitié.

    Au terme de cette première rencontre entre la vieille maman et sa jeune sœur, naît le désir que cette affection familiale s'approfondisse, se prolonge, s'étende par un lien durable, solide, un jumelage.

    Dans mon diocèse, nous produisons le sel, un sel fameux. Et un proverbe nous rappelle : « pour bien se connaître, il faut avoir mangé un sac de sel ensemble » !! Il faudra alors, encore beaucoup de rencontres ici à Parakou et là-bas à Nantes, des échanges, des repas, des célébrations où le sel de l'amitié sera partagé. Car pour s'aimer, il faut se rencontrer.

    Mais déjà, joyeux de cette première rencontre, et regardant avec confiance vers l'avenir, à la suite de Notre-Dame la Vierge Marie, je rends grâce pour notre rencontre, pour le partenariat des diocèses de Parakou et de Nantes. Que le Seigneur lui donne de porter un fruit abondant !
                                            S.E. Mgr Jean-Paul JAMES
                                            Evêque de Nantes

    Et comme vous le savez, tout ne fait que commencer avec ce jubilé. "Excelsior, semper excelsior", toujours plus haut dans le témoignage chrétien. La conférence de Monsieur Jean PLIYA nous a fait prendre conscience qu’être baptisé c’est être missionnaire. Et "le missionnaire c’est le saint" qui répand avec enthousiasme la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Que les enfants missionnent auprès des enfants, les jeunes auprès d’autres jeunes, les couples auprès d’autres couples. Que de ce saint jubilé naissent de saintes vocations sacerdotales, religieuses et contemplatives pour évangéliser. Nous ne pouvons pas aller loin sans une vraie dévotion à la Vierge Marie. L’image de Notre-Dame de Komiguéa doit être dans toutes les maisons et surtout dans tous les cœurs. Laissons-nous éduquer par son humilité et sa docilité à l’Esprit... La croix pèlerine du jubilé circulera dans nos maisons de formation et sur toutes les paroisses. Le curé de la Cathédrale vous en donnera le programme. Et nous voici en route pour les 75 ans d’évangélisation avec plus d’engagement, de justice et d’amour dans le service gratuit.

 +Pascal N’KOUE
   Omnium servus
 


Nouvelles de famille
- Le 7 décembre 2014, il y a eu le lancement de l’année de la vie consacrée. Elle se clôturera le 7 février
  2016. Nous sommes invités à dire tous les jours la courte prière qui a été composée, peu importe
  à quel moment de la journée.

- Prions pour le repos des âmes de Philomène et d’André, respectivement maman de Sœur Noëlie OGA
  et papa du Père Gildas TONOUKOUIN.

- Nous continuons de remercier le Seigneur, tous les amis, tous les fidèles qui se sont généreusement
  sacrifiés pour que le jubilé soit beau, vivant et riche en couleurs. Qu’il nous rapproche de Dieu.

- Nominations.
    * Père Joseph AGANI est Vicaire à la paroisse de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Titirou.
    * Père Adolphe AGANI est Vicaire à la paroisse de saint Dominique Savio de Nima.
    * Père Christian WOROU est Coordinateur Adjoint de la Pastorale Diocésaine.
    * Père Roland OKRY est Vicaire à la paroisse sainte Rita de Tchatchou.

    * Père Don Diègue GUEDOU BADE, o.s.f.s, est Aumônier diocésain du Mouvement des
         Cadres et Personnalités Politiques. Il fera aussi partie du groupe des cérémoniaires.

- Pour la collecte des vivres dans le diocèse, le Séminaire Notre-Dame de Fatima se tournera vers les
  paroisses du Nord, et le Séminaire "Providentia Dei" se tournera vers les paroisses du Sud.

- Le message de Rome à l’occasion du jubilé "souhaite en particulier que le Sanctuaire marial de
  Komiguéa devienne un instrument efficace pour le dialogue interreligieux". C’est une mission !

- Nous remercions et félicitons le Père Dindo FALLARME, svd, l’artiste philippin, alors curé de
  Bétérou, qui a peint sur une toile l’image de Notre-Dame de Komiguéa, une Vierge aux couleurs locales.

- J’encourage fortement les artistes et musiciens à composer des chants, des poèmes et des prières à
  Notre-Dame de Komiguéa, "Regina Familiae". Il est bon de répandre partout son image dans nos  
  paroisses, nos maisons, nos écoles, nos communautés, nos lieux de travail etc. C’est la bonne maman
  protectrice de notre famille diocésaine, et Reine de chacune de nos familles. Il faut donc l’invoquer à  
  temps et à contre temps.

- Dans nos récitations quotidiennes de  chapelet et prières universelles lors des Eucharisties, n’oublions
  pas d’inclure une intention spéciale pour les fidèles de Nantes, diocèse avec lequel le partenariat a été
  lancé officiellement le 7 décembre dernier.

- Que les prêtres diocésains se souviennent de la cotisation de 6000fcfa par mois pour leur retraite.


Quelques dates
1er janvier        : Journée mondiale de la paix. Confions l’année nouvelle à Notre-Dame de Komiguéa.

2 janvier        : Les bureaux  de la curie diocésaine sont fermés.

3 janvier        : A Natitingou pour les 50 ans de l’érection du diocèse.

4 janvier         : Fête de l’Epiphanie ; Messe à 9h au monastère de l’Etoile Notre-Dame. Quête impérée
              pour l’Enfance Missionnaire.

6 janvier         : Réunion du Conseil presbytéral à l’Archevêché à 9h30.

7 janvier        : Visite du dispensaire de Bongoweru (Kika).

10 janvier        : Saint Sacrifice de la Messe à la paroisse de Komiguéa à 9h 30.

11 janvier        : Messe dominicale à Titirou à 8h.

12-16 janvier    : A Cotonou pour l’Assemblée Ordinaire de la Conférence Episcopale du Bénin.

18 janvier        : Pèlerinage du Secteur paroissial de Tchaourou à Papanè, à 10h.
18-25 janvier    : Semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

25 janvier        : Journée mondiale des lépreux. Messe dominicale à Bétérou à 8h 30.

26-30 janvier    : A Natitingou : Assemblée Générale de l’Union du Clergé Béninois.

NB : 23 février    : Récollection du presbyterium pour l’entrée en Carême au Centre Pastoral.
      Du 2 au 11 février, je serai à Rome pour une rencontre d’Evêques avec la Communauté Sant’ Egidio.




HEUREUSE ET SAINTE ANNEE  2015

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Doctrine sociale