Je voudrais, avant l’homélie, vous livrer un extrait d’une Conversation de Claire Ferchaud (une mystique française morte en 1972) avec Jésus sur la peine que beaucoup d’âmes causent à Jésus.
Claire : Dis-moi Jésus aimé, il n’y a donc pas que moi qui suis méchante.
+ Hélas non, dit Jésus, presque toutes les créatures blessent mon cœur, les unes légèrement, d’autres davantage. Mais le plus grand nombre me chassent de leur cœur par le péché mortel.
- Mais pourquoi tu ne grondes pas les méchants ? Il faut les punir.
+ Calme-toi, ma petite Claire, ce n’est pas ordinairement par la rigueur que je gagne les âmes méchantes. Je commence à les attirer par ma miséricorde et mon Amour. Il faut être doux et patient avec les pécheurs, tout comme une maman qui  soigne son enfant malade avec une grande patience.
 - Alors toi Jésus, reprit Claire, tu ne punis jamais ?
+ Jésus dit gravement : Je punis à la fin, quand les âmes abusent de ma patience et  de ma Miséricorde. Le châtiment est encore un don de mon amour.

Après une conversation aussi limpide, on ne peut que désirer la plongée totale dans la miséricorde de Jésus. En cette solennité du Sacré-Cœur, invoquons l’Esprit d’Amour pour les baptisés, les consacrés et surtout pour les prêtres.
Dieu est Amour : Il n’est qu’amour. Béni soit son Saint – Nom. Nous voici en ce haut lieu de prière pour célébrer avec les moniales la journée mondiale de prière et de sanctification pour les prêtres. Cette décision du Pape Jean Paul II fut prise en 1995 avec sa Lettre aux prêtres à l’occasion du jeudi saint. Comment ne pas remercier ces mères qui, malgré leurs jours de retraite, nous ont inclus dans leur programme. Merci de nous accueillir si aimablement. Ce cadre nous pousse au recueillement, au silence et nous aide à contempler ce Cœur qui nous a tant aimés. Nous sommes tous nés du cœur de Jésus…
Révérends Pères, soyons réellement des pères et des pasteurs selon le cœur de Dieu. J’ai du plaisir à voir que la fraternité sacerdotale se construit de plus en plus entre nous. Elle se construit lentement mais sûrement. L’union des cœurs devient une réalité. Que le Nom du Seigneur soit béni. Continuons de la construire autour du Christ crucifié, en acceptant nos différences de caractères et nos différences ethniques. Dieu a un plan sur chacun de nous et sur ce diocèse de Parakou. Il nous suffit de collaborer à son plan de salut. C’est le Seigneur qui veut que nous soyons différents. Nul n’est inutile. Nul n’est de trop.
    La différence fait partie des réalités de la vie. C’est une richesse qui vient de notre Créateur mais aussi de nos formations et milieux de vie. Les confrères prêtres ne seront jamais comme des briques qui sortent d’un même moule ou des tissus d’une même usine, tous pareils, tous identiques. On ne peut pas gommer  les différences ni les dissoudre, mais les accepter, les organiser et les harmoniser dans la charité et la vérité pour mieux servir l’Eglise. La Bible ne nous demande pas de combattre les différences mais de niveler les antagonismes, d’enlever le venin de l’orgueil et le poison de la jalousie qui produisent le mépris et le rejet de l’autre. Ce venin mortel peut attaquer aveuglement toute personne. Il s’en prend même aux frères de la même région et de la même famille ; les frères, même père et même mère, peuvent se tuer sans pitié. Le premier meurtre dans la Bible a eu lieu entre Caïen et son frère Abel. Un même sang coulait dans leur veine. Et pourtant ! Le sang du Christ fait de nous de vrais frères. Acceptons-nous humblement.
Par ce sang, la miséricorde de Dieu descend partout où se trouve un cœur humble. La Vierge Marie nous le dit dans son Magnificat : “Il a regardé l’humilité de sa servante’’. Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles, il donne sa grâce. Et donc pour être grand aux yeux de Dieu, c’est-à-dire pour être saint, il faut devenir petit comme un petit enfant, et désirer occuper la dernière place comme Saint François d’Assise ou Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Et lorsqu’on s’abaisse, ce n’est jamais perdu, Dieu nous élève.
Car c’est l’humilité qui nous rend léger pour nous permettre de voler haut. Le péché nous alourdit. C’est l’humilité qui nous fait fléchir le genou devant le Christ. C’est l’humilité qui nous contraint de faire la volonté de Dieu. C’est l’humilité qui nous évite l’isolement et nous pousse à faire le premier pas vers l’autre et à souffrir pour le frère qu’on a blessé. C’est l’humilité qui nous pousse à aimer le dialogue et à reconnaître facilement nos tords quand un ami ou un supérieur nous a fait des observations. Se mettre sur un piédestal, c’est ignorer le primat de la grâce. C’est l’humilité qui nous aide à vivre dans la sincérité, la vérité et même la transparence. C’est l’humilité qui nous pousse à demander pardon et à donner le pardon à qui nous a offensé.
Demandons souvent au Seigneur de nous donner la grâce de la douceur et de l’humilité. Un prêtre saint est humble. Il partage. Il est convivial. Il est compatissant. Un prêtre humble quelle prédication silencieuse ! Un diocèse qui se remplit de prêtres humbles, quelle richesse inouïe ! Répétons souvent : "Jésus, doux et humble de cœur, rendez mon cœur semblable au vôtre". A cette invocation on devrait ajouter toujours : "O Marie conçu sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous". Ces deux cœurs saints nous consoleront pour que nous puissions consoler tant de personnes découragées. Ils nous rendront saints pour que nous proposions la sainteté de Dieu à tous les pécheurs qui le cherchent.
Nous les prêtres, nous sommes faits pour conduire les âmes à Dieu, ce Dieu qui fait lever son soleil sur les bons et les méchants. Ce n’est pas d’abord pour enseigner le français, les maths, l’histoire-géo, la philosophie dans les collèges publics afin de gagner quelques piécettes. Satan aime nous éloigner de Dieu par des tentations “intéressantes’’ mais toujours trop basses. On devrait plutôt être préoccupé de créer des aumôneries dans les établissements publics où on désire tant enseigner les matières profanes. Pensons-y sérieusement. Les jeunes ont besoin de la Lumière de Dieu. Ils ont soif de Dieu.
Ce n’est pas non plus pour nous acharner sur des postes juteux ou faire des revendications d’augmentation de salaires que nous avons reçu l’ordination sacerdotale. Le sang du Christ a plus de prix que cela. Ce n’est surtout pas pour jouer aux théologiens verbeux ni même pour jouer aux sapeurs pompiers avec les pauvres. L’Eglise n’est pas une ONG nous dit le Pape François. On existe pour le salut des âmes. C’est un sujet grave qui sera toujours d’actualité. Et l’unique stratégie pour évangéliser notre diocèse c’est notre témoignage de prêtres en tant que prêtres. “Le témoin est celui qui vit en premier le chemin qu’il propose’’ (Benoît XVI). Le premier, de façon absolue, c’est le Fils de Dieu. Imitons-le. Soyons vigilants à maintenir notre vie sacerdotale fixée sur la croix, dans la prière intérieure quotidienne et les œuvres de charité.
Pour conduire les âmes à Dieu, il faut être soi-même en marche vers Lui avec deux grandes vertus : la confiance en la divine providence ; et la persévérance tenace dans les obstacles et les incompréhensions. La confiance totale suppose le saint abandon ou le renoncement à soi. La persévérance suppose l’acceptation de la croix. Cela n’est possible que si à notre tour on aime Dieu et le prochain quel qu’il soit. C’est exigeant, surtout que la logique de Dieu est différente de la logique des hommes. Elle est d’un autre ordre, d’une autre nature. Elle repose sur sa miséricorde infinie.

+ Pascal N’KOUE
 Omnium servus

NOMINATIONS
« Le Seigneur est ma lumière et mon salut, de qui aurais-je peur ? Le Seigneur est le rempart de ma vie, devant qui tremblerais-je ? Même si mon père et ma mère m’abandonnent, le Seigneur me recevra » PS 27.
    Après avoir passé en revue les différents besoins et les multiples services à accomplir pour le bien de la Famille diocésaine de Parakou, l’Archevêque et son Conseil presbytéral, guidés par l’Esprit de Dieu, ont procédé aux nominations suivantes :

1.    R.P. Cyrille CHABI, Curé de la cathédrale.
2.    R.P. Tiburce APOVO, Curé de Tchatchou.
3.    R.P. Dieudonné AHYITE, Curé de Titirou.
4.    R.P. Charlemagne AMOUSSOUVI, Curé de Kika.
5.    R.P. Cyrille AGANI, Curé fondateur d’Alafiarou (partition de la paroisse de Tchaourou).
6.    R.P. Aristide GONSALLO, Coordinateur des trois hôpitaux diocésains : Boko, Papanè, Tinré.
7.    R.P. Dominique ADJE, Directeur de l’hôpital Saint Jean de Dieu de Boko.
8.    Docteur Alain SANTOS, Médecin-chef de l’hôpital Saint Jean de Dieu de Boko.
9.    Sœur Mireille AGUESSI, Directrice de l’hôpital Saint Martin de Papanè.
10.    Docteur Jean-Pierre HOUNYET, Médecin-chef de l’hôpital Saint Martin de Papanè.
11.    R.P. Ernest DEGUENONVO, Recteur du Sanctuaire Jésus, Rédempteur de l’Homme.
12.    R.P. Henri EDOH, Directeur de la Caritas-BDBD.
13.    R.P. Denis LE PIVAIN, Directeur de " Providentia Dei " en vue de la préparation du Séminaire diocésain de philosophie à Gaah-Baka, dans l’esprit de l’Institut Notre-Dame de Vie.
14.     R.P. Guillaume KAMBOUNON, Délégué de l’Evêque auprès des Consacré(e)s.
15.     R.P. Arnaud TCHOGOLOU, Directeur du Centre pastoral G. Riobé.
16.    R.P. Olivier GANGBAZO, Curé de Sirarou et Aumônier diocésain du Mouvement Catholique des Cadres et Personnalités Politiques.
17.    R.P. Augustin TOSSOU, Vicaire à Albarika.
18.    R.P. Ursule AGBANGLA, Vicaire à la Cathédrale et Aumônier diocésain des Jeunes.
19.    R.P. Apollinaire KADJO, Professeur au Séminaire Notre-Dame de Fatima.
20.    R. P. Franck TOKPASSI, Responsable du CAV (Centre Audio Visuel).
Prions pour que chacun d’eux soit soucieux de faire la volonté du Seigneur pour lui plaire.
N.B. : Toutes ces nominations prennent effet le 1er septembre 2013.
Et que les passations de service se fassent en bonne et due forme, dans un climat fraternel et détendu. Tout pour la gloire de Dieu.


Séminaristes en stage en vue des Ordres sacrés
Gilles KIMBA à la paroisse de Sirarou.
Moïse DEGODO à la paroisse Saint Joseph d’Alaga.
Marius OBA à la paroisse de Papanè.
Jacques KOTOKO à la paroisse de Nima.
Angelo CODJIA à la paroisse de Kika.
Albert DAKIN à la DDEC (Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique).


 
Nouvelles de Famille
Nous remercions de tout cœur les moniales de l’Etoile Notre-Dame pour nous avoir si bien accueillis en la fête du Sacré-Cœur. Comment ne pas souligner aussi la présence discrète mais effective de quelques bénédictines de Perporiyakou. Elles ont contribué à la réussite de cette fête. Comme c’était beau ! Prions les uns pour les autres.

Le Centre Notre-Dame de Refuge et tout le diocèse remercient vivement Oïhana GALARDI OGALLAR, venue de San Sebastian, pour son dévouement sans bornes, au profit de nos enfants de Komiguea, en grosses difficultés.

Tous ceux qui accueilleront des séminaristes pour le stage pastoral sont priés de dresser un certificat en trois exemplaires à la fin (Evêché-Paroisse-Séminaire).

L’Assemblée générale pour l’ouverture de l’année pastorale aura lieu le 16 octobre 2013 au Centre pastoral. Le thème sera :"Allons à Jésus par Marie". Comme vous le voyez, ce sera une année mariale.

C’est le temps des vacances, temps des distractions, du repos, des retrouvailles, des camps de vacances. N’en faites pas un temps de dépravations. N’oubliez pas la vie spirituelle. Zappez moins. Lisez de bons livres, spécialement la Bible et travaillez de vos mains. Ça fait du bien.

L’appel du Pape pour l’adoration eucharistique en la fête du Saint Sacrement a été bien accueilli. La cathédrale était pleine comme un œuf. Le silence impressionnant. Les vêpres solennels chantés en chœur sous la direction du Curé de la Cathédrale. Une note négative : l’ostensoir était trop petit. Qui nous offrira un grand ?

Nous avons apprécié le passage quoique rapide de la Mère Marie-Claude, Supérieure Générale des Sœurs ocpsp, de Mgr Justin Evêque de Ouahigouya, et du Frère Emmanuel DUPREZ.

Bienvenu et bon séjour parmi nous à Dom Jean-Marc CHENE, Père Abbé du monastère  de Bellefontaine et Père immédiat du Monastère de Kokubu.

N.B : Le pèlerinage marial à Dassa aura lieu du 16 au 18 août et sera présidé par le Cardinal Giuseppe BERTELLO, Président du Gouvernorat de l’Etat de la Cité du Vatican.
Le 17 août : Ordinations diaconales et presbytérales à la cathédrale à 9 h 30 par le Cardinal BERTELLO.
__________________________________________________________________________________

___
Quelques dates


4 juillet                         :    Rencontre avec les scouts à Komiguea.


5-7 juillet     :    Visite pastorale à la quasi paroisse de Wansirou.


11 juillet               :    A 10h, Vœux solennels de Sœur Edwige Mounirou au Monastère Etoile N. Dame.


13 juillet           :    A 9 h 30, Ordination presbytérale à Calavi de Dieudonné B. s.m.a.


14 juillet                :    Messe dominicale à 11 h à la Cathédrale avec la Communauté anglophone.


20 juillet    :    A 10 h30, Vœux solennels du Frère Romain AGBOGBO au Monastère de Kokubu
                :    A 16 h, Rencontre avec les Séminaristes de Parakou au Centre Pastoral.


21 juillet    :    Collation des ministères au Sanctuaire de Jésus, Rédempteur de l’Homme à 10 h.


22-26 juillet    :    Retraite sacerdotale à Ouidah, au Séminaire Saint Gall.


29 juillet-02 août      :    Retraite sacerdotale au Monastère l’Etoile Notre-Dame, par le Révérend Père Eugène KPODA.
  

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin