« Face à la complexité des situations auxquelles vous êtes confrontés, je vous invite à approfondir votre vie de prière et votre formation continue ; que celle-ci soit à la fois spirituelle et intellectuelle…Vivez avec simplicité, humilité et amour filial votre obéissance à l’Evêque de votre diocèse. Edifiez vos communautés chrétiennes par votre exemple en vivant dans la vérité et la joie vos engagements sacerdotaux : le célibat dans la chasteté et le détachement des biens matériels ». Tout prêtre doit pouvoir se sentir heureux de servir l’Eglise «(Africae Munus 110-111).

Le Pape Benoît XVI est vraiment soucieux de la sainteté du clergé. Dans Africae Munus, il nous a réservé une place de choix. Etre des pasteurs selon le cœur de Dieu, voilà l’essentiel pour les prêtres, définis par le Pape comme « collaborateurs proches et indispensables de l’Evêque » ayant la charge de poursuivre l’œuvre d’évangélisation. Je voudrais reprendre quelques points de notre rencontre, le jour de la fête du Sacré-Cœur.

Comme les apôtres s’accrochant à la Vierge Marie au cénacle, dans l’attente de l’Esprit Saint, nous voici réunis à l’Etoile Notre-Dame en cette journée mondiale de prière pour la sanctification des prêtres, pour nous confier à l’intercession des moniales cisterciennes. Ce sont des assoiffées d’Absolu, qui aiment les prêtres et prient jour et nuit  pour nous. Ici on chante avec les anges. Ici règne le silence plein de Dieu, et tout porte à la prière : les fleurs, la cloche, les arbres, les bâtiments, les allées, et bien sûr le sourire toujours radieux et paisible de ces adoratrices et contemplatives du Cœur Sacré de Jésus.  Nous sommes venus ici principalement pour prier et adorer. La prière c’est le devoir le plus intime et le plus utile de notre ministère sacerdotal. Elle révèle le degré de notre confiance en ce Dieu tout-puissant. Elle seule assure le succès de notre apostolat. Nous devons prier et travailler pour tous, pour les bons et les méchants, pour  les paresseux et les ingrats, les syndicalistes et les grévistes, la mouvance et  l’opposition, les musulmans et les incroyants, les malfrats et les ennemis de Dieu etc. Le Père du mensonge, sachant que la prière est pour lui une déclaration de guerre, nous pousse facilement à la paresse, à la médiocrité, à l’oisiveté ou alors à la distraction et à l’activisme. Nous sommes les plus exposés à ses machinations diaboliques.  Pour tenir bon, et même pour le déstabiliser et le vaincre, il faut contempler le Christ qui nous a tant aimés. Comprenez que le sacerdoce est une fonction hautement  périlleuse si la prière intérieure  n’est pas constante. Pour y parvenir, il faut être passionnés de Jésus et de son Peuple saint.

Notre rôle exige la sainteté. La sainteté du prêtre consiste à avoir  son cœur vissé sur la passion et la résurrection du Christ, doux et humble de cœur, sur son amour infini pour l’humanité et pour l’Eglise. C’est le don de soi jusqu’au bout. Si le prêtre est pasteur en vertu du sacrement de l’Ordre reçu, je tiens à préciser qu’il représente le Christ seulement quand il est inséré dans la communion avec l’Eglise. Le prêtre qui choisit de faire bande à part est un contre-sens. Il se nourrit de susceptibilité maladive et  perd la raison. Il devient très vite comme un tambour troué qui résonne faux. Prendre le temps de s’asseoir pour dialoguer paisiblement, manger ensemble, prier ensemble, partager ce qu’on nous offre, voilà des actes qui paraissent banals mais qui, en réalité, alimentent la joie et l’amour de vivre ensemble et d’être unis. N’omettez pas de dire le chapelet ensemble. Le ministère de la communion (prêtres-Evêque-Pape) exige d’être dociles à l’Esprit de Dieu et soumis à l’Eglise du Christ. C’est cette forme de vie dans l’Eglise-Famille qui m’oblige à parler de la correction fraternelle, pour qu’il y ait un seul clergé et un seul presbyterium, un seul cœur et une seule âme. Le Pape Benoit XVI, dans son dernier message de carême au sujet de l’attention à l’autre, nous écrivait ceci : « Dans l’Eglise des premiers temps, on se souciait non seulement de la santé corporelle du frère, mais aussi de celle de son âme en vue de son destin ultime ». Dans l’Ecriture Sainte, nous lisons : « Reprends le sage, il t’aimera. (S’il n’est pas sage, il s’endurcira). « Donne au sage, il deviendra plus sage encore ». (Pr 9, 8). Le Christ lui-même nous commande de reprendre le frère qui commet un péché (cf. Mt 18, 15). Il ne faut pas se taire face au mal, sinon on devient des complices. Rapprochez-vous du frère, au moment opportun, et avec des mots aimables, reprenez-le pour son bien et pour le bien de toute la communauté.

Chers amis, le monde a besoin de notre sincérité, de notre foi et de notre enthousiasme. Soyez des prêtres joyeux et transparents. Ayez en horreur les lettres anonymes. Certains se sont spécialisés dans cette sale besogne de sabotage. Et ils se croient cachés. Vous, ne les imitez pas. Le Père du mensonge aime souvent se déguiser en donneur de leçons. Il adore humilier et discréditer les serviteurs de Dieu. Dans la correction fraternelle, il ne s’agit pas d’humilier le frère, encore moins de le juger et de l’envoyer rôtir en enfer avant sa mort, par des paroles blessantes. Le reproche chrétien n’est jamais fait dans un esprit de mépris, de règlement de comptes, de vengeance, ni même de délation. Il doit être toujours animé par l’amour et le respect de la dignité de l’autre. Il faut qu’il soit une preuve de bonté envers le frère prêtre. Toute personne a besoin du regard plein de tendresse de son  semblable.

Chers amis, forgeurs de saints, édifions nos Communautés par l’exemple d’une saine amitié sacerdotale, fortement enracinée dans l’amour du Christ. J’insiste : redécouvrons l’importance de la correction fraternelle pour marcher ensemble vers la sainteté. Comme les maillons d’une chaîne, tenons-nous solidement. Si quelqu’un vient à fléchir, que les plus proches se coalisent rapidement pour l’empêcher de s’enfoncer dans la boue morale et spirituelle. Même le juste tombe sept fois (Pr 24, 16), dit l’Ecriture Sainte. Ce n’est pas un encouragement à tomber, mais à reconnaître humblement ses limites. Aucun de nous n’est parfait, ni même votre Evêque. Aucun de nous n’a été conçu sans le péché originel. La seule personne qui ait bénéficié de ce privilège unique au monde, c’est la Vierge Marie. Et c’était en vue de la maternité divine. Ne jouons donc pas aux parfaits. Qui fait le saint, fait tout simplement l’imbécile, car nous sommes tous faibles. L’Apôtre Paul le dit en des termes plus élégants: « Nous portons ce trésor (le Christ puissant) dans des vases en argile (nos corps fragiles) » (2 Co 4,7). Ne nous habituons donc pas à prendre des masques. Ils ne couvrent jamais tout le corps. Les gens ne sont pas dupes. Un âne, qui porte sur sa tête un masque d’homme, croît tromper ceux qui le regardent. Mais il oublie que ses quatre pattes et ses sabots sont bien visibles et le ridiculisent. En outre, tôt ou tard, les masques s’effritent d’eux-mêmes, au moment où on s’y attend le moins, et peuvent plonger l’expert en tricherie dans une confusion terrible et totale. Jetons constamment un regard vrai sur nous-mêmes, en comptant sur la miséricorde de Dieu. La vérité nous rendra libres et nous aidera à modeler humblement notre vie sur le Christ Pasteur et Tête de l’Eglise.

Nous sommes dans une région pauvre. Ne rêvons pas de vivre au-dessus de nos moyens. D’ailleurs l’esprit de détachement nous est fortement exigé par notre Seigneur. C’est la première béatitude. Mais cela ne nous empêche pas de demander  à tout le peuple de Dieu de nous soutenir. Cette aide peut se manifester de diverses manières : offrandes de messes, ornements liturgiques, Liturgie des Heures, Missels d’autel, calices, ciboires, engins de déplacement surtout les motos, appareils de sonorisation, aides financières pour la formation des séminaristes qui deviennent nombreux et la scolarisation des enfants des villages et périphéries; des tôles ondulées pour couvrir  les chapelles en construction, forages ou puits etc. pour les communautés qui manquent d’eau potable. Tout cela s’obtient par des bienfaiteurs que nous envoie la Divine Providence, pourvu que nous nous engagions à évangéliser les petits et les pauvres, en devenant leurs défenseurs et leurs amis.

Enfin, pour alimenter et fortifier notre esprit dans la formation continue, nous indiquons le « Catéchisme de l’Eglise Catholique », le « Compendium de la Doctrine Sociale de l’Eglise », « Presbyterorum Ordinis », « Pastores dabo vobis », le « Directoire pour le Ministère et la Vie des prêtres » ; « le Prêtre, pasteur et guide de la Communauté paroissiale », l’instruction « Redemptionis Sacramentum », (sur certaines choses à observer et à éviter concernant la très sainte Eucharistie), et bien sûr « Africae Munus»…

+ Pascal N’KOUE  
Omnium servus

 


NOMINATIONS
Toutes ces nominations prennent effet le 1er septembre 2012.


1.    Secrétaire particulier de l’Evêque et chargé des affaires domaniales :
       Christian DEGBE ; il résidera à l’Archevêché.


2.    Coordinateur de la Pastorale diocésaine (Aumônier des Œuvres) : Père Ernest DEGUENONVO. Il résidera  à la Maison des œuvres.


3.    Curé de la nouvelle Paroisse de Boko et Aumônier de l’hôpital de Boko : Père Max-Cyr LAFIA. Il résidera provisoirement à la Maison des œuvres.


4.    Curé de la paroisse Saint Martin de Papanè et Aumônier de l’hôpital de Papanè : Père Aristide GONZALLO.


5.    Vicaire à la paroisse Saint Martin de Papanè : Père Appolinaire KADJO.


6.    Responsable de la nouvelle quasi Paroisse Saint Laurent de Wansirou : Père René DOGNON. Il résidera à la Paroisse Saint Joseph de la Gare.


7.    Responsable de la menuiserie Saint Joseph de Parakou : Père Jean GBASSI, il résidera à la Maison des œuvres.


8.    Aumônier diocésain de la jeunesse, exorciste et vicaire à la Paroisse Saint Joseph de la Gare : Père Jonathan CAPO-CHICHI.


9.    Curé de la Piste ; Aumônier du Centre Hospitalier Départemental et de l’hôpital des Armées : Père Damien DAKIN. Il résidera à la  Cathédrale.


10.    Diacre Stagiaire à la Paroisse Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Tchaourou :  Freddy TOSSOU.


11.    Diacre accompagnateur de la Communauté Catholique anglophone : Patient SEKO, du diocèse de Natitingou.

 


Nouvelles de famille
◄  Notre famille diocésaine bénit le Seigneur pour les deux Sœurs Viviane OBOE et Clémentine ARAWO, qui ont fait leurs premiers vœux le mois dernier dans le Congrégation des filles de la Charité du Sacré Cœur de Jésus.

◄ Le Collège technique Don Bosco ouvre en octobre prochain le 1er Cycle de la  section Génie Civile. Quant aux sections de la mécanique-générale, de la mécanique-auto, et de l’électricité, elles ouvriront le 2è cycle. Quel bonheur pour nous tous !

◄ Nous avons confié désormais officiellement aux Oblats de Saint François de Salles l’Aumônerie de l’Université de Parakou et sa réorganisation, ainsi que la formation des Formateurs.
 
◄ A la rentrée d’octobre 2012, l’Archidiocèse créera deux écoles maternelles et trois écoles primaires à Papanè, à Albarika et à Kpébié. Cette dernière sera une école bilingue (français-anglais). Rapprochez-vous du Directeur Diocésain de l’Enseignement catholique pour plus d’information.

◄ Avec les Séminaristes et les scouts, nous programmons ce mois-ci de faire du reboisement. Je demande à toutes les paroisses de leur venir en aide.

◄ Plusieurs agents pastoraux nous quittent pour d’autres missions : Père Angel MARQUINA et Sœur   Françoise DIONE. Nous les remercions et prions pour eux.

◄ Les Ordinations diaconales des séminaristes Gilles KIMBA, Albert DAKIN, Moïse DEGODO, Marius OBA, Roland OKRY auront lieu le 11  août à 9 h 30 à la cathédrale. Les ordinations presbytérales auront lieu le 12 janvier 2013 à la Cathédrale.

N.B. Le pèlerinage national de Dassa aura lieu du 17 au 19 août 2012.



Quelques dates

1er     juillet :        Sacrement de Confirmation à l’Université de Parakou à 9 h.  

       
4        juillet :      Au Monastère l’Etoile Notre-Dame.


8        juillet :          Grand rendez-vous des couples et familles au Centre Pastoral G. Riobé, et création de l’Association des «Papas Catholiques ».


8-11    juillet :      Session des aspirantes au Centre Pastoral  G. Riobé.


11       juillet :      Vœux solennels des Sœurs Chimène et Clémence au Monastère l’Etoile Notre-Dame.


11-14  juillet :            Session des aspirants au Centre Pastoral G. Riobé.


13-15  juillet :   Visite pastorale à Papanè.


16-23  juillet :                 Camp des Séminaristes au Centre Pastoral G. Riobé.


22      juillet :      A 9 h 30,  rite d’admission et ministères de lectorat et d’acolytat des séminaristes au Sanctuaire du Christ Rédempteur de l’Homme.


23-28 juillet :     Mariapolis à Parakou au Centre Pastoral G. Riobé.


29      juillet :    Jubilé des 60 ans de l’ACF (Action Catholique des Familles) au Bénin.


30-31 juillet : A Kara, ouverture du 2è chapitre général des  Sœurs P.S.P.


30-03   août :   Retraite sacerdotale au Monastère l’Etoile Notre-Dame, prêchée par le R.P. BONJOUR.


                       

Bible

Liturgie

Agenda Diocésain

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Pastorale des jeunes

Journal la croix du bénin

Archived Articles