« La femme vaillante, qui donc peut la trouver ? Elle est infiniment plus précieuse que les perles. Son mari peut avoir confiance en elle : au lieu de lui coûter, elle l’enrichira.
Tous les jours de sa vie, elle lui épargne le malheur et lui donne le bonheur. Elle a fait provision de laine et de lin, et ses mains travaillent avec entrain. Sa main saisit la quenouille, ses doigts dirigent le fuseau. Ses doigts s’ouvrent en faveur du pauvre, elle tend la main au malheureux. Décevante est la grâce, et vaine la beauté ; la femme qui craint le Seigneur est seule digne de louange, Reconnaissez les fruits de son travail : sur la place publique, on fera l’éloge de son activité» (Pr 31,1…31). :;

Si quelqu’un vous dit du mal des femmes, ouvrez vite votre Bible, et fermez-lui la bouche, en lui  lisant  ce passage du Livre des Proverbes. Et encore ce n’est qu’un extrait. Le texte complet est d’une richesse insoupçonnée. Quel titre donner à cette belle page biblique ? Certains proposent “la femme vaillante“, d’autres “la femme parfaite“, d’autres encore “la femme idéale“. Peut-être que le meilleur titre c’est “la femme idéale“, ou “la femme qu’il faut“. Plus qu’un poème c’est un texte inspiré, à la gloire  de la femme. C’est la description d’une femme que Dieu a rempli de sa sagesse, et elle répand le bonheur dans sa famille et  autour d’elle. Et  qui ne voudrait pas vivre avec une femme pareille ? Lisez tout le texte et vous me donnerez raison. Si le Verbe s’est fait chair, on pourrait ajouter, sans risque de se tromper, que la  sagesse s’est faite Femme. Rendre la société heureuse, c’est cela le plan de Dieu pour l’humanité. Et ça commence en famille. Et le pilier c’est la femme. Dégustons ensemble et lentement d’autres versets de la Bible. La puissance de la Parole de Dieu peut changer notre regard et nos idées négatives sur la femme.
« Une femme de valeur est une couronne pour son mari » (Prov. 12). Une couronne n’est pas seulement un ornement visible mais aussi un insigne de dignité, une marque d’honneur. Cela signifie que le bonheur de l’homme dépend de la femme épanouie. Quelle audace de la part de l’Ecrivain sacré. Les hommes ont donc intérêt à travailler à l’épanouissement de leur épouse. Elles ont besoin qu’on soit tendre envers elles, qu’on n’oublie pas de les remercier, les féliciter, et  leur faire la fête. Elles ont besoin de l’attention affectueuse et protectrice de l’homme. Ecoutons encore :
« Femme bonne fait un mari heureux et double le nombre de ses jours. Femme vaillante fait la joie de son mari qui passera dans la paix toutes ses années » (Si 26, 1). Avis à ceux qui veulent vivre longtemps ! On comprend aisément alors que le Pape Jean-Paul II ait écrit dans “La Dignité de la femme“ que Dieu a créé l’homme et l’a confié à la femme. En effet, “on obtient tout d’une femme quand on sait l’apprécier“. Ne sont-elles pas restées fidèles au Christ jusqu’au pied de la croix ? Jésus a fait d’elles les premières messagères de la Bonne Nouvelle. Continuons.
« Là où il n’y a pas de clôture, le domaine est au pillage, là où il n’y a pas de femme, l’homme erre en se lamentant » (Si 36, 29-30). C’est la femme qui, en un certain sens, canalise l’homme. Elle est  pour lui comme une digue qui empêche la dispersion, la divagation, l’éparpillement et le vagabondage. D’ailleurs un aphorisme populaire le dit bien : “derrière un grand homme, il y a toujours une grande dame“. Ah si les femmes connaissaient leur valeur, si elles savaient ce que le Créateur a mis en elles ! Elles n’accepteraient pas les idéologies pernicieuses qui font d’elles des marionnettes à la merci des proxénètes et des propagandistes du “gender“. Et toute cette confusion aboutit aujourd’hui “au mariage pour tous“. Ridicule !...
Dieu créa l’homme à son image, mâle et femelle il les créa (Gen1, 27). En hébreu l’homme et la femme se traduisent  : Ish et Isha. Créée à l’image de Dieu, la femme est égale à l’homme et différente à la fois. C’est là sa richesse qui repose sur sa féminité et sa maternité. Voilà pourquoi l’homme ne peut pas se passer de la femme. La société en a besoin, mais c’est dans le bon sens.
Au lieu du face à face, au lieu du dialogue entre l’homme et la femme, à la place, Satan a suggéré le pouvoir libre et libertin qui se fait séduction et domination (Gen. 3). Or le Créateur des cieux avait un autre projet sur la Femme.
Elle est Aide de l’homme. C’est le même mot attribué à Dieu qui vient au secours de l’homme. Notre secours est dans le nom du Seigneur. Le secours de l’homme c’est la femme. « Son mari lui fait confiance. Elle lui épargne le malheur et lui donne le bonheur ».Voilà pourquoi pour fragiliser l’homme et détruire la société, il faut empêcher la femme de jouer son vrai rôle. Satan a vu clair dès le départ. Une femme dévergondée est pire qu’une catastrophe naturelle. Elle entrainera des dizaines, des centaines et pourquoi pas des milliers dans sa chute. Ses enfants seront mal éduqués et iront grossir le rang des corrompus, des poseurs de bombes ou coupeurs de route.
Ce qui fait que cette femme est extraordinaire, c’est qu’elle ne fait rien d’extraordinaire. Elle ne milite pas dans un parti politique ou dans un syndicat. Elle n’est pas soldat. Elle n’est pas directrice d’un cabinet, ni PDG, ni ministre, ni député, ni docteur, ni maire, ni délégué dans un village. Rien de tout cela. Elle est femme au foyer, une bonne ménagère comme on dit.
    Que les femmes africaines arrêtent de vouloir se  modeler sur des idéologies occidentales contre nature, sur des spots publicitaires trompeurs. Leurs auteurs mécréants vont se retrouver face à un trou noir. Et si on n’y prend garde, ils vont entraîner le monde dans une voie sans issue. Apprenons à discerner les dangers de cette nouvelle éthique mondiale qui n’a d’éthique que le nom. La femme masculinisée ne sauvera pas la société. La femme castrée qui va à la conquête du pouvoir politique en se dévalorisant ne sauvera pas la société non plus. Il faut revenir au plan du Créateur, Dieu le Père. 
    Si j’étais président de la République, soyez rassurés que je ne serai pas candidat aux prochaines élections, je donnerais un salaire consistant aux femmes ménagères. Et on  aurait moins de problèmes dans la société. Ce n’est pas de la démagogie. Elles sont souvent désignées comme des femmes qui ne travaillent pas. Or sans leur précieux dévouement  dans nos maisons, aucune famille ne tiendrait. Leur travail est irremplaçable.
    Malheureusement aujourd’hui, les femmes ne veulent plus rester au foyer. Elles veulent travailler (=fonctionner). “L’argent du mari ne suffit pas“ disent-elles. Il y a même pire : « le mari ne nous donne rien. Il nous dit de nous débrouiller ». Voilà pourquoi les femmes vident les foyers. C’est vrai que tout ce que l’homme fait, la femme peut le faire : Secrétaire, bûcheron, enseignante, mécanicienne, chauffeur de bus etc. On les voit sur des motos avec de gros sacs de charbon ou de maïs. On les voit aussi avec  3 ou 4 enfants sur la même moto. Koooi ! où sont les hommes ? Les femmes n’ont pas conçu ces enfants sans leur concours. De plus en plus, les machos reculent dans leur responsabilité de père. Et les femmes-mamans se tuent à la tâche pour nourrir tout le monde.
Mais femme au foyer ne signifie pas femme ignorante, enfermée et bête. Si elle sort de la maison, il ne faut pas qu’elle cesse d’être l’éducatrice et la gouvernante de sa maisonnée. Une dame perspicace m’a confié un jour : « Les hommes nous ont eues.  On nous a dit que pour être égales aux hommes, il fallait sortir du foyer et chercher du travail. Dehors nous travaillons plus qu’eux. Dedans nous travaillons  encore plus qu’eux». Evidemment, prôner l’égalité des sexes sans nuance appauvrit la femme et n’enrichit pas l’homme. Et c’est toute la société qui en pâtit. Mon propos n’est pas de décourager les femmes fonctionnaires de l’Etat. Mon conseil est que les femmes ne désertent pas les familles. Et que leur engagement hors du foyer soit épanouissant et n’abîme pas la vie du couple.
    Dans le même Proverbe 31, la femme participe aux activités commerciales et à des œuvres de charité. Comme c’est beau ! Même sans aller loin, la femme peut se faire de l’argent. Mais il faut qu’elle partage. “Si vous amassez de l’argent, n’y mettez pas votre cœur“. L’argent à vrai dire est neutre. C’est notre attachement désordonné qui peut empoisonner nos relations humaines.
    En fait l’auteur sacré met en valeur deux choses chez la femme qu’il faut : la foi et le don de soi : “La femme qui craint le Seigneur est seule digne de louange“. De saintes femmes ont converti leur mari grâce à leur foi : Sainte Clotilde a converti Clovis, roi de France. Sainte Rita a converti Paolo. Sainte Monique a converti Patrice, le père de St Augustin.
Oh femmes, si vous voulez changer la société, imitez la femme parfaite de la Bible. Cette femme, c’est la Vierge Marie. Au centre de la sainte famille, elle gérait merveilleusement toute personne grâce à sa foi : Joseph son époux, Jésus son fils, Dieu le Père, Dieu l’Esprit Saint, Saint Jean qui l’a recueillie chez lui, et tous les Apôtres réunis au cénacle dans l’attente de l’Esprit Saint.
Enfin voici quelques conseils pratiques pour devenir influentes aux yeux de Dieu : Prier et faire prier. La reine Esther a prié et a réussi à préserver son peuple d’un massacre injuste. La Vierge a prié son Fils et nous a obtenu le premier signe à Cana. Oh femmes chrétiennes, faites un service paroissial (engagement dans un mouvement catholique). Pratiquez les sacrements : l’eucharistie et la pénitence. Faites des retraites spirituelles en couples. Soyez promptes à pardonner dans la sincérité.
Pour conclure, donnons la parole à Benoît XVI. Il nous dit combien il compte sur les femmes catholiques africaines : “Continuez de défendre la vie car Dieu vous a constituées réceptacles de la vie. L’Eglise sera toujours votre soutien. Aidez par vos conseils et votre exemple les jeunes filles …. Soutenez-vous mutuellement ! Vénérez les plus âgées d’entre vous. L’Eglise compte sur vous pour créer une “écologie humaine“ par l’amour et la tendresse, l’accueil et la délicatesse, et enfin la miséricorde, valeurs que vous savez inculquer aux enfants et dont le monde a tant besoin. Ainsi, par la richesse de vos dons proprement féminins, vous favoriserez la réconciliation des hommes et des communautés“ (Africae Munus 59).


+ Pascal N’KOUE
  Omnium servus

 


Nouvelles de famille


    Bénissons le Seigneur pour le don du Pape François, qui comme Saint François d’Assise nous rappelle la simplicité de l’évangile.
    Nous remercions vivement les diverses personnes qui nous ont visités le mois dernier : Responsables du Secours Catholique de France, de la DCC, Marie-GIRARD d’Aix-en-Provence, Madame Elisabeth POGNON.
    Nous ne tarirons pas de gratitude envers le Nonce Apostolique Mgr Michaël A. BLUME qui vient de passer 7 ans au Bénin. Que Dieu l’accompagne en Ouganda, son nouveau poste.
    Le Père Minta WOJTECK est élu responsable du secteur de Guéma. Le Père Sosthène ALAPINI, responsable du secteur de la Cathédrale.
    Nous remercions le Père Alphonse QUENUM, venu commenter à notre presbyterium sa Lettre ouverte à ses confrères prêtres. Quelle disponibilité ?
    Nous bénissons le Seigneur pour les nombreux baptêmes d’adultes qui ont eu lieu la nuit de Pâques à la cathédrale.
    Toutes les paroisses sont priées de s’engager pour le projet de reboisement dans les régions sèches de notre Archidiocèse.
    Le dimanche du Bon Pasteur, la quête est impérée pour soutenir la pastorale des vocations.
    Pour le jubilé de nos 70 ans d’évangélisation, nous attendons encore la composition d’une hymne.


Quelques dates


2 avril     Rencontre avec les lecteurs de notre famille diocésaine au Centre
 pastoral


7 avril    Dimanche de la miséricorde divine. Messe à Yébessi.


8 Avril    Solennité de l’Annonciation.


9-12 avril    Formation des catéchistes au Centre pastoral.


12-14 avril     Visite pastorale à Saint Joseph d’Alaga


18 avril    Conseil permanent de la Conférence Episcopale à Bohicon.


20 avril     Bénédiction de l’église de Titirou à 9 h.


21 avril     Journée mondiale de prière pour les vocations. Messe au Monastère du
 Kokubu


24 avril     Conseil presbytéral à l’Archevêché à 9 h 30.


25 avril    Rencontre avec les séminaristes au Séminaire Notre Dame de Fatima.


26-28 avril     Visite pastorale à Titirou.


Alléluia ! CHRIST EST VIVANT ! Alléluia !
Bonne fête de Pâques !

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin